Et si Too Darn Hot était le favori du Derby… français ? - Par Anne-Louise Echevin

Courses / 11.01.2019

Et si Too Darn Hot était le favori du Derby… français ? - Par Anne-Louise Echevin

Et si Too Darn Hot était le favori du Derby… français ?

John Gosden se trouve en Australie, où se tient la vente Gold Coast de Magic Millions. Interrogé par un journaliste australien, il a donné des nouvelles d’Enable et du champion de 2ans Too Darn Hot, favori des 2.000 Guinées et du Derby d’Epsom… Pourtant, John Gosden ne croit pas aux 2.400m pour le fils de Dar Re Mi. Et si Too Darn Hot était en réalité le favori du Qipco Prix du Jockey Club ?

Par Anne-Louise Echevin

À ce stade, pas un poulain de 2.400m. John Gosden a expliqué : « Too Darn Hot est un très bon poulain, très bien dessiné, et il a de la vitesse. Il a plus l’air d’être un miler et je ne pense pas qu’il soit un poulain de Derby [d’Epsom, ndlr]. Pour moi, c’est un poulain de 1.600m et, peut-être, de 2.000m. Nous avons de grands espoirs avec lui. » Ce n’est pas la première fois que John Gosden insiste sur le fait que Too Darn Hot ne ressemble pas, selon lui, à un poulain taillé pour le Derby d’Epsom. Cela n’a pas empêché les bookmakers de le placer en grand favori de l’épreuve : Too Darn Hot est proposé dans une fourchette entre 11/4 et 9/2 pour le classique d’Epsom. Il est aussi le favori – logique – des 2.000 Guinées de Newmarket (Gr1), entre 11/8 et 6/4.

Et dans le Qipco Prix du Jockey Club ? Too Darn Hot n’apparaît pas, si on se fie au site Oddschecker : à ce stade, seul Persian King (Kingman) est présent, à 10/1. Pourtant, les déclarations de John Gosden laissent entrevoir une possibilité d’aligner Too Darn Hot sur les 2.100m de Chantilly. Nous sommes en janvier et nous nous prenons à rêver un peu…

John Gosden et deux rendez-vous manqués dans le Jockey Club. On peut tergiverser longtemps sur cela, mais the Derby is the Derby, et cela n’a rien à voir avec un Jockey Club sur 2.400m ou 2.100m. La course d’Epsom a toujours été – et restera encore – le Classique des Classiques en termes de prestige. Remettre le Jockey Club sur 2.400m ne changerait pas grand-chose de ce côté-là.

John Gosden n’a pas encore remporté le Qipco Prix du Jockey Club. Il a eu deux occasions ces dernières années : Golden Horn (Cape Cross), en 2015, et Roaring Lion (Kitten’s Joy), en 2018. Deux occasions manquées, mais deux enseignements différents à en tirer.

Golden Horn, le bon choix. Golden Horn n’avait pas été engagé dans le Derby d’Epsom et avait dû être supplémenté. Il avait en revanche été engagé dans le Prix du Jockey Club. Son propriétaire, Anthony Oppenheimer, était aussi l’éleveur du poulain et ne voyait pas en lui un cheval de 2.400m. C’était principalement une question de pedigree. Après le succès de Golden Horn dans les Dante Stakes (Gr2), Anthony Oppenheimer avait d’ailleurs évoqué le Prix du Jockey Club, plutôt que le Derby. Finalement, l’entourage du poulain a relevé le défi à Epsom et bien leur en a pris puisque Golden Horn a survolé la course. John Gosden estimait que Golden Horn avait les 2.400m dans les jambes même si, selon lui, c’était sa distance maximale : son seul "problème" était qu’il avait une certaine vitesse de base et qu’il pouvait se mettre à tirer. Cela dit, un Derby d’Epsom sans rythme, voilà qui arrive rarement…

Roaring Lion, un Classique manqué. Le cas de Roaring Lion est différent. En mai 2018, Franco Raimondi avait lancé un appel à l’entourage du poulain : ne vous posez même pas la question d’Epsom et venez à Chantilly ! John Gosden avait quant à lui invité les parieurs à ne pas jouer Roaring Lion à Epsom et il a bien eu raison – du moins pour la victoire. Roaring Lion avait trouvé le temps long pour finir et s’était fait subtiliser la deuxième place par Dee Ex Bee (Farhh) à la fin. Après cela, Roaring Lion n’a plus jamais connu les 2.400m, remportant les Eclipse (Gr1) sur 2.000m, les Juddmonte International Stakes (Gr1) sur 2.100m, les Irish Champion Stakes (Gr1) sur 2.000m et les Queen Elizabeth II Stakes (Gr1) sur 1.600m.

Roaring Lion est entré au haras avec un palmarès quasi parfait. Il ne lui manque peut-être qu’un seul élément : une victoire dans un Classique. Et il aurait très bien pu la trouver s’il était venu courir sur les 2.100m du Qipco Prix du Jockey Club (Gr1) à Chantilly, sur une distance adéquate et sur une piste plate lui convenant. Refaire les courses est un jeu de vieux garçon que nous aimons pratiquer durant l’hiver, dans l’attente de la saison de plat… Et un jeu imparfait : une course est une course et tout peut y arriver. Mais si on fait parler le rating, Roaring Lion n’aurait pas rencontré d’opposition dans le Jockey Club : il est à 127 et Study of Man (Deep Impact), qui n’a pas réussi à confirmer ce succès, est à 115. Qui plus est, ils se sont déjà affrontés dans les Irish Champion Stakes : Roaring Lion a battu Study of Man de six longueurs, les deux étant ensemble dans le parcours.

Si tu n’es pas un cheval de Derby… Un an après l’expérience Roaring Lion, nous avons tendance à nous dire que John Gosden n’ira probablement pas à Epsom s’il pense que Too Darn Hot n’a pas la tenue nécessaire pour tenir les 2.400m. Le Derby reste une course difficile, même lorsqu’un poulain a la tenue nécessaire. Y courir un poulain ne tenant pas peut lui donner un drôle de coup au moral… Too Darn Hot se révélera peut-être comme un poulain de Derby d’Epsom au fur et à mesure des semaines, c’est une possibilité ! Mais si tel n’est pas le cas… Monsieur Gosden, s’il vous plaît, venez à Chantilly chercher un autre Derby !

Mais il y a bien sûr une autre option… La concurrence envers le Qipco Prix du Jockey Club vient aussi de Royal Ascot et de son championnat des milers de 3ans, les St James’s Palace Stakes (Gr1). John Gosden est le tenant du titre avec Without Parole (Frankel). Si Too Darn Hot se révèle comme un pur miler, alors c’est le choix le plus logique. Et si son entourage souhaite le rallonger, il peut très bien attendre les Eclipse et autres International Stakes. Entre le Derby d’Epsom et Royal Ascot, notre Jockey Club a bien du mal à trouver sa place…

Enable va bien

John Gosden a donné des nouvelles d’Enable (Nathaniel), la double gagnante du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) et lauréate de la Longines Breeders’ Cup Turf (Gr1). Elle vise un troisième Arc et, si l’option Dubaï a été évoquée, elle est peu probable : « Elle fait juste des petits galops et du trotting actuellement. Nous allons réfléchir à son programme en vue d’une troisième participation à l’Arc. Elle ne devrait pas courir avant la mi-saison, au printemps. J’ai vu que la pouliche japonaise, Almond Eye, allait aussi viser l’Arc, donc cela promet une belle course. La décision d’aller vers l’Arc est totalement actée pour Enable, il reste juste à décider de sa préparation. »