Nanako

Le Mot de la Fin / 25.02.2019

Nanako

La Japan Racing Association (JRA) a suivi la France en mettant en place une décharge pour les femmes jockeys. La situation au Japon reste bien différente de celle de la France. Chez nous, le but de France Galop était d’encourager les professionnels à faire appel aux femmes, de plus en plus nombreuses à monter le matin ou à étudier à l’Afasec. Au Japon, il n’y a qu’une seule femme jockey : Nanako Fujita. Elle bénéficie pour le moment d’un kilo de décharge. À partir de ce mois de mars, elle en aura trois et, une fois qu’elle aura passé le cap des 100 victoires, elle aura encore deux kilos (hors black types).

Nanako Fujita nous avait dit, en juin 2017 : « C’est vrai que cela serait bien si, comme en France, les femmes pouvaient être aidées avec cette décharge. (…) Peut-être que cela pourrait attirer de nouvelles cavalières dans le futur, oui. » Nanako Fujita est unique et c’est une star au Japon. Au Turfy Shop, une gamme de produits, comme un calendrier, lui est consacrée. Autour du rond des vainqueurs, le public se presse pour avoir un autographe de Nanako. Le 18 février dernier, elle est devenue la première femme jockey de la JRA à monter dans un Gr1, à l’occasion des February Stakes (cinquième). La JRA a compté 61.141 personnes à Tokyo pour cette occasion, contre 50.194 l’an passé. Cela se constate sur plusieurs réunions. De là à dire qu’il y a eu un "effet Nanako", il n’y a qu’un pas, que nous franchissons aisément… Dans un contexte où la conquête du public jeune et féminin est considérée par la JRA comme importante pour le futur, inciter les jeunes femmes à monter en course et féminiser le milieu est une des possibles clés pour y arriver. Et la JRA sait très bien ce qu’elle fait.