TRIUMPH HURDLE (GR1) - Le prometteur Pentland Hills remporte une sombre édition du Triumph

International / 15.03.2019

TRIUMPH HURDLE (GR1) - Le prometteur Pentland Hills remporte une sombre édition du Triumph

CHELTENHAM (GB), VENDREDI

Le Triumph Hurdle (Gr1) 2019 ne laissera pas un souvenir impérissable. Non pas parce qu’il a été gagné par un outsider à 20/1 nommé Pentland Hills (Motivator). En effet, ce dernier, s’il ne comptait qu’une facile sortie victorieuse sur les claies de Plumpton, avait le droit d’être bon, peut-être même très bon.

La blessure mortelle de Sir Erec glace l’hippodrome. Cette édition du Triumph Hurdle restera surtout marquée par la blessure mortelle du grand favori, Sir Erec (Camelot). Une blessure qui a jeté un froid sur l’hippodrome, qui est d’un coup devenu silencieux. Sir Erec venait de remporter un Gr1 à Leopardstown et il aurait pu avoir un profil très intéressant comme étalon d’obstacle. Referré avant le départ, il s’est brisé un antérieur à la réception de la deuxième claie en face. Il était alors en deuxième position. Pentland Hills, qui galopait dans la seconde moitié du peloton, a réussi à l’éviter. Son jockey, Nico de Boinville, s’est montré très patient et il était encore loin des leaders dans le tournant final. Il n’a pas fait un pouce de terrain en trop, restant à la corde, et Pentland Hills est arrivé en roue libre sur les animateurs à l’entrée de la ligne droite. Son pilote a attendu d’avoir sauté la dernière claie pour lui demander d’accélérer. Pentland Hills a alors fait aisément la différence pour l’emporter devant Cœur Sublime (Elusive Pimpernel) et Gardens of Babylon (Camelot).

Premier français à l’arrivée, Quel Destin (Muhtathir) a terminé cinquième, derrière Nelson River (Mount Nelson), après avoir animé la course.

Pic d’Orhy, un défi trop dur. Pic d’Orhy (Turgeon) s’attelait à une tâche délicate. Débuter en Angleterre directement dans un Gr1 à Cheltenham, avec une dizaine de tours de rond pendant vingt minutes, la découverte d’une ambiance électrique… Autant d’éléments qui sur le papier peuvent expliquer le fait qu’il n’ait pas fait sa valeur. Car, sur sa classe d’Auteuil, il aurait largement dû faire l’arrivée, d’autant qu’il avait bien travaillé. Au rond, il est apparu léger physiquement et très tendu. Il sautillait sur place, ruant légèrement. En course, il a galopé en septième position, puis il est venu facilement dans la descente du tournant final. Mais lorsque son jockey, Sam Twiston-Davies, lui a demandé d’accélérer, il est resté dans son action et a cédé. Trop mauvaise sortie pour être exacte.

Le nouveau Punjabi. Recordman des victoires dans le Triumph Hurdle avec sept succès grâce à First Bout, Alone Success, Katarino, Zaynar, Soldatino, Peace and Co et donc Pentland Hills, Nicky Henderson a déclaré : « Il n’a pas été loin de tomber à la première claie, faisant une très mauvaise faute. Je me suis alors dit que ça n’avait pas été une bonne idée de le courir là-dedans. Mais ensuite, il a très bien sauté. J’avais été très impressionné lorsqu’il avait gagné à Plumpton. L’équipe de cet hippodrome est très professionnelle. Il avait un rating bas en plat mais je me suis dit que nous allions être courageux en venant pour le Triumph. De l’eau va couler sous les ponts avant le Champion Hurdle (Gr1). C’est encore très loin. Il n’en était qu’à sa deuxième sortie sur les claies. Nous allons le recourir encore une fois cette saison. C’est un cheval qui ressemble un peu à Punjabi [lauréat de l’équivalent irlandais du Triumph Hurdle, du Punchestown Champion Hurdle et du Champion Hurdle, ndlr]. Il pourrait très bien recourir en plat. La blessure de Sir Erec, ce sont des choses qui arrivent. Mon cœur est avec l’entourage du cheval. »

Le frère d’un vainqueur à Royal Ascot. Irlandais d’origine, Pentland Hills possède une famille maternelle allemande. C’est le frère de Balios (Shamardal), gagnant des King Edward VII Stakes (Gr2) à Royal Ascot et le neveu d’Elle Shadow (Shamardal), deuxième du Preis der Diana (Gr1) et d’El Comodin (Monsun), vainqueur du Prix Pelleas (L).