The Autumn Sun brille sur l’élevage Aga Khan

International / 18.10.2018

The Autumn Sun brille sur l’élevage Aga Khan

La dernière sensation du galop australien, The Autumn Sun (Redoute’s Choice), "ne tirera par sur Bambi" dans le Cox Plate (Gr1). Cette formule a été utilisée par John Messara, le patron d’Arrowfield, après avoir acheté 50 % du lauréat des Caulfied Guineas (Gr1). Cet investissement lui permet de gérer la carrière sportive et, surtout, son avenir au haras. Bambi, vous l’aurez compris, c’est Winx (Street Cry), la championne aux 28 succès consécutifs et 21 Grs1. Elle n’est pas trop d’accord de se faire tirer dessus par The Autumn Sun. Et surtout, il est très difficile de frapper une cible qui galope à 70 km/h. Chris Waller, qui entraîne les deux chevaux, a déclaré : « Winx est considérée comme le meilleur pur-sang du monde. Et pour battre celui qu’on présente comme le meilleur, il faut soi-même être le meilleur. Je ne trouve pas très sage le fait de mettre la pression sur un jeune cheval alors qu’il n’est pas encore capable de la soutenir. »

Non à Winx, il est en vacances. John Messara est l’un des génies du galop mondial. Ses décisions sont prises en fonction de l’intérêt de l’ensemble des courses et de l’élevage australien. Et il a bien compris le rôle de la championne dans ce contexte. L’hippodrome de Mooney Valley affiche complet – 39.000 tickets – pour la réunion de samedi 28 octobre, durant laquelle Winx va tenter de remporter son quatrième Cox Plate. Messara a expliqué dans une interview radio : « Je ne veux pas faire passer une mauvaise journée aux courses, avec l’idée que The Autumn Sun pourrait profiter d’une défaillance de la jument pour s’imposer. Cela ne m’intéresse pas. Winx est l’une des meilleures choses qui puissent arriver aux courses. Il faut donc prendre un peu de hauteur et se dire que The Autumn Sun a beaucoup de bonnes courses à sa disposition. »

Meilleur que son père ? Le grand poulain a déjà réussi à imiter son père, Redoute’s Choice (Danehill), avec l’impressionnant succès dans les Caulfied Guineas, ce qui fait de lui un prospect étalon des plus séduisants. Il a remporté trois Grs1, dont un en fin de saison, à 2ans, et il ne compte qu’une défaite en six sorties. Son entraîneur, Chris Waller, ne tarit pas d’éloges à son sujet : « Il n’est pas encore champion du monde. Mais il est capable de le devenir dans six mois. » John Messara a ajouté : « Nous avons façonné la carrière de Redoute’s Choice, ainsi que celle de beaucoup de ses fils qui sont à leur tour devenus étalons. The Autumn Sun est fort probablement le meilleur d’entre eux. C’est un cheval magnifique, avec un pedigree de classe. Redoute’s Choice, sur le plan physique, était une brute. Le poulain est plus fin et doit encore mûrir en prenant de la force. »

Une valeur pour Royal Ascot. Dans six mois, comme l’a pronostiqué son entraîneur, The Autumn Sun peut devenir champion du monde. Et si tout se passe bien d’ici là, il fera fort probablement le voyage en Europe pour Royal Ascot, avec comme objectif probable les Queen Anne Stakes (Gr1). Lors de son succès dans les Caulfied Guineas, il a affiché une marge record de quatre longueurs et demie. Timeform a fait monter son rating de 120 à 126. Cela correspond, converti en rating officiel, à une valeur de 122. C’est un rating suffisant pour gagner le mile de Royal Ascot une fois sur deux.

L’alliance Aga Khan & Arrowfield. The Autumn Sun aurait pu naître en Europe, où son père, Redoute’s Choice, a officié deux saisons, au haras de Bonneval. Sa mère, Amaziyna (Galileo), est l’une des poulinières ayant été intégrée dans le projet de collaboration entre les haras de Son Altesse l’Aga Khan et Arrowfield Stud, sur la dernière décennie. Georges Rimaud, manager des haras de Son Altesse en France, nous a expliqué : « Cette collaboration avec Arrowfield Stud a deux objectifs : produire de bons chevaux qui puissent mettre en valeur, dans l’hémisphère sud, la puissance des familles Aga Khan et élever des yearlings capables d’intéresser le marché australien. Les résultats en piste sont la meilleure publicité possible pour un élevage. Pour Arrowfield, les souches Aga Khan offrent la possibilité de sortir de la saturation du sang de Danehill. »

Sa demi-sœur vendue 1,3 million. Le poulain a atteint les deux objectifs. Sa carrière parle pour lui : les souches Aga Khan croisent bien avec le speed australien, la mère de The Autumun Sun est une Galileo demi-sœur du champion Azamour (Night Shift). C’est de la classe associée à la vitesse. The Autumn Sun a été acheté 700.000 AU$ lors de l’Inglis Australian Easter. Sa demi-sœur de 2ans par Snitzel (Redoute’s Choice) a été adjugée 1,3 million de dollars australiens (top price des femelles) sur le même ring. Azmiyna a un yearling par Not a Single Doubt (Redoute’s Choice).

Une douzaine de poulinières. Le choix des poulinières ayant intégré ce projet est le fruit de la politique de sélection d’un grand élevage. Georges Rimaud nous dit : « Elles sont une douzaine mais rien n’est gravé dans le marbre. Nous avons choisi de jeunes poulinières qui peuvent bien croiser avec les étalons australiens, où qui sont issues des souches ayant déjà bien produit en Australie, comme Mandistana (Azamour), qui appartient à celle de Manighar (Linamix), gagnant de Gr1. Un autre argument important vient du fait que ces familles sont très représentées dans nos haras européens. Nous cherchons donc à envoyer en Australie des poulinières qui remontent à ces souches. Inversement, nous avons fait revenir en Europe une poulinière comme Tazkara (Sinndar). Elle est la mère de Whisky Baron (Sinndar), lauréat du Sun Met (Gr1), la course la plus importante en Afrique du Sud, car nous voulons pérenniser cette famille qui paraissait affaiblie dans notre effectif. »

Et des Siyouni australiens. La navette entre l’Europe et l’hémisphère sud n’est pas dans les habitudes de l’élevage Aga Khan. Mais outre les mouvements de poulinières, nous devrions avoir rapidement des Siyouni australiens. Ces derniers surfent sur la vague des résultats dans le Vieux Continent et la bonne publicité apportée sur place par son 3ans Aylmerton. Georges Rimaud confirme : « Deux poulinières son parties pour l’Australie pleines de Siyouni. Nous aurons donc deux yearlings sur place l’année prochaine. Et deux autres vont suivre le même chemin. En outre,  l’étalon a sailli une quinzaine de poulinière en suivant le calendrier de l’hémisphère sud. »  Chez Son Altesse l’Aga Khan, les souches sont en pleine actualité sous le soleil persistant de cet automne. En l’espace de huit heures, les familles de l’élevage ont donné le meilleur 3ans d’Australie et le champion de 2ans en Angleterre. Oui, chers amis, car la deuxième mère de Too Darn Hot n’est autre que Darara (Top Ville), qui avait remporté le Prix Vermeille (Gr1) en 1986…