DIMANCHE À SAINT-CLOUD - Des espoirs classiques s’affirment et Soleil Marin brille à nouveau

Courses / 17.03.2019

DIMANCHE À SAINT-CLOUD - Des espoirs classiques s’affirment et Soleil Marin brille à nouveau

Ce dimanche, nous avons assisté à quelques surprises, à des retours en grâce et à des confirmations. Tifosa (Kodiac) a ouvert le bal des belles épreuves en s’imposant facilement dans le Prix La Camargo (L), prouvant ainsi qu’elle était performante aussi bien dans le terrain lourd que sur le sable. Elle a refait beaucoup de terrain pour finir à l’issue d’un parcours en dernière position, et son entourage tient peut-être là la future lauréate de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). Il convient cependant de rester prudent, car le lot qu’elle affrontait n’avait rien de transcendant et la piste pénible demeure un facteur déterminant dans les arrivées. Pia Brant pourra aussi compter, en vue des classiques, sur Silva (Kodiac) et Pretty Boy (Siyouni).

Placé au niveau black type à plusieurs reprises à 2ans et lui aussi lauréat sur le sable, Shaman (Shamardal) a enfin décroché sa Listed à l’issue du Prix Omnium II (L). À l’inverse de Tifosa, il a mené dès le départ et a triomphé de bout en bout, laissant une belle impression. Cet élève et représentant des frères Wertheimer pourrait aller directement sur la Poule d’Essai des Poulains (Gr1) sans passer par le Prix de Fontainebleau (Gr3)…

Enfin, Soleil Marin (Kendargent) a refait parler de lui à bon niveau en s’octroyant le Prix Exbury (Gr3), prenant une belle revanche puisqu’il avait conclu septième de l’édition 2018. Son dernier succès à ce niveau remontait à avril 2017. Après avoir galopé à mi-peloton, il a placé une belle accélération pour venir s’imposer devant son compagnon de casaque et d’entraînement, Magny Cours (Medaglia d’Oro). Le cheval de l’écurie Godolphin a mis du temps à revenir sur le devant de la scène suite à son sacre dans le Prix Noailles (Gr3). Il a montré ce dimanche son vrai visage, celui d’un cheval de Groupe. Son programme n’est pas encore défini mais la suite logique, c’est le Prix d’Harcourt (Gr2). De quoi envisager la saison avec enthousiasme !