TATTERSALLS DECEMBER MARE SALE - Un hypermarché entre luxe et soucis

International / 02.12.2018

TATTERSALLS DECEMBER MARE SALE - Un hypermarché entre luxe et soucis

Sa fille par Galileo a été adjugée vendredi dernier à 1,7 million de Guinées. Combien faudra-t-il débourser pour acheter Pearling (Storm Cat), la mère de la pouliche top price de la Tattersalls December Foal Sale, quand elle passera – encore pleine de Galileo – sous le feu des enchères ce mardi ? C’est une question pour riches et peut-être qu’elle ne regarde pas que ses deux propriétaires, Imad Al Sagar et Saleh Al Homaizi. C’est le premier qui a gardé 100 % de la pouliche, et la date du dernier service de Galileo (8 juin) peut refroidir quelques acheteurs.

L’hypermarché de Newmarket, qui ouvre ses portes ce lundi, doit donner d’autres réponses à des questions plus importantes pour la santé de l’élevage. Le catalogue compte 926 lots après les scratchings enregistrés dimanche après-midi, dont 116 femelles gagnantes ou mères de produits black types, plus trois wild cards, dont la lauréate du Prix Robert Papin (Gr2) Signora Cabello (Camacho) qui passera sur le ring pour dissoudre l’association entre Phoenix Thoroughbred et Zen Racing. L’année dernière, une pouliche de 2ans avec le même profil, la française Different League (Dabirsim), a fait monter les enchères à 1,5 million.

Avec ce prix, Different League n’a pas été le top price, loin de là. Cinq femelles ont été plus chères et Coolmore a dû sortir 6 millions pour s’adjuger Marsha (Acclamation), lauréate de Gr1, alors que Godolphin a mis 3,7 millions pour Zhukova (Fastnet Rock). La Breeding Stock Sale 2017 a été la vente de tous les records avec un chiffre d’affaires de 68,31 millions, à la hausse de 52,7 % par rapport à l’année précédente. La session du mardi, celle de très haute qualité, avait enregistré à elle seule 66,8 % de la vente.

Les débuts d’Almanzor et Zarak. Mardi sera le grand jour, avec trois poulinières pleines de Dubawi (Dubai Millennium), deux de Galileo (Sadler’s Wells), neuf de son fils Frankel et quatre de son frère Sea the Stars (Cape Cross). Siyouni (Pivotal) a douze poulinières pleines dans la session dorée et une ce lundi. Plusieurs autres étalons français sont représentés, dont les débutants Almanzor (Wootton Bassett), avec cinq poulinières, et Zarak (Dubawi) avec une.

Godolphin et Juddmonte en vendeur. Le gros morceau de la première session est composé de 59 femelles, dont 36 pleines, présentées par Godolphin. Il faut noter que deux sont servies par Churchill (Galileo), une par Caravaggio (Scat Daddy) et une par Fastnet Rock (Danehill), des étalons Coolmore. Tous les grands élevages sont là et l’un des moments forts est toujours le passage sur le ring du draft Juddmonte. L’offre de cette année est constituée de 39 femelles, dont dix pleines (une de Frankel et deux de Kingman) qui passent ce lundi, et 29 sortant de l’entraînement à vendre vendredi. C’est surtout en première et troisième session que l’on pourra apprécier la santé du marché.

Le marché des foals à deux facettes. La December Foal Sale s’est terminée samedi soir avec un résultat qui offre deux interprétations. Le chiffre d’affaires est monté de 7 %, à 34,92 millions de Guinées, et le prix moyen s’est fixé à 51.285 Guinées (+ 16 %), mais le pourcentage de vendus est tombé de 78 % à 70 %. Toutes les sessions ont affiché un recul, sauf la troisième, celle du vendredi qui a engendré elle seule 60,5 % du chiffre d’affaires, avec une progression de 24 % Les deux sessions faibles (mercredi et samedi), qui pesaient pour 20 % depuis 2013, quand Tattersalls a dépassé pour la première fois les 30 millions de Guinées, représentent 13,3 % seulement du chiffre d’affaires total.