PRIX CAPITAINE LABONDE (STEEPLE-CHASE) - So French renoue avec la victoire… et fait taire les mauvaises langues !

Courses / 19.02.2019

PRIX CAPITAINE LABONDE (STEEPLE-CHASE) - So French renoue avec la victoire… et fait taire les mauvaises langues !

FONTAINEBLEAU, MARDI

L’entraîneur est le mieux placé pour savoir ce que son cheval a dans le ventre. Dès lors, s’il dit qu’il est apte à continuer sa carrière, l’écouter paraît logique... Les polémistes ont voulu mettre So French (Poliglote) à la retraite un peu vite, mais sa victoire dans le Prix Capitaine Labonde, pour sa rentrée, a fait taire les critiques. Le champion de Magalen Bryant s’est imposé avec brio, renouant avec un succès qui le fuyait depuis sa victoire dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) en 2017. De Grand Steeple, il pourrait en être encore question car So French pourrait de nouveau le disputer.

Une victoire nette et sans bavure. Le succès de So French n’a souffert d’aucune contestation. Vite aux avant-postes, avec les œillères australiennes et Adrien Fouchet en selle pour la première fois, il a galopé avec une belle action, déliée. Sautant bien, il a pris seul l’avantage dans la diagonale. Entré avec des ressources dans la ligne droite, il a maîtrisé son sujet pour franchir l’avant-dernier obstacle, son jockey se retournant même. Sur le plat, il a accéléré, laissant le bon Droit Divin (Lucarno), auteur d’une bonne rentrée, à sept longueurs. Comtesse Gueulatis (Gris de Gris) a fait un bel effort dans la ligne droite, mais n’a rien pu face au retour de Droit Divin, se classant troisième devant Quick Martin (Martaline). Entraîneur de So French, Guillaume Macaire nous a dit : « Je suis très satisfait et soulagé de la victoire de So French. Il va reprendre du moral. Aujourd’hui, je voulais changer et essayer des choses. C’est pourquoi nous lui avons mis les œillères australiennes et, associé à Adrien Fouchet, qui avait en plus la décharge. Il ne l’a jamais monté et n’avait donc pas d’a priori. Il était plus réveillé aujourd’hui. Les chevaux sont comme nous, ils se lassent et ont parfois besoin de prendre des baffes. So French a eu un bon leader et là, il redevient cheval de course. Je pense qu’il peut revenir courir le Grand Steeple cette année. » So French a un programme ouvert étant donné qu’il n’a pas gagné en steeple l’année dernière. Il pourrait passer par une course comme le Prix William Head (L), mais tout cela sera décidé plus tard. Quant à Adrien Fouchet, il a signé sa 40e victoire et ne bénéficiera plus que d’un kilo de décharge.

Le propre frère de Device. Élevé par la famille Gabeur, So French est un fils de Poliglote et de Westonne (Mansonnien). Cette dernière était aussi entraînée par Guillaume Macaire, pour lequel elle a remporté le Prix Fleuret (Gr3). Elle a aussi donné Device (Poliglote), gagnant de onze Groupes, les Prix Amadou et Georges de Talhouët-Roy (Grs2) et les Prix d'Indy, Général de Saint-Didier, de Maisons-Laffitte, Pierre de Lassus, Juigné, Hypothèse, Carmarthen, de Compiègne et de Pépinvast (Grs3). Elle a produit également Whetstone ** (Saint des Saints), gagnante du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), du Prix Jean Stern (Gr2), et des Prix Fleuret, Duc d’Anjou et Bournosienne (Grs3), et West Kap ** (Kapgarde), gagnant de trois courses. La deuxième mère, Fassonwest (Dom Pasquini), une pensionnaire de Guillaume Macaire, a remporté deux courses en trois sorties sur les obstacles. Elle a bien produit, donnant Nagging (Nikos), gagnant du Prix Roger de Minvielle (L), tout comme son propre frère Westos (Nikos), ainsi qu’Off by Heart (Kapgarde), gagnant des Prix La Périchole et Edmond Barrachin (Grs3).

En remontant l’origine maternelle de So French et Device, on trouve plusieurs stayers de classe comme Nononito (Nikos), Sir Brink (Brinkmanship), troisième du Prix du Cadran  et lauréat du Prix Renaud du Vivier (Grs1), et Lassalle (Bon Mot), lauréat de l’Ascot Gold Cup, du Prix du Cadran (Grs1) et du Prix Gladiateur (Gr3). Lassalle a fait la monte au Japon. Nononito, lauréat des Prix du Cadran (Gr1) et Léon Rambaud (Gr2), s’est aussi classé troisième de la Grande Course de Haies d’Auteuil et de l’Ascot Gold Cup (Grs1). Au haras, il a notamment donné Princesse d’Anjou (Nononito), lauréate du Grand Steeple-Chase de Paris en 2008.

 

 

 

Northern Dancer

 

 

Sadler’s Wells

 

 

 

 

Fairy Bridge

 

Poliglote

 

 

 

 

 

Val de l’Orne

 

 

Alexandrie

 

 

 

 

Apachee

SO FRENCH (H8)

 

 

 

 

 

 

Tip Moss

 

 

Mansonnien

 

 

 

 

Association

 

Westonne

 

 

 

 

 

Dom Pasquini

 

 

Fassonwest

 

 

 

 

Feuille d’Automne