À la veille d'un moment historique des ventes de chevaux d'obstacle

Institution / Ventes / 10.12.2018

À la veille d'un moment historique des ventes de chevaux d'obstacle

À quelques heures de la "Munir & Souede Sale", Anthony Bromley, l’un des conseillers hippiques des deux propriétaires, a répondu à nos questions. Cette dispersion d’un élevage en pleine ascension va attirer des clients venus d’Irlande, d’Angleterre et de France.

Une page se tourne. « C’est un groupe de chevaux tout à fait exceptionnel qui va être offert à la vente ce mardi. Mais il faut bien avoir conscience qu’il y aura une large échelle de prix au sein de cette offre de qualité. Et donc des juments accessibles pour des acheteurs ayant des budgets variés. Pour eux, cette dispersion est attractive à plusieurs titres : la qualité des juments, la valeur des étalons dont elles sont pleines, le fait que les produits précédents et collatéraux vont être bien exploités et enfin l’assurance que c’est bien le meilleur qui est à vendre, car l’ensemble de l’effectif d’élevage passe en vente. Rien n’est conservé par Simon Munir et Isaac Souede dans une optique d’élevage car ils veulent vraiment se concentrer sur leur écurie de course qui connaît de très bons résultats. Pour David Powell et moi-même, cette dispersion aura une saveur douce-amère. Ce sont des chevaux que nous avons choisis, achetés, accompagnés durant leur carrière et croisés dans l’objectif de tendre vers le meilleur pour le compte de nos clients. Lorsqu’ils vont passer en vente, nous serons bien sûr un peu tristes de voir ce rêve d’excellence s’envoler, alors même que les premières générations issues de cet élevage montraient beaucoup de qualité. Les premiers produits ont en effet presque tous gagné et Raffles Sun (Poliglote), lauréate du Prix André Michel (Gr3) et troisième du Prix Renaud du Vivier (Gr1), représente un superbe porte-drapeau. Au haras du Lieu des Champs, tout a été très bien fait et la réussite est vraiment au rendez-vous en piste. Bien élevés, ils ont tous été confiés à des top-entraîneurs. Le même schéma de fonctionnement a été utilisé par Magalen Bryant au haras du Lieu des Champs, avec le succès qu’on lui connaît. »

Une base solide pour bâtir. « David Minton, David Powell et moi-même avons aussi des clients intéressés par ces juments. Et nous allons donc essayer d’en acheter si le marché le permet. Ces lots vont constituer l’une des heures les plus intenses de l’histoire des ventes de chevaux d’obstacle. Le marché des sauteurs est fort et sain ces dernières années. Certains éleveurs veulent renforcer leur jumenterie, d’autres veulent se diversifier vers l’obstacle et je pense qu’acheter lors de cette dispersion est une bonne manière de partir sur des bases solides. Ces juments sont jeunes, souvent avec de très bonnes performances et elles sont pleines de top-étalons. Il n’est pas facile d’obtenir des saillies de Martaline (Linamix) et Saint des Saints (Cadoudal) cette année et cela sera de plus en plus compliqué à l’avenir. Nous présentons trois juments pleines de chacun d’entre eux. Simon Munir et Isaac Souede vont exploiter, avec la réussite qu’on leur connaît, les premiers produits de ces juments. Elles auront donc toutes leurs chances de voir leur page de catalogue se renforcer encore dans les saisons à venir. Si des éleveurs français sont à la recherche de juments pour bâtir un élevage, c’est vraiment une occasion en or. »

Beaucoup d’intérêt à l’étranger. « Dans toute dispersion, il y a de bons côtés. Outre les opportunités évoquées précédemment, n’oublions pas que Simon Munir et Isaac Souede vont continuer à être très actifs sur le marché dans l’objectif de trouver des chevaux à faire courir sous leurs couleurs. Dès lors, nous suivrons bien sûr avec attention la production de ces juments que nous connaissons déjà très bien. Nous pourrions bien sûr, comme tous ceux qui cherchent des foals de qualité, être intéressés par le fait d’acheter des produits issus de juments vendues lors de la dispersion. Il est aussi certain que les grands éleveurs propriétaires français, dont la réussite est actuellement remarquable dans l’Hexagone, sont toujours à la recherche de top-juments. À cette heure, j’ai eu de nombreuses sollicitations provenant d’Angleterre et d’Irlande. L’intérêt est vif. Un remarquable travail de communication a été réalisé autour de cette vente, notamment par Arqana, et il y aura évidemment du monde autour du ring. On parle bien sûr beaucoup des étoiles de la vente, de celles qu’on voit rarement sur un ring comme Une Artiste (Alberto Giacometti), Ma Filleule (Turgeon), Gitane du Berlais (Balko) et Utopie des Bordes (Antarctique). Mais je suis vraiment persuadé que les autres juments du catalogue doivent être examinées avec attention car elles pourraient tout à fait se vendre pour un rapport qualité/prix des plus attractifs. En élevage, une jument black type qui marche bien et dont la famille est solide constitue toujours une base de qualité quand on se projette dans l’avenir. »