FESTIVAL DE CHELTENHAM - Les hommes et les chevaux qui ont fait cette édition de folie - Par Christopher Galmiche

International / 16.03.2019

FESTIVAL DE CHELTENHAM - Les hommes et les chevaux qui ont fait cette édition de folie - Par Christopher Galmiche

FESTIVAL DE CHELTENHAM

Les hommes et les chevaux qui ont fait cette édition de folie

Par Christopher Galmiche 

Cheltenham et son Festival, c’est déjà terminé ! L’heure est aux bilans et, que ce soit sur le plan de l’élevage comme du côté sportif, l’édition 2019 a été un très grand cru. Retour sur un Festival de haut vol… comme toujours !

Frodon et Bryony Frost, les stars de la semaine

Bryony Frost a fait la une du Times avec une large photo vendredi, à la suite de son succès dans le Ryanair Chase (Gr1), elle selle sur Frodon (Nickname). Il est extrêmement rare que les courses soient en première page du prestigieux journal. Mais Bryony Frost casse les barrières et c’est la meilleure publicité pour les courses d’obstacles. Elle est joviale, dotée d’un humour décapant et surtout, elle est épatante à cheval. Dans le Ryanair Chase, le couple qu’elle forme avec Frodon a déclenché des applaudissements sur certains des obstacles, tellement les deux étaient en symbiose. Et puis Frodon est un cheval spécial, qui n’a fait que progresser, dont la popularité a d’abord grandi dans les très gros handicaps, avant qu’il ne passe dans les Groupes. À l’issue de leur succès dans le Ryanair Chase, Frodon et Bryony Frost ont reçu une ovation dont beaucoup se souviendront. Un véritable tonnerre d’applaudissements pour une vraie démonstration de classe ! La succession de Tony McCoy pourrait peut-être s’écrire au féminin. Et tant mieux !

Willie, enfin !

Willie Mullins a conclu six fois deuxième de la Cheltenham Gold Cup (Gr1) avec Djakadam (deux fois), On his Own, Sir des Champs, Hedgehunter et Florida Pearl… Plus que n’importe quel entraîneur, il méritait sa victoire dans ce Grand Steeple anglais. Il l’a enfin obtenue en 2019, avec un jeune cheval, Al Boum Photo (Buck’s Boum) qui a tout pour être une véritable idole. Et l’entraîneur a fini tête de liste du Festival devant Nicky Henderson, une place qu’il avait perdue ces deux dernières années au profit de Gordon Elliott. Le début de la Gold Cup a été terrible pour lui puisque sur ses quatre chevaux, il en a perdu trois. Il ne comptait plus que sur Al Boum Photo. Il se résignait à finir deuxième encore une fois. Cependant, Al Boum Photo a été impérial, malgré une faute sur l’avant-dernier fence. Il a permis à l’élevage français de renouer avec le succès dans la Gold Cup, un succès qui nous fuyait depuis Long Run (Cadoudal) en 2011. Nos sauteurs ont d’ailleurs fait une razzia, prenant les trois premières places plus la cinquième… Désormais, nous reverrons Al Boum Photo dans la Punchestown Gold Cup (Gr1) pour préparer le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) et tenter une incroyable triple couronne.

Les exploits de Bruno Vagne et de la famille Boudot

Deux éleveurs ont réussi un véritable exploit. Bruno Vagne et la famille Boudot ont remporté chacun deux Groupes au cours du Festival. Le premier a enlevé le Champion Hurdle (Gr1) avec Espoir d’Allen (Voix du Nord) et le Champion Bumper (Gr1) avec Envoi Allen (Muhtathir). La seconde a décroché la victoire dans le JLT Novices’Chase (Gr1) avec Défi du Seuil (Gr1) et dans le Dawn Run Mares’Novices’Hurdle (Gr2) avec Églantine du Seuil (Saddler Maker). Que des AQPS !

La performance exceptionnelle d’Espoir d’Allen

Espoir d’Allen a véritablement démoli ses adversaires dans le Champion Hurdle. Nous ne connaissions pas ses limites, car il avait évolué dans des Grs3. À sa décharge, il n’avait pu courir le Triumph Hurdle (Gr1) 2018 à cause d’un souci. Préservé par la force des choses, il est arrivé au top pour Cheltenham, sans des combats durs. Battu une seule fois lors de sa carrière, il a le profil pour durer dans le temps et devenir une grande vedette. En effet, gagner de quinze longueurs un Champion Hurdle n’est pas donné à tout le monde. Surtout dans un lot d’une très grande valeur. Espoir d’Allen a mis en lumière les talents d’un vrai homme de cheval, Gavin Cromwell, maréchal-ferrant de son état, qui a commencé à entraîner des chevaux de point-to-point pour le plaisir. Il est devenu entraîneur, mais continue sa première activité. La passion à l’irlandaise !

Altior battu ? Non Altior vainqueur !

Altior (High Chaparral) a répondu en crack à la menace qui pesait sur lui dans le Queen Mother Champion Chase (Gr1). Il paraissait dominé entre les deux derniers fences. Pourtant, il a mis le coup de reins qui a fait la différence sur le plat. Il s’est offert un deuxième Champion Chase, une quatrième victoire lors d’un Festival, une dix-huitième victoire consécutive, aussi bien que Big Buck’s (Cadoudal) et il est resté invaincu en treize sorties. Des chiffres qui donnent le tournis !

Tiger Roll en roue libre

Le gagnant du Grand National de Liverpool (Gr3) est de plus en plus impressionnant. Lui aussi est un doyen du Festival et il est de mieux en mieux. Il a conservé son titre dans le Glenfarclas Cross-Country, la deuxième étape de la Crystal Cup. Et de quelle manière ! Il a dit "au revoir" à ses rivaux dans le tournant final et il a passé la montée comme s’il s’agissait d’un entraînement, au nez et à la barbe d’Urgent de Grégaine (Truth or Dare). Une machine ! Alors qu’il semblait en perte de vitesse, il a été à la chasse avec son actuel jockey Keith Donoghue. Peu à peu, il a retrouvé du moral et le cross lui a aussi changé les idées et permis de devenir un Grand National Winner !

Paisley Park, le roi des claies et le bonheur d’un homme

Propriétaire de Paisley Park (Oscar), vainqueur du Stayer’s Hurdle (Gr1), Andrew Gemmell est aveugle. Dans le rond avec de la famille et des amis, il a vécu la course intensément. Et son émotion était belle à voir. D’autant qu’avec Paisley Park, il a un vrai champion, le nouveau roi des claies. Il a eu un très beau passage dans la ligne droite et malgré une faute sur la dernière claie, il est reparti pour l’emporter avec brio.