Chanducoq, une recrue de choix pour le haras de la Barbottière

Élevage / 10.10.2018

Chanducoq, une recrue de choix pour le haras de la Barbottière

Beau bai brun, Chanducoq présente un profil aussi rare que recherché. Black-type sur les obstacles, il est issu du croisement de Voix du Nord sur une grande famille de sauteurs. A partir de la saison de monte 2019, il va faire la monte au haras de la Barbottière (72). 

En 2017, quatre des dix meilleurs étalons français avaient eux-mêmes couru sur les obstacles. Les entiers sont rares parmi les sauteurs mais le très fort taux de réussite de ces derniers les rend très attractifs. En 2018, pas moins de six étalons ayant fait leur preuve en obstacle ont sailli 100 juments ou plus. C’est un remarquable signe de confiance de la part du marché et des éleveurs. Avant de passer sur les obstacles, Chanducoq (Voix du Nord) a commencé sa carrière en plat. A 2ans, il s’est notamment imposé dans le Prix Tanerko (B, 2.000m). La piste était très lourde et Chanducoq a ainsi prouvé, de manière précoce, son aptitude à ce terrain, une qualité essentielle pour réussir à Auteuil. Jean-Paul Gallorini, son entraîneur, avait alors déclaré : « Chanducoq est meilleur que Ceasar’s Palace au même âge (…) C’est un poulain qui a de la qualité (…) Il a montré du courage. » Deux fois quatrième de Listed en plat, dans la Coupe des Trois (L), il a terminé entre Doha Dream (Qatar Prix Chaudenay, Gr2) et A Raving Beauty (Longines Just A Game Stakes, Gr1). Deuxième du Prix du Vercors pour ses débuts sur les haies, Chanducoq s’est notamment classé troisième du Prix André Massena -Grande Course de Haies des 4ans (L).

 

La cote de Voix du Nord et de ses fils. Trop tôt disparu, Voix du Nord (Valanour) restera comme l’un des meilleurs pères de sauteurs de ces dernières années. Il a bien produit en France en donnant par exemple Miss de Champdoux (Grand Steeple-Chase d'Enghien, Gr2) ou Volca de Thaix (deuxième du Gras Savoye Patrimoine Prix Ferdinand Dufaure, Gr1). Mais c’est vraiment outre-Manche que sa production a atteint les sommets avec quatre gagnants de Gr1, dont trois à Cheltenham, ce qui est très rare : Taquin du Seuil (JLT Novices' Chase & Betfred Mobile Sports Challow Novices' Hurdle, Grs1), Vroum Vroum Mag (Squared Financial Christmas Hurdle, Punchestown Champion Hurdle & OLBG Mares' Hurdle, Grs1), Défi du Seuil (Doom Bar Anniversary 4-Y-O Juvenile Hurdle, JCB Triumph Hurdle & coral.co.uk Future Champions Finale Juvenile Hurdle, Grs1) et Vibrato Valtat (Racing Post Henry VIII Novices' Chase, Gr1). La cote de Voix du Nord est donc, sans surprise, très élevée en Angleterre et en Irlande. Les éleveurs français, qui gardent toujours un œil sur le marché anglo-irlandais, ont bien compris l’intérêt d’utiliser ses rares fils au haras. Chœur du Nord (Voix du Nord) a d’ailleurs sailli 130 juments en 2018.

 

Un pedigree exceptionnel. Issu d’un père reconnu, Chanducoq a une origine maternelle irréprochable avec des étalons qui ont généré des sires à succès. Sa mère est par Nikos (Nonoalco), sur le podium des pères de sauteurs en France à cinq reprises (1998, 1999, 2003, 2004 & 2005). Les fils de Nikos ont eux-mêmes données de gagnants de Gr1 sur les obstacles. C’est le cas de Nononito (le père de Princesse d’Anjou, lauréate du Grand-Steeple Chase de Paris, Gr1) et Forestier (le père de Le Costaud, Gran Steeple d'Europa, Gr1, Forest Bihan, deuxième du Doom Bar Maghull Novices' Chase, Gr1). La deuxième mère de Chanducoq est une fille de Cadoudal (tête de liste des pères de sauteurs à 11 reprises). Les fils de ce grand étalon ont produits au meilleur niveau. On peut penser à Saint des Saints (six gagnants de Gr1, tête de liste en 2014), Buck’s Boum (le père d’Al Boum Photo, Ryanair Gold Cup Novice Chase, Gr1) et Indian River (d’où Native River, Cheltenham Gold Cup, Gr1). Cadoudal est par ailleurs le père de mère de Kapgarde (actuellement deuxième au palmarès des étalons en France et pour la cinquième fois sur le podium de ce classement).

 

Le frère de Cokoriko. La mère de Chanducoq a produit quatre black-types, dont Ceasar’s Palace (Prix de Longchamp Carmarthen et de Pépinvast Grs3), Cesare di Roma (troisième du Prix Miror, L) et Cokoriko (Prix Gérald de Rochefort, L). Ce dernier est l’étalon le plus utilisé en France en 2018, avec pas moins de 234 saillies. Ce succès auprès des éleveurs fait suite à la réussite de sa première génération en piste, qui compte déjà trois black-types, dont Polirico (deuxième du Prix Stanley, Listed), Flying Startandco (Prix Finot, Listed), Etoile du Ficheaux (troisième du Prix Sagan, Gr3) et Lisa de Vassy (troisième du Prix Rose de Mai, Listed). Chanducoq et Cokoriko sont issus d’une grande souche de l’obstacle français, celle de La Horse (White Label). Elle est l’aïeule d’une vingtaine de black-types, dont Bénie des Dieux (OLBG Mares' Hurdle & Irish Stallion Farms EBF Annie Power Mares Champion Hurdle, Grs1), Sweet Duke (Long Walk Hurdle, Gr1), Blue Shark (Finale Juvenile Hurdle, Gr1), Grandouet (Champion Hurdle, Gr1)…

 

Egalement des arguments pour le plat. On notera par ailleurs que Voix du Nord, le père de Chanducoq, a aussi donné des black-types en plat à l’image de Line des Ongrais (quatrième du Prix du Cadran, Gr1), Robin du Nord (deuxième du Prix Luthier, L), Urbaine (Prix de Craon), Uddy (Prix de l'Union des AQPS du Centre Est), Divine d’Alene (Prix fes Guilledines), Silver Northern (deuxième du Derby du Languedoc, L)… Nikos, son père de mère est à l’origine de Thunder Road (lauréate à 2ans et gagnante à 3ans du Prix La Sorellina, L), La Favorita (lauréate à 2ans puis placée du Prix de l’Opéra, Gr1), Forestier (Prix Vicomtesse Vigier & Maurice de Nieuil , Grs2), Nononito (Prix du Cadran, troisième de l’Ascot Gold Cup, Grs1). Éleveur et entraîneur de Chanducoq, Jean-Paul Gallorini a façonné plusieurs étalons à succès ces dernières années, comme No Risk At All (My Risk) ou Cokoriko. Et le mansonnien pense que Chanducoq peut marcher dans leurs traces : « Il fait partie d’une des meilleures familles d’obstacles française. C’est le propre frère du champion Ceasar’s Palace et son autre frère Cokoriko réalise des premiers pas impressionnants au haras. Pour un cheval né pour l’obstacle, gagner une B à 2ans c’est rarissime et cela atteste de sa classe de plat. Pour ceux qui veulent produire aussi en plat, que ce soit avec des AQPS ou avec des pur-sang, c’est un vrai plus. D’ailleurs son frère Cokoriko a eu un black-type en plat avec une 2ans. Je suis très confiant sur ses chances de devenir un bon étalon et je vais d’ailleurs lui envoyer des juments pour le soutenir. Et je remercie par avance les personnes qui lui feront confiance. Je l’avais gardé entier compte tenu de son origine car il a tout pour réussir sur ce plan là. C’était un très bon cheval, généreux, à l’image de sa famille. Mais il est devenu étalon et c’est la raison pour laquelle nous l’avons arrêté. Chanducoq s’est classé quatrième de Listed en plat mais je n’avais pas un cheval pour aller avec lui le matin ce qui ne facilitait pas sa tache. »