52e Conférence Internationale des Autorités Hippiques - Harmonisation des règles de course, betting et santé des jockeys au cœur des débats

International / 08.10.2018

52e Conférence Internationale des Autorités Hippiques - Harmonisation des règles de course, betting et santé des jockeys au cœur des débats

52e Conférence Internationale des Autorités Hippiques

Harmonisation des règles de course, betting et santé des jockeys au cœur des débats

Lundi, les représentants des principaux pays de courses du monde étaient rassemblés pour la 52e Conférence Internationale des Autorités Hippiques. Les sujets et débats ont été riches et variés. L’harmonisation des règles de courses a été longuement discutée, les différents interlocuteurs soulignant la nécessité d’avoir des règles similaires, le produit course étant mondial, et ce de plus en plus, avec le développement du pari à l’international. L’harmonisation des règles est nécessaire pour que les principaux clients, les parieurs, puissent s’y retrouver, peu importe où ils jouent. Un pas important a été franchi en 2017, France Galop et l’Allemagne changeant leurs manières de juger les gènes et les rétrogradations. L’harmonisation, c’est encore et toujours l’usage de la médication. Louis Romanet, président de la Fédération Internationale des Autorités Hippiques (FIAH) a rappelé : « Les chevaux doivent courir propres » et a « imploré tous les corps gouvernants des courses hippiques à faire le nombre de tests le plus important possible », que ce soit les jours de courses ou à l’entraînement. Harmonisation pour le betting aussi, pour essayer d’avoir une uniformité entre les différentes juridictions. L’appel a été lancé pour lutter contre le betting illégal, qui non seulement représente un manque à gagner considérable pour les institutions hippiques, mais qui participe aussi à des activités illégales. Louis Romanet a souligné tous les progrès réalisés sur l’harmonisation grâce au travail de la Fédération Internationale des Autorités Hippiques et de l’ensemble de ses membres, et a appelé à continuer dans ce sens. Une présentation de la Fédération Équestre d’Iran, nouveau membre affilié de la FIAH, a aussi eu lieu.

Le mot du président. Louis Romanet a déclaré : « Je suis très fier des accomplissements de notre Fédération et de ses comités techniques, sous le leadership de bon nombre de personnes présentes ici aujourd’hui. Ceci étant dit, il y a encore un travail considérable qui doit être effectué. L’uniformité est un sujet de la plus haute importance pour notre sport. L’effort le plus concret réalisé durant les trois dernières années a été la création d’un Reference Lab Certification Program qui a pour objectif d’améliorer la qualité des contrôles dans le monde entier et de désigner une série de sites d’analyses qui répondent à un très haut niveau d’exigence sur l’ampleur de leurs activités, le financement, la recherche et la capacité de détecter les substances prohibées, y compris les grands agents dopants. »

Comment séduire le parieur ? Des représentants du Hong Kong Jockey Club, de la New York Racing Association et la British Horseracing Association ont détaillé les plans mis en œuvre pour le développement du pari hippique. Un maître mot : la communication et l’information et considérer la technologie comme un allié essentiel. Hernan Lavallen, pour LARC, a quant à lui appelé les membres de la FIAH à soutenir les paris hippiques en Amérique du Sud, affirmant que la diffusion et la prise de paris sur les courses sud-américaines à l’international étaient absolument nécessaires pour toute cette région.

La santé des jockeys au centre des débats. L’après-midi, une longue session a été consacrée aux différentes études menées sur la santé mentale et le bien-être des jockeys. Des travaux ont été longuement présentés pour identifier des sources de mal-être pouvant être profonds, jusqu’à la dépression. Des psychologues, qui travaillent avec les jockeys sur ce sujet, ont expliqué leurs méthodes de travail pour repérer ces symptômes et aider les pilotes à les surmonter. Ce panel, présidé par Denis Egan, a appelé à une vraie prise de conscience de cette problématique trop souvent passée sous silence.

Nous reviendrons plus en détail sur l’ensemble des sessions de cette 52e Conférence Internationale des Autorités Hippiques dans nos prochaines éditions.