THE ALL-STAR MILE - Cette diablesse de Mystic Journey, la Winx de Tasmanie

International / 16.03.2019

THE ALL-STAR MILE - Cette diablesse de Mystic Journey, la Winx de Tasmanie

THE ALL-STAR MILE

Cette diablesse de Mystic Journey, la Winx de Tasmanie

Troisième, nez au vent : une autoroute qui conduit droit en enfer. Sauf si on est en selle sur une championne comme Mystic Journey (Needs Further). Ce samedi à Flemington, la pouliche a explosé ses adversaires dans l’All-Star Mile, une course à condition dotée avec cinq millions de dollars australiens (3,12 M€). Le 18 février, les turfistes ont voté pour que leurs chevaux préférés soient au départ de cette épreuve. À cette date, la pouliche était encore en Tasmanie et même son entraîneur Adam Track ne rêvait pas de l’aligner face aux meilleurs. Le succès dans les Australian Guineas (Gr1), il y a deux semaines, lui a offert une wild-card sur un plateau. Ce n’était pas qu’un cadeau pour couronner une belle histoire… car cinq semaines après son succès dans une Listed sur son île natale, elle est devenue pour les turfistes australiens la nouvelle Winx, mais aussi la diablesse de Tasmanie.

Un parcours à la dure. Elle mérite bien ses surnoms. En dehors de Winx – et peut-être de The Autumn Sun (Redoute’s Mile) – il n’y a pas un meilleur pur-sang qu’elle en Australie. Ce samedi, il fallait une toute bonne pouliche pour survivre au train d’enfer (57’’43 le premier kilomètre), tout en parcourant plus de terrain que ses adversaires. Happy Clapper (Teofilo), la victime habituelle de Winx, a poussé Mystic Journey en pleine piste à la fin du tournant, et l’autre femelle Alizee (Sepoy) a trouvé un bon passage. Il y a eu une courte lutte. Dans les 100 derniers mètres, Mystic Journey a placé un nouveau coup de reins pour s’imposer d’une grande longueur, avec son jockey Anthony Darmanin debout sur les étriers. Le vétéran de Godolphin, Hartnell (Authorized), a fini fort pour coiffer sur le poteau Alizee. L’entraîneur Adam Tringer et le pilote avaient remporté leur premier Gr1 dans les Australian Guineas. Tringer, ancien jockey d’obstacle, entraîne soixante-deux chevaux à Devenport, dans le nord-ouest de la Tasmanie, à une heure et demie d’avion ou onze heures de bateau de Melbourne. Le professionnel a expliqué : « Elle a eu un parcours dur. Mais son jockey lui a permis de galoper dans son action et il ne fallait pas rester trop loin de la tête. »

Elle peut prendre le relai. Wayne Rosen, le propriétaire de Mystic Journey a trouvé un trésor. Sa pouliche lui a permis empocher 2,85 millions de dollars australiens (1,78 M€). Pas mal pour un cheval déniché pour 11.000 dollars australiens (6.880 €) à la Magic Millions Tasmanian Yearling Sale. Le professionnel est très humble : « Winx est une légende. Mais si elle prend sa retraite, je pense que Mystic Journey fait partie des chevaux qui pourront prendre le relai. Nous l’avions achetée comme une petite pouliche bon marché, dans l’objectif qu’elle puisse faire le job pour nous. Elle l’a fait d’une manière incroyable. »

Où l’on reparle de Habibti… Mystic Journey est issue de la deuxième génération de Needs Further (Encosta de Lago), un des deux étalons qui officient en Tasmanie. Ce lauréat de Gr3 a donné quatre autres sujets black types. La souche de Mystic Journey est arrivée dans l’hémisphère Sud à la fin des années 1990 avec l’importation en Nouvelle-Zélande de la troisième mère, un produit de L’Anno d’Oro (Habitat) qui était la propre sœur de la championne du sprint Habibti (July Cup, King’s Stand Stakes & Prix de l’Abbaye de Longchamp, Grs1).