INTERNATIONAL - Conghua, le pari sur l’avenir du Hong Kong Jockey Club

International / 12.12.2018

INTERNATIONAL - Conghua, le pari sur l’avenir du Hong Kong Jockey Club

Le Hong Kong Jockey Club a inauguré le 28 août 2018 son centre d’entraînement flambant neuf, Conghua, situé en Chine. Les officiels du H.K.J.C. ont profité des courses internationales pour présenter ce centre aux officiels des courses et aux médias internationaux.

Un centre hors du commun. Les avis des officiels sont assez unanimes sur le centre de Conghua, qui a tout de même coûté la bagatelle de 3,7 milliards de dollars de Hongkong si l’on en croit l’ANZ… Soit plus de 400 millions d’euros. C’est une véritable réussite : Louis Romanet, président de la Fédération internationale des autorités hippiques, a décrit le site comme « simplement exceptionnel », estimant : « Cela représentait beaucoup de challenges, mais le site a été parfaitement construit dans un excellent environnement. Le design des écuries et le centre de réhabilitation sont particulièrement impressionnants. Tout ici est un modèle que le reste du monde aura bien du mal à égaler. »

Le Dr Makoto Inoue, vice-président de la Fédération des courses asiatiques, a déclaré que « le Jockey Club a toujours une vision portée vers l’avenir » tandis que Guy Henderson, directeur général d’Ascot, a estimé que ce centre « va changer les règles du jeu ».

Tant d’éloges… Mais à quoi ressemble précisément Conghua ? Le site est bien plus qu’un centre d’entraînement. C’est aussi un hippodrome, une clinique vétérinaire… Et un pari sur l’avenir.

Un hippodrome et des courses en mars 2019. Conghua s’étend sur 150 hectares et peut accueillir 660 chevaux à l’entraînement. Plus qu’un centre d’entraînement – ce qu’il est pour le moment –, Conghua est un hippodrome. C’est son projet sur le long terme. On y trouve quatre pistes : une en gazon, avec une circonférence de 2.000m et une largeur de 30m, deux pistes en dirt à son intérieur, ainsi qu’une ligne droite en montée de 1.100m.

Conghua n’a pas encore accueilli de courses mais plusieurs barrier trials s’y sont déroulés. Le Hong Kong Jockey Club a annoncé la tenue de courses de démonstration à Conghua le 23 mars 2018. Cette réunion proposera cinq courses, avec des allocations similaires à celles que l’on trouve à Sha Tin ou Happy Valley, et les résultats compteront dans le classement des entraîneurs et des jockeys. Il y a une différence de taille par rapport à Hongkong : ces épreuves ne seront pas support de paris. C’est normal : Conghua a beau être une annexe du Hong Kong Jockey Club, il se situe en Chine et les paris hippiques sont interdits.

L’hippodrome de Conghua a une autre particularité : il n’a pas de tribunes. Le Hong Kong Jockey Club mettra en place des installations démontables pour accueillir le public. Entre 4.000 et 5.000 personnes sont attendues. Le public, toujours pour des raisons sanitaires, n’aura aucun accès direct aux chevaux. L’ambition du Hong Kong Jockey Club est de développer une vraie activité hippique mais aussi équestre dans cette région de la Greater Bay Area, un endroit très touristique. Alors oui, il n’y a pas de paris… Mais un public à conquérir.

Un véritable défi sanitaire. Conghua est situé à 200 km de Hongkong, dans la Greater Bay Area. Il faut trois heures, en voiture, pour faire le trajet. C’est un peu plus long pour les chevaux : quatre heures de route avec des transports spécialement imaginés pour eux, avec des vétérinaires et un GPS pour les suivre. C’est une question de règles sanitaires. Conghua est considéré comme une zone libre de maladies équines. Aucun autre cheval que ceux du centre ne peut s’y approcher dans un rayon de 5 km. Aucun autre cheval n’est autorisé à moins d’un kilomètre de chaque côté des routes de transport… Les chevaux entraînés à Conghua et amenés à Sha Tin ou Happy Valley sont contrôlés par les vétérinaires au centre d’entraînement avant de prendre la route pour les hippodromes de Hongkong.

De l’air et de la place. Les chevaux courant à Hongkong sont encore principalement entraînés à Hongkong, un lieu qui peut se révéler irrespirable. L’idée de Conghua est aussi d’offrir un havre de paix aux équidés, avec des installations de première classe. Le centre dispose d’une zone de quarantaine, d’une clinique vétérinaire, de paddocks, mais aussi d’une piscine. Les entraîneurs disposent d’un pavillon, les propriétaires d’un lounge luxueux...

Conghua, loin de la frénésie de la ville, est le nouvel atout de Hongkong pour poursuivre le développement de ses courses. On a vu les agents du Hong Kong Jockey Club très actifs lors des différentes ventes européennes : qui dit nouveau centre d’entraînement dit aussi plus de chevaux pour le remplir. Et peut-être encore une nouvelle étape pour les florissantes courses de Hongkong, d’ores et déjà l’une des superpuissances des courses internationales.