DUBAI WORLD CUP (GR1) - Un petit nez, un grand cœur et une place dans l’Histoire

International / 30.03.2019

DUBAI WORLD CUP (GR1) - Un petit nez, un grand cœur et une place dans l’Histoire

DUBAI WORLD CUP (GR1)

Un petit nez, un grand cœur et une place dans l’Histoire

Cela s’est joué à un petit nez entre Thunder Snow (Helmet) et Gronkowski (Lonrho) dans la Dubai World Cup (Gr1). Mais c’est bien plus qu’une histoire de nez. C’est l’histoire d’un cœur sans faille et d’un jockey qui, du départ à la fin, aura réalisé la course parfaite malgré le 12 sur 13 dans les stalles. Un an après la master class Soumillon de la Dubai World Cup 2018 — 10 sur 10 dans les stalles, mission impossible —, le jockey a de nouveau su inventer quelque chose. Finalement, la foudre frappe parfois deux fois au même endroit.

Une drôle de dramaturgie. L’acte 1 de la Dubai World Cup s’est joué au départ. Thunder Snow paraissait mal embarqué avec la place à la corde, sachant qu’il est quasiment impossible de revenir de l’arrière sur le dirt de Meydan. Sauf si vous vous appelez Arrogate (Unbridled’s Song), mais là, c’est encore une autre histoire. Christophe Soumillon et Thunder Snow ont pris un départ volant. Incroyable. Le cheval a été catapulté hors de sa stalle et a réussi à venir se placer au côté de North America (Dubawi), l’un des favoris de la course. Le perdant, dans cet acte 1, a été Capezzano (Bernardini), parti bien, mais pas assez vite… Il s’est retrouvé dans la boîte, avec les projections. Il s’est mis à tirer. C’était fini pour lui.

L’acte 2 s’est joué dans le parcours. Thunder Snow a d’abord voyagé à l’extérieur de North America qui menait à un rythme correct sans plus. C’est alors que Gronkowski est apparu, à l’extérieur de Thunder Snow. Il a tenté de se rabattre mais Christophe Soumillon ne s’est pas laissé faire. Il l’a d’abord contré, l’obligeant à faire un effort à l’extérieur. Puis, dans le tournant, il l’a laissé passer… Et Thunder Snow, après un effort violent au départ, a pu respirer.

De l’acte 1 et de l’acte 2 découle l’acte 3. Une lutte acharnée dans la ligne droite, une victoire sur le fil. Thunder Snow a été relancé et, centimètre après centimètre, il a rattrapé son retard sur Gronkowski. Et a posé son nez sur le poteau. Masterclass Soumillon.

Les américains sont derrière : Gunnevara (Dialed In) a bien fini pour prendre la troisième place, à deux longueurs et demie. Pavel (Creative Cause) est quatrième à une demi-longueur, une courte tête devant Audible (Into Mischief).

Style Cheltenham. Christophe Soumillon a fait se lever tout l’hippodrome de Meydan suite à cette victoire, avec ce cheval qu’il aime tant, qu’il a toujours décrit comme hyper attachant. Le jockey a déclaré : « L’an dernier, j’avais gagné avec cinq ou six longueurs d’avance, peut-être même plus. Et, aujourd’hui, Thunder Snow a dû batailler. Je veux vraiment dire un grand merci à Saeed Bin Suroor et à Son Altesse le cheikh Mohammed Al Maktoum. Au rond, juste avant la course, ils m’ont dit que je devais être très confiant et bien faire les choses. Merci aussi à Thunder Snow, parce que sans lui, je ne pourrais pas réaliser de telles choses. Cela a été vraiment dur. Je ressemblais plus à un jockey d’obstacle de Cheltenham à la fin qu’à un jockey au style américain, mais il fallait que je continue de le soutenir et, parfois, il faut inventer des choses. Et j’avais promis à Saeed que j’aurais le trophée et qu’il aurait l’argent, de manière à ce que je doive revenir l’année prochaine ! »

Avec le meilleur jockey du monde. Thunder Snow va probablement rester sur le dirt avec, en point de mire, la Breeders’ Cup Classic. Son entraîneur, Saeed Bin Suroor, a dit : « C’est un cheval tellement courageux. Je n’étais pas certain d’avoir gagné, mais il était associé au meilleur jockey du monde, qui le connaît par cœur. Il a gagné l’UAE Derby et deux Dubai World Cup en partant à l’extérieur. Les deux forment une équipe formidable. Je crois que c’est mon 191e gagnant de Gr1 mais cette victoire arrive très haut, probablement avec la victoire de Dubai Millenium dans cette même épreuve. Je dois parler avec Son Altesse le cheikh Mohammed Al Makoutm pour la suite du programme, mais j’imagine qu’il pourrait retourner aux États-Unis. Peut-être à New York ou à Saratoga, avec la Breeders’ Cup Classic en ligne de mire. »

La famille de Balanchine. Élevé par Darley et issu de leur étalon Helmet, Thunder Snow est le quatrième produit d’Eastern Joy (Dubai Destination) qui avait gagné en débutant pour Henri-Alex Pantall. Elle s’est montrée beaucoup plus prolifique au haras, puisqu’elle a donné Ihtimal (Shamardal), lauréate des May Hill Stakes (Gr2) et troisième du Fillies’ Mile (Gr1), Always Smile (Cape Cross), deuxième des Sun Chariot Stakes (Gr1), et First Victory (Teofilo), gagnante des Oh So Sharp Stakes (Gr3). Eastern Joy est une sœur de la gagnante du Prix de Diane (Gr1) West Wind (Machiavellian)… sous l’entraînement d’Henri-Alex Pantall ! Red Slippers (Nureyev), la deuxième mère du poulain, est une sœur de la championne Balanchine (Storm Bird).