LONGINES HONG KONG VASE (GR1) - Waldgeist avec la recette de Borgia

International / 07.12.2018

LONGINES HONG KONG VASE (GR1) - Waldgeist avec la recette de Borgia

LONGINES HONG KONG VASE (GR1) h • EQUIDIA

Waldgeist avec la recette de Borgia

Waldgeist (Galileo) possède le meilleur rating (122) parmi les quatorze partants du 2.400m et, si l’on excepte l’énigmatique Pakistan Star (Shamardal), il a une bonne marge de cinq livres sur les autres. Il est aussi, avec Pakistan Star, le seul gagnant d’un Gr1 ouvert parce que le local Ruthvein (Domesday), la japonaise Lys Gracieux (Heart’s Cry et la française Liliside) et l’irlandais Latrobe (Camelot) se sont imposés dans des courses réservées aux 3ans ou aux femelles.

Le pensionnaire d’André Fabre, après sa course de rentrée, n’a déçu qu’une fois, dans la Longines Breeders’ Cup Turf (Gr1). Il avait eu contre lui le terrain, le numéro à la corde et le train de course. Le Waldgeist qui a gagné le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1) et s’est classé quatrième dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe peut donner un deuxième succès à la casaque du Gestüt Ammerland qui avait gagné le Vase en 1999 avec Borgia (Acatenango).

Avec Crocosmia, le train ne manquera pas. La japonaise Crocosmia (Stay Gold) est une assurance qui protège Waldgeist du risque d’une course sans train : elle aime courir devant et méchant et sera en bonne compagnie, parce que Mirage Dancer (Frankel), Salouen (Canford Cliffs) et Rostropovich (Frankel) aiment aussi galoper avec le vent de face. Le quatre à la corde doit permettre à Pierre-Charles Boudot de trouver une position confortable pour placer la pointe de vitesse de son cheval.

Lys Gracieux, une japonaise qui attend. Waldgeist devra rester attentif, car le danger peut se manifester dans les 200 derniers mètres. La japonaise Lys Gracieux vient de gagner la Queen Elizabeth II Cup (Gr1), le Prix de l’Opéra version locale, et possède une vraie pointe de vitesse. Pakistan Star est aussi un finisseur redoutable tout comme Eagle Way (More than Ready), mais les locaux n’ont gagné qu’une fois le Vase. Le lauréat de l’Irish Derby Latrobe manque un peu de speed, mais il a bien couru en Australie, deuxième des Mackinnon Stakes (Gr1) sur plus court. La pouliche Son Altesse l’Aga Khan Eziyra (Teofilo) peut compteur sur la fraîcheur, très importante en fin de saison, et sa course en demi-teinte dans la Breeders’ Cup Filly & Mare Turf est liée à un parcours impossible en épaisseur.

LONGINES HONG KONG SPRINT (GR1) 40 • EQUIDIA

Un quatuor Size… face à un ex-Size

John Size connaît mieux que tout le monde l’art de convertir un sprinter australien aux courses de Hongkong. Ils arrivent chez lui inédits, ils commencent dans les plus petits des handicaps et ils arrivent aux sommets. Ce dimanche, l’Australien présente quatre de ses pensionnaires et le quatuor a déjà cumulé 6,7 millions d’euros de gains. Le rating le plus haut des Size (121) appartient à Ivictory (Mossman) qui avait gagné sept de ses huit premières sorties, mais il est à zéro depuis la reprise, en septembre. Le meilleur record est celui de Hot King Prawn (Denman) qui a gagné neuf fois en dix sorties et est monté de 58 livres sur l’échelle des valeurs. Il vient de gagner le Jockey Club Sprint (Gr2), la préparatoire. Les deux autres sont Beat the Clock (Hinchinbrook), un métronome, et D B Pin (Darci Brahma), deuxième l’année dernière et lauréat de la Centenary Sprint Cup (Gr1).

Mr Stunning, le tenant du titre. Malgré cette domination, John Size a gagné une seule fois le Longines Hong Kong Sprint (Gr1) et ce qui est drôle, avec un cheval qui sera dimanche le grand rival de son quatuor. Il s’agit de Mr Stunning (Exceed and Excel), qui a suivi un parcours typique de formation à la Size, mais qui après son succès l’année dernière, et trois deuxièmes places, a quitté les boxes de l’Australien pour aller chez son ex-assistant Frankie Lor. Il vient de se classer deuxième du Hot King Prawn dans la préparatoire, battu d’une demi-longueur, alors qu’il rendait cinq livres. Cette fois, ils sont à poids égal.

Trois étrangers en outsiders. Seuls trois étrangers ont accepté le déplacement. L’Europe est à zéro dans cette course et Gérald Mossé devra se creuser la tête avec Sir Dancealot (Sir Prancealot). Le Japon a gagné deux fois avec le crack Lord Kanaloa (King Kamehameha). Le Godolphin Japan Fine Needle (Admire Moon) est bon, mais ce n’est pas un crack. Singapour compte sur Lim’s Cruiser (Casino Prince), jugé comme le meilleur sprinter de son pays depuis l’époque de Rocket Man. Si le Rocket Man original n’a pas gagné, il est difficile d’imaginer que son successeur y parvienne.

LONGINES HONG KONG MILE (GR1) 8 h 50 • EQUIDIA

Inns of Court contre le champion du monde

On parle souvent des imbattables sprinters de Hongkong, mais leurs milers sont encore plus imbattables. Depuis le succès de The Duke (Danehill) en 2006 avec Monsieur Mile, Olivier Doleuze (trois victoires), le score des locaux est de 11 à 1, alors que dans le Sprint, ils mènent 9 à 3. Le seul étranger qui s’est intercalé dans une séquence locale a été le japonais Maurice (Screen Hero), un crack dans son métier. Le Japon présente cette fois trois de ses meilleurs milers, tous gagnants de Gr1, mais Persian Knight (Harbinger), Mozu Ascot (Frankel) et Vivlos (Deep Impact) devront se surpasser face au tenant du titre Beauty Generation (Road to Rock).

Beauty Generation, un épouvantail. Le néo-zélandais entraîné par John Moore est le meilleur miler du monde sur le gazon selon le rating (126) et depuis son succès en décembre dernier, il a aligné cinq victoires et deux défaites. Il est invaincu cette saison et sur ce qu’il nous a montré dans le Jockey Club Mile (Gr2), en rendant cinq livres, il semble imbattable. Cette fois il est à poids égal et le seul handicap c’est le douze à la corde, pas trop bon pour un cheval qui aime dominer les courses du départ. Il peut trouver quelqu’un pour l’empêcher d’aller devant et cela peut lui coûter cher.

Le Japon en attente. Les trois japonais sont des attentistes et aucun des locaux n’est prêt à se sacrifier pour les autres. La course doit rouler parce que Beauty Generation est un cheval agressif et cela peut jouer en faveur du français Inns of Court** (Invincible Spirit). Le Godolphin est passé deux fois à côté de son Gr1 et il trouve les bonnes conditions réunies : le train, une bonne place à la corde, et le parcours de Sha Tin qui est favorable à un miler qui a la vitesse pour aller aussi sur 1.400m. C’est aussi le profil de One Master (Fastnet Rock) qui a battu le français dans le Qatar Prix de la Forêt (Gr1). L’autre anglais Beat the Bank (Paco Boy) a toujours raté ses rendez-vous dans les Grs1. Le mile est la course plus internationale parce qu’il y a aussi au départ l’australien Comin’ Thorough (Fastnet Rock), un pensionnaire de Chris Waller qui a gagné un Gr1 sur 2.000m.

LONGINES HONG KONG CUP (GR1) 9 h 30 • EQUIDIA

Trois japonais pour une Cup

La Longines Hong Kong Cup est la course la plus riche, mais la moins attrayante du meeting. L’allocation de 28 millions de dollars hongkongais (3,15 millions d’euros) a réuni neuf partants, dont un seul européen, Stormy Antartic (Stormy Atlantic), qui appartient à un propriétaire local. C’est difficile à croire, mais le japonais Sungrazer (Deep Impact) et le tenant du titre Time Warp (Archipenko) ont le rating le plus haut (120). Le pensionnaire de Tony Cruz, en plus, a été obligé de passer un barrier trial après sa très mauvaise course dans la Jockey Club Cup (Gr2).

Deirdre, une bonne pouliche pour Lemaire. Sungrazer n’a pas encore gagné son Gr1, mais il vient de bien courir dans le Tenno Sho (Gr1) et il a progressé après que son entourage a décidé de le rallonger. Staphanos (Deep Impact) en est à sa deuxième tentative à Sha Tin. L’année dernière, il avait pris la quatrième place et cette année, il a très peu couru et assez mal. La pouliche Deirdre (Harbinger), lauréate du Shuka Sho (Gr1) l’année dernière s’est classée troisième du Dubai Turf (Gr1) en mars et a gagné deux fois ensuite. Elle a fait l’impasse sur les grandes courses de l’automne à domicile pour viser cet objectif. Une belle carte à jouer pour Christophe Lemaire.

Et si Edict of Nantes… Le groupe des locaux est difficile à juger. Seasons Bloom (Captain Sonador) est plus connu comme miler, Time Warp et son propre frère Glorious Forever sont intermittents et aiment courir en tête, Gold Mount (Excellent Art) est régulier. Il reste Northern Superstar (Count Dubois). Sous cette identité il n’a couru qu’une fois, en traçant une rentrée correcte après presque un an d’absence, mais quand il était en Afrique du Sud, comme Edict of Nantes, il a gagné le Cape Derby (Gr1) en tout bon cheval.