PRIX MORGEX (GR3) - Cat Tiger, la victoire de l’émotion

Courses / 25.11.2018

PRIX MORGEX (GR3) - Cat Tiger, la victoire de l’émotion

AUTEUIL, DIMANCHE

Déjà vainqueur du Prix The Fellow (Gr3), Cat Tiger (Diamond Boy) a signé un deuxième succès de prestige à l’issue de ce Prix Morgex (Gr3). Cela n’avait pourtant pas bien commencé pour son propriétaire et gentleman-rider, David Maxwell, qui est tombé à la haie d’essai. Comme dit le proverbe, une chute appelle un gagnant ! Cat Tiger a galopé en quatrième position d’un peloton emmené par Edgeoy ** (Saddler Maker). Il l’a rejoint au commandement au saut de la rivière des tribunes. Voyant Cicalina (Santiago) arriver librement à sa hauteur dans le tournant final, David Maxwell a mis une petite claque sur l’épaule de son partenaire, qui a pris trois longueurs à la pensionnaire de Guillaume Macaire. Accélérant à l’intérieur de la piste, Cat Tiger n’a jamais faibli dans l’effort, ralliant le poteau avec quatre longueurs et demie d’avance sur Blasimon (Soave), qui a fait une drôle de ligne droite pour venir s’emparer de la deuxième place. Ce dernier précède Cicalina d’une tête, tandis qu’Edgeoy conclut quatrième, tout près. Il faut ensuite compter six longueurs et demie pour retrouver le cinquième, Espion Collonges (Anzillero).

Direction l’Angleterre. Guy Petit venait d’acheter Cat Tiger 180.000 € à la vente d’automne Arqana, pour le compte de David Maxwell. Le cheval restait sur une quatrième place dans le Prix Maurice Gillois (Gr1). Le courtier nous a expliqué : « Nous avons acheté le cheval lundi dernier. C’est l’un des meilleurs 4ans de sa génération et c’est le cheval idéal pour ce que nous souhaitons faire. Comme il détenait cet engagement-là, nous avons choisi de courir. De plus, l’entraîneur était confiant et nous avait dit que Cat Tiger tiendrait la distance sans problème. Nous espérions gagner, mais sans y compter vraiment ! Son propriétaire et gentleman l’a très bien monté, pour quelqu’un qui pratique très peu Auteuil. Il a coupé en dedans, ce qui paraissait un peu osé dans le dernier tournant, mais finalement, le cheval a bien répondu. Il n’avait jamais couru dans un tel terrain et a prouvé aujourd’hui son aptitude. Je pense qu’il a encore de belles choses à nous montrer. En principe, il doit partir vendredi en Angleterre. Il a eu une saison chargée puisqu’il a couru presque tous les gros morceaux, donc il faut qu’il se repose. J’avais déjà acheté Chef d’Équipe (Presenting) et Écu de la Noverie (Linda’s Lad) pour le compte de David Maxwell. Ce sont ses dernières années à monter en amateur et il veut s’acheter de bons chevaux pour se faire plaisir. »

Un premier Groupe pour David Maxwell. Le gentleman-rider a réussi un petit exploit, celui de s’imposer dans un Groupe parmi les pros. Cet homme d’affaires anglais, âgé de 40 ans, a toujours été passionné par les courses. David Maxwell travaille dans la finance et dans l’immobilier.  Il a remporté une vingtaine de courses, sans compter quelques succès dans les point-to-point. Après sa victoire, David Maxwell, fou de joie, a déclaré : « C’est fantastique ! Gagner un Gr3 dans le temple de l’obstacle français, qu’y a-t-il de mieux ? Mon cheval s’est montré très professionnel, bien que je sois tombé avant le départ ! Je ne savais pas qu’il fallait sauter un obstacle avant la course. Je ne l’avais jamais monté auparavant et je l’ai seulement vu pour la première fois lundi, aux ventes. Le cheval va aller chez Paul Nicholls et il courra en haies la saison prochaine avant d’aller dans les hunter chases. »

La belle ligne droite de Blasimon. Vainqueur du Prix Triquerville (L) en dernier lieu, Blasimon a fourni un bel effort final pour son premier essai au niveau Groupe. Son entraîneur, François Nicolle, nous a dit au sujet de l’élève du haras de Galouin : « Blasimon court très bien. Il n'avait pas une tête de gagnant dans le dernier tournant. Son jockey l'a repris et a fini vite. Il réalise une super course, car il a tout de même remonté cinq ou six longueurs dans la ligne droite, en terrain très lourd. Mais il faut aussi dire que les deux chevaux qui le précédaient se sont arrêtés pour finir. Je pense qu'il sera encore mieux sur plus long, tout comme Edgeoy. J'aurais aimé que son jockey laisse davantage rouler Edgeoy. À mon avis, il a pas mal consommé dans le parcours avec un cheval à trois quarts de longueur de lui. Mais c'est très bien car c'était une première à ce niveau-là. Les œillères sont la clé en ce qui le concerne, elles le maintiennent dans sa bulle. Eddy de Balme nous laisse un peu plus sur notre faim, il court bien sans être capable d'accélérer. Il n'est pas à condamner sur cette sortie et est à revoir. »

Le neveu de Vision d’État. Élevé par Jean-Charles Haimet et le haras de la Croix Sonnet, Cat Tiger est un fils de Diamond Boy (Mansonnien), qui a débuté sa carrière en France avant d’être exporté en Irlande à Kilbarry Lodge Stud. C’est d’ailleurs le premier vainqueur de Groupe de son père en France. La mère de Cat Tiger, Miss Canon (Cadoudal), s’est placée en haies et en steeple à Paris. Cat Tiger est son meilleur produit, mais elle a également donné Mister Smart (Smadoun), qui a pris plus de 300.000 € de gains en plat. Après Cat Tiger, elle a donné une yearling nommée La Barka (Khalkevi).

Miss Canon n’est autre que la sœur du regretté Vision d’État (Chichicastenango), vainqueur des Prix du Jockey Club, Ganay, de la Hong Kong Cup et des Prince of Wales’s Stakes (Grs1), entre autres, puis étalon à succès sur les obstacles. Miss Canon est aussi la sœur de Diana la Belle (Sycios), laquelle a produit Kadabelle (Kadalko), lauréate du Prix Orcada (Gr3). Cette dernière a donné à son tour Kada Rique (Enrique) gagnante des Prix de Chambly, d’Iéna et Dawn Run (Ls), et troisième du Prix André Michel (Gr3).

PEDIGREE WEATHERBYS :

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/CATTIGER.pdf

 

 

 

Tip Moss

 

 

Mansonnien

 

 

 

 

Association

 

Diamond Boy

 

 

 

 

 

Glint of Gold

 

 

Gold or Silver

 

 

 

 

Blue Stone

CAT TIGER (H4)

 

 

 

 

 

 

Green Dancer

 

 

Cadoudal

 

 

 

 

Come to Sea

 

Miss Canon

 

 

 

 

 

Garde Royale

 

 

Uberaba

 

 

 

 

Île d’Amour