QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE J-3  - Les dés sont presque jetés

Courses / 03.10.2018

QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE J-3 - Les dés sont presque jetés

Par Anne-Louise Échevin

Nous y sommes presque. Dimanche soir, nous connaitrons le vainqueur du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe 2018 (Gr1). Les derniers réglages sont faits. Chacun va tenter de garder son cheval au mieux pour le Gr1 de ParisLongchamp en attendant, parfois avec angoisse, le verdict des places à la corde de ce jeudi. Mercredi matin, les entourages de plusieurs partants de l’Arc ont répondu aux questions de la presse. Alea jacta est… Reste désormais l’attente et l’impatience, en espérant dire, dans quelques jours : Veni, vidi, vici.

Clincher, l’outsider et les espoirs d’un peuple

Au Japon, un autel a été installé pour que les fans puissent envoyer leurs prières à Clincher (Deep Sky). Rien que ça ! Sixième et dernier du Qatar Prix Foy (Gr2) pour sa rentrée, il sera l’un des gros outsiders de ce Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et aura besoin de ce soutien. Son entraîneur, Hiroshi Miyamoto, et son jockey, Yutaka Take, comptent sur de gros progrès suite à cette rentrée.

CLINCHER (M5)

(Deep Sky & The Fates, par Brian’s Time)

Propriétaire : Koji Maeda

Éleveur : Hiroyama Bokujo

Entraîneur : Hiroshi Miyamoto

Jockey : Yutaka Take

Valeur/rating : 52,5/116

Betting : 50/1

Dernière course : 6e Qatar Prix Foy (Gr2)

Une rentrée nécessaire. Hiroshi Miyamoto a expliqué : « Clincher court toujours très bien pour sa deuxième course après une rentrée. Physiquement, il est mieux qu’avant le Prix Foy. L’entraînement d’aujourd’hui était presque idéal et je crois qu’il est prêt pour dimanche. Le cheval préférerait malgré tout un terrain souple, donc je vais prier pour un peu de pluie. Je pensais faire monter Yutaka Take ce matin, mais j’ai finalement choisi de faire comme d’habitude. Par contre, nous avons vraiment poussé le cheval sur la piste en sable de la Plaisanterie. C’était son dernier entraînement poussé. Il était essoufflé après l’entraînement. Je ne veux pas sous-évaluer le Qatar Prix Foy, mais le cheval se présentait dans un état de forme correspondant à une course de rentrée, et il a progressé depuis. »

Un Qatar Prix Foy qui ne compte pas. Yutaka Take est revenu sur la performance de Clincher dans le Qatar Prix Foy, où il est allé devant, au plus grand bonheur de ses adversaires : « Nous sommes allés devant dans le Qatar Prix Foy car le cheval n’a pas l’habitude, au Japon, de se retrouver dans une course peu rythmée qui se finit sur un sprint. Je voulais faire comme d’habitude et je pensais déjà, avant la course, avancer si personne ne se dévouait pour aller devant. Je ne pensais pas perdre ainsi, tout de même, dans le Foy… Mais le résultat de la course ne compte pas beaucoup, dans le sens où c’est un cheval qui change beaucoup après une rentrée. La course la plus importante, c’est l’Arc, et le cheval sera meilleur. C’est un cheval qui peut perdre dans de petites courses et battre des chevaux de Gr1 dans les bonnes. On ne sait jamais trop comment il peut se comporter. »

Peloton fourni, rythme : l’Arc, c’est mieux. Pour Yutaka Take, le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe est taillé pour Clincher : « Dans l’Arc, j’aimerais être plutôt dans le groupe de tête. L’absence de l’open-stretch est une bonne nouvelle en ce qui nous concerne, car il évolue aux avant-postes. J’aimerais cependant qu’il pleuve un peu ! Si la course est rythmée, ce sera mieux, car le cheval a de l’endurance. Clincher n’a pas gagné de Gr1 mais il a réalisé ses meilleures performances en étant outsider ! Donc c’est plutôt bon pour nous de se présenter en outsiders. »

Hiroshi Miyamoto est en accord avec le pilote : « Ce sera mieux pour Clincher d’avoir une course fournie rythmée. C’est un cheval qui continue de progresser. Il arrive à maturité. Comme il a couru une fois en France, j’espère qu’il sera encore meilleur que lors de sa troisième place dans le Tenno Sho (Gr1) au printemps. C’était important de le courir à ParisLongchamp, sur le parcours de l’Arc, et Clincher a vraiment changé depuis. »

Talismanic et Cloth of Stars, les contraires inséparables

Ils sont inséparables… Et pourtant si différents. Les compères Talismanic (Medaglia d’Oro) et Cloth of Stars (Sea the Stars) se retrouveront dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. L’un est la force tranquille. L’autre, électrique. Lisa-Jane Graffard, représentante en France de Godolphin, a donné de leurs nouvelles.

TALISMANIC (M5)

(Medaglia d’Oro & Magic Mission, par Machiavellian)

Propriétaire : Godolphin S.N.C.

Éleveur : Darley Stud Management Co. Ltd

Entraîneur : André Fabre

Jockey : à déterminer

Valeur/rating : 54/119

Betting : 25/1 à 33/1

Dernière course : 2e Qatar Prix Foy (Gr2)

CLOTH OF STARS (M5)

(Sea the Stars & Strawberry Fledge, par Kingmambo)

Propriétaire : Godolphin SNC

Éleveur : P. Anastasiou

Entraîneur : André Fabre

Jockey : à déterminer

Valeur/rating : 53/117

Betting : 33/1 à 50/1

Dernière course : 3e Qatar Prix Foy (Gr2)

Le flegme et la fougue. « Talismanic et Cloth of Stars sont complétement différents mentalement et dans la manière de courir. Talismanic est un cheval très maniable, très détendu. On peut le placer où on veut dans un parcours. Cloth of Stars est un cheval avec une vraie accélération mais il faut le canaliser pour qu’il puisse l’utiliser au bon moment. Hier soir, j’ai regardé l’Arc 2017, où il concluait deuxième, et on voit qu’il a du mal à trouver l’ouverture, mais il finit vraiment bien. Ce ne sont pas les mêmes chevaux. Je ne sais pas qui va monter qui, mais je pense que le choix va être assez logique. »

L’Arc, l’objectif 2018 de Talismanic. « On a toujours un peu de mal à cerner la meilleure distance de Talismanic, car il a cette accélération brusque mais qui ne dure pas très longtemps. En revanche, j’ignore quelle sera la tactique. C’est une décision que prendront l’entraîneur, monsieur Fabre, et les jockeys. Monsieur Fabre sait ce à quoi ressemble un gagnant d’Arc. Nous lui faisons confiance ! André Fabre, comme le cheikh Mohammed, aime les challenges et il a ciblé l’Arc comme objectif pour Talismanic depuis le début de l’année. Le Prix de l’Arc de Triomphe reste l’une des meilleures courses au monde sur 2.400m. Il a gagné à l’étranger et l’idée est de gagner en France cette année. Cela va être dur d'être victorieux, mais nous ne pourrions pas être plus satisfaits du cheval et de sa condition. »

Cloth of Stars, s’il revient comme en 2017. « Je ne sais pas si Cloth of Stars est vraiment mieux à l’automne. Il a gagné son Gr1 au mois de mai l’an dernier. Ses performances cette année ne sont pas du tout les mêmes qu’en 2017. L’an dernier, il a fourni trois performances exceptionnelles. Il a battu le record de la piste deux fois à Saint-Cloud et il avait réalisé une grande course dans l’Arc, où il a tout donné. Il était prêt à tout donner à chaque fois. Cette année, il a été malheureux, les choses se sont mal passées, mais il a davantage à prouver cette année que l’an dernier. Monsieur Fabre travaille beaucoup sur lui depuis cet été, il se concentre pour lui donner du moral, pour qu’il soit en forme pour dimanche. Après le Qatar Prix Foy, il m’a dit qu’il pensait que le cheval allait arriver sur l’Arc comme l’an dernier. »

Le troisième larron d’André Fabre ne se laissera pas faire. « Waldgeist peut briser les rêves de tout le monde ! Personnellement, j’ai du mal à voir Talismanic et Cloth of Stars finir devant Waldgeist dimanche. Mais c’est une course, tout peut arriver. Je pense qu’il y a des chevaux qui seront très durs à battre : Enable, si elle confirme sa rentrée, Sea of Class, si le terrain est bon, et on doit toujours garder une pouliche de 3ans dans l’Arc, et enfin Waldgeist. Selon moi, ils ont le profil pour être les trois premiers. »

Neufbosc, pour une première

Neufbosc (Mastercraftsman) sera, ce dimanche, le tout premier partant de Pia Brandt dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Le poulain n’a cessé de progresser au printemps, jusqu’à sa deuxième place dans le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1), derrière Kew Gardens (Galileo). Il reste sur une troisième place dans le Qatar Prix Niel (Gr2) dans une rentrée, pas aidé par une course sans train. Pia Brandt compte sur des progrès.

NEUFBOSC (M3)

(Mastercraftsman & Nonsuch Way, par Verglas)

Propriétaire : Gérard Augustin-Normand

Éleveur : Franklin Finance S.A.

Entraîneur : Pia Brandt

Jockey : Cristian Demuro

Valeur/rating : 51/113

Betting : 33/1 à 50/1

Dernière course : 3e Qatar Prix Niel (Gr2)

Le matin, il ne fait rien. « Le Qatar Prix Niel n’a pas eu assez de rythme, mais il a tout de même réalisé une très belle ligne droite. Depuis, il a progressé. Il est très froid le matin. J’avais huit semaines entre le Juddmonte Grand Prix de Paris et le Qatar Prix Niel, et le poulain était peut-être un peu trop lourd pour sa rentrée. Il a perdu un peu de poids et il est donc plus tonique. Depuis le Niel, il n’y a eu aucun souci. L’entraînement s’est passé tel que je le désirais. Neufbosc connaît le parcours, il connaît ParisLongchamp. C’est un jeune cheval qui n’a pas évolué sur beaucoup d’hippodromes et le fait de connaître cette piste par cœur peut être un avantage. Pour le numéro de corde… pourquoi pas le lucky seven ? »

La révélation au fil des courses. « Neufbosc ne montre absolument rien le matin. En course, il a gagné sa Listed, puis le Prix du Lys (Gr3). La manière dont il a gagné ces deux courses, vraiment très facilement, sans faire trop d’efforts, nous a incités à l’engager dans l’Arc… Et à attendre la suite ! Au début de l’année, nous avions compris qu’il avait besoin de 2.400m et nous avions donc fait l’impasse sur le Prix du Jockey Club. Nous le voulions au mieux pour le Grand Prix de Paris. La victoire de Kew Gardens dans le St Leger met en confiance. Après le Grand Prix de Paris, l’équipe d’Aidan O’Brien a dit que Kew Gardens était un poulain en grand progrès et que le nôtre l’avait fait galoper jusqu’au poteau. Ils ont peut-être été étonnés par la performance de Neufbosc. »

Au bon souvenir de Mont Ormel, le premier gagnant de Gr1 de Pia. « Neufbosc appartient à Monsieur Augustin-Normand. C’est quelqu’un qui nous écoute, nous laisse beaucoup de liberté, sait que nous faisons de notre mieux pour lui et qui est derrière nous. Ce n’est pas lui qui m’a poussé à engager Neufbosc dans l’Arc. En 2016, j’ai gagné le Grand Prix de Paris avec Mont Ormel et je ne l’avais pas engagé dans l’Arc ! Cela m’a aussi incité à engager Neufbosc dans ce Gr1, car il était vraiment sur la montante. Mais vous m’auriez dit au mois d’avril que nous allions être au départ de l’Arc, je ne l’aurais pas forcément cru. Nous avons effectué cet engagement, le cheval a suivi côté performances… Et nous sommes désormais dans l’Arc. »

Study of Man ** sur 2.400m… et avec les œillères de Dream Well !

Study of Man ** (Deep Impact), beau et bien né, va découvrir les 2.400m dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Lorsque l’on est le gagnant du Qipco Prix du Jockey Club (Gr1), cela rajoute de la pression mais… chut ! Le poulain ne le sait pas. Nettement battu dans le Guillaume d’Ornano à Deauville pour sa rentrée, Study of Man reste sur une cinquième place dans les Qipco Champion Stakes (Gr1), où Roaring Lion (Kitten’s Joy) lui a envoyé un uppercut. Il arrive sur plus long… Et avec un petit artifice. Pascal Bary a parlé du représentant de la famille Niarchos.

STUDY OF MAN ** (M3)

(Deep Impact & Second Happiness, par Storm Cat)

Propriétaire : Flaxman Stables Ireland

Éleveur : Flaxman Stables Ireland

Entraîneur : Pascal Bary

Jockey : Stéphane Pasquier

Valeur/rating : 52/115

Betting : 25/1 à 33/1

Dernière course : 5e Qipco Irish Champion Stakes (Gr1)

Les œillères de Dream Well pour la concentration. « Study of Man va très bien. Il a bien récupéré de sa course en Irlande. La cinquième place est un peu décevante mais sa course en elle-même n’est pas tellement décevante. La course a été un peu cadenassée et le cheval devant lui [Roaring Lion, le gagnant, ndlr] a accéléré brusquement et cela l’a un peu écœuré. Il a fini dans une bonne action et il est rentré en forme. Study of Man va courir avec une petite paire d’œillères, pour qu’il soit plus concentré. Ce sont les mêmes que celles que portait Dream Well dans le Prix du Jockey Club. Elles sont toutes petites, mais elles vont le concentrer. Le but est qu’il soit bien à son travail. »

Les 2.400m, c’est à l’automne. « Je pense que nous avons fait le bon choix au printemps entre le Prix du Jockey Club et le Derby d’Epsom… Parce qu’il a gagné ! Envoyer un 3ans ayant peu d’expérience courir le Derby d’Epsom, c’est très compliqué. Il faut faire face à des poulains sûrement beaucoup plus endurcis que les nôtres. Il a gagné le Jockey Club sur 2.100m. Il est certain que sa rentrée à Deauville est médiocre, mais le poulain a beaucoup progressé là-dessus, il a pris de la force. Je ne suis pas du tout inquiet par les 2.400m, maintenant que le printemps est passé. J’en attends une belle course et cela fait très longtemps que Stéphane Pasquier, son jockey, a envie de courir 2.400m avec lui. »

Le meilleur gagnera. « Il est dans la même forme qu’au printemps. Ses futurs adversaires sont très bons mais il est vraiment bien. Il y a de très bons chevaux qui vont être au départ : Enable, la gagnante de l’an dernier, Cracksman s’il vient, Sea of Class qui vient d’être supplémentée. Je pense que les meilleurs européens sont là. La course va être très régulière et, comme d’habitude, le meilleur va gagner. Il ne devrait pas y avoir d’embuches. Côté terrain, tant que la piste n’est pas trop lourde, il n’y a pas de problème. »

L’émotion de la rencontre. « Study of Man est formidablement bien né. C’est un descendant de Miesque, un croisement formidable, des efforts énormes de la famille Niarchos pour en arriver là. Il est par Deep Impact et la première conséquence de cela, c’est que j’ai un yearling par Deep Impact qui arrive du Japon demain ! J’aime beaucoup ce cheval, j’aime beaucoup la descendance de Halo. L’étalon est formidable et d’avoir un fils capable de gagner le Jockey Club, c’est super aussi. Lorsque l’on a des chevaux comme ceux-là, c’est plus impressionnant le jour où ils arrivent yearlings que le jour où ils courent. Quand vous rentrez un cheval de ce niveau-là, avec un physique comme lui, il est très vite au-dessus des autres car c’est un très joli cheval. Il a une très jolie tête et beaucoup d’expression, les mêmes yeux que Miesque. L’émotion se ressent plus au début, quand vous commencez à l’entraîner, qu'à présent. »

Louis d’Or, le petit poucet qui relève le challenge

Tony Castanheira aura son premier partant dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe avec Louis d’Or (Intello). Le 3ans a fourni la meilleure valeur de sa carrière lors de sa troisième place dans le Qipco Prix du Jockey Club. Depuis, cela fut plus compliqué mais Louis d’Or a eu des problèmes aux pieds. Et pas de pied, pas de cheval ! Petit poucet de l’Arc 2018, il est prêt à relever le défi, comme l’a expliqué son entraîneur.

LOUIS D’OR (M3)

(Intello & Soudanaise, par Peintre Célèbre)

Propriétaire : Camille Garnier

Éleveur : Dayton Investments

Entraîneur : Tony Castanheira

Jockey : Antoine Hamelin

Valeur/rating : 49,5/109

Betting : 100/1

Dernière course : 6e Qatar Prix Niel (Gr2)

Fini le mal de pied. « Nous lui avions changé la ferrure pour protéger ses pieds. En fin de compte, cette ferrure avec une protection de la sole a été plutôt négative pour Louis d’Or. Il va se présenter en bonne forme. Oui, c’est un challenge, et son propriétaire voulait courir l’Arc. Du point de vue sportif, c’est sympa de relever ce challenge. Il y avait peut-être des courses plus faciles à courir. Mais on ne l’attendait pas dans le Jockey Club et il a réalisé une belle performance. Donc nous espérons qu’il réalise aussi une belle prestation dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. »

Au mieux de sa forme. « Le poulain se présente en très grande forme. Je crois que je ne l’ai jamais eu comme cela, même avant le Prix du Jockey Club. Ses problèmes de pieds sont résolus. S’il arrive à tenir les 2.400m, ce qui est pour moi le seul point d’interrogation avec le fait qu’il est peut-être un petit moins bon que ces chevaux-là, alors, qui sait ? Il pourrait faire l’arrivée si tout se passe bien. Maintenant, c’est un défi. Nous n’y allons pas en nous disant : on va finir dans les cinq premiers. Mais si vous ne tentez pas, vous ne savez pas. Une course comme le Prix du Jockey Club a été très bien pour lui. Nous nous sommes aperçus dans ce Gr1 que, lorsque nous attendions, que nous laissions les favoris se battre et la course se dérouler, nous pouvions en tirer une belle fin de course. Les chevaux comme lui, qui sont endurcis et maniables, peuvent venir chercher les concurrents qui se sont battus et ont perdu de l’énergie. »

En course depuis le mois d’avril dernier. « Une petite structure comme la mienne est obligée de courir un cheval comme lui pour le travailler car nous n’avons pas de chevaux pour l’emmener et le travailler à ses réelles aptitudes. Il faut donc le courir contre de très bons chevaux pour le garder en forme, même s’il y a des courses que nous aurions peut-être pu éviter. Mais nous sommes obligés de le faire pour arriver au top niveau le jour J. »