Une découverte scientifique qui renforce la valeur des tests génétiques pour prédire la distance

International / 17.01.2019

Une découverte scientifique qui renforce la valeur des tests génétiques pour prédire la distance

Plusvital est capable d’analyser l’ADN d’un cheval de course et de prédire ainsi sa distance et sa surface optimales, tout comme son potentiel de performance. En 2015, l’entreprise a racheté Equinome, leader mondial dans la recherche et le développement d’outils génomiques de pointe pour la filière hippique. Une découverte récente apporte encore un peu plus de crédit aux tests pratiqués par Plusvital.

L’importance du "gène de la vitesse". Publiée cette semaine dans l’Equine Veterinary Journal, une étude a permis de découvrir que le gène de la myostatine ou "gène de la vitesse" est presque le seul facteur génétique capable de déterminer la distance de course optimale d’un cheval. Cette recherche a été réalisée à partir du génome et des résultats en course de plus de 3.000 pur-sang qui ont couru en Europe, en Australie, en Afrique du Sud et aux États-Unis. Ce travail a été mené par Emmeline Hill, professeure agrégée de science équine à l’UCD et également directrice scientifique de Plusvital. L’étude a également montré qu’en Europe, plus de 83 % des chevaux ayant le "gène de la vitesse" de type C:C (sprinter) avaient une distance optimale d’un mile ou moins. Et plus de 89 % des chevaux ayant le "gène de la vitesse" de type T:T (stayer) couraient mieux sur des distances plus longues que le mile.

Les stayers en voie d’extinction ? Emmeline Hill a aussi dit : « Les stayers sont sérieusement menacés d'extinction au sein de la population mondiale. Les types T:T (stayers) représentent désormais moins de 17 % des vainqueurs des courses les plus importantes en Grande-Bretagne et en Irlande et moins de 7 % en Australie. C'est un retournement complet de situation par rapport à la génétique des pur-sang d'il y a 150 ans. »