Grippe : Julien Phelippon fait le choix de la transparence

Courses / 27.02.2019

Grippe : Julien Phelippon fait le choix de la transparence

Mercredi matin, au lendemain de l’annonce par France Galop d’un deuxième foyer de grippe équine à Lamorlaye, Julien Phelippon a choisi d’annoncer sur Twitter qu’il s’agissait de son établissement. L’entraîneur nous a expliqué : « J’ai deux cas positifs dans mon effectif, et un troisième que je considère comme suspect, mais dont le test est revenu négatif. Les deux chevaux positifs étaient logés côte à côte et ont été placés à l’isolement. Tout le reste de mon effectif a été testé et les résultats sont négatifs. Cependant, les quatre chevaux qui étaient voisins des chevaux malades restent au box, par précaution. Comme le délai d’incubation de la maladie peut aller de cinq à huit jours, nous allons pratiquer des tests ultérieurement pour suivre l’évolution. J’ai la chance d’avoir deux blocs éloignés d’une trentaine de mètres, ce qui a permis d’isoler les chevaux malades. Les chevaux sains, qui n’étaient pas dans le même bloc que les autres, sortent l’après-midi, afin de ne croiser personne sur les pistes. Mes deux chevaux qui devaient courir à Lyon ont été déclarés non-partants, par principe de précaution, afin de ne faire prendre aucun risque aux autres professionnels et à leurs chevaux. J’espère que le problème sera réglé d’ici une dizaine de jours, auquel cas mon écurie n’en souffrirait pas trop. C’est d’autant plus rageant que depuis l’an dernier, quand plusieurs de mes pensionnaires ont "sous-performé", tout mon personnel est extrêmement vigilant sur la désinfection et les problématiques de biosécurité. J’avais travaillé avec Alan Creighton et rencontré Camille Vercken, deux spécialistes du sujet, et ils m’avaient donné beaucoup de conseils pour limiter au maximum les risques de propagation de maladies diverses. Mon équipe applique à la lettre ces consignes. »

Par ailleurs, Julien Phelippon explique ainsi sa démarche de communication sur le sujet – alors qu’il n’était évidemment pas tenu de le faire : « J’ai communiqué sur le sujet par souci de transparence, et parce que je ne me sens pas coupable de ce qui m’arrive. La grippe n’est pas une maladie très grave en elle-même. En revanche, le virus est hautement contagieux, et je pense que communiquer peut aider à limiter la propagation du virus. Je voudrais aussi souligner que France Galop et les équipes du docteur Gadot ont été d’une aide précieuse, tout comme mes vétérinaires traitants, et les équipes des pistes de Chantilly, qui nous permettent de travailler l’après-midi. »