Crystal Beach ** paré pour le Grand Steeple

Courses / 15.05.2019

Crystal Beach ** paré pour le Grand Steeple

« Cela m’est égal, si le résultat est le même ! » Non sans humour, Marcel Rolland nous a dit que peu lui importait de rester coincé dans un ascenseur d’Auteuil, comme lors de sa victoire dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) 1999 avec Mandarino (Trempolino), si Crystal Beach ** (Network) venait à répéter la même performance. Plus sérieusement, le gagnant du Prix Murat (Gr2) fera partie des favoris ce dimanche dans la grande épreuve sur 6.000m. Son entraîneur nous a donné de ses nouvelles ce mercredi matin.

Par Christopher Galmiche

Tout va bien. Cette phrase est déjà une première victoire lorsqu'on parle d'un cheval d’obstacle avec lequel tout peut arriver. Le professionnel cantilien nous a dit : « Tous les feux sont au vert. Le cheval est bien. J’ai le sentiment de ne pas pouvoir l’avoir mieux. Il a fait un très bon travail mardi. Son cavalier l’a trouvé très bien. Le cheval est revenu sur la main, de lui-même. Je suis très content de sa condition. Il a galopé ce mardi sur le gazon. Ce mercredi matin, il a fait une balade légère et va ressauter le steeple vendredi matin. Sinon, ce sera un travail routinier. C’est bien Ludovic [Philipperon, ndlr] qui va le monter. Il n’a pas remonté parce qu’il s’était fait mal au poignet en tombant le 5 mai à Compiègne et il avait décidé de ne pas monter de la semaine pour être sûr d’être bien. »

Pas d’inquiétude sur la distance. Comme beaucoup de ses adversaires, Crystal Beach va aborder la distance du Grand Steeple pour la première fois. Mais ça n’est pas une inquiétude pour son mentor : « Je ne suis pas inquiet sur la distance du Grand Steeple. Je souhaite une course régulière et que nous n’ayons pas besoin d’aller devant. Je pense que Crystal Beach cherche à aller sur le rail après la dernière haie car il est isolé. Dans le Prix Ingré (Gr3), il s’est retrouvé tout seul pour finir. Dans son galop de mardi, nous avions mis un autre cheval devant lui et, dans ces conditions, il est venu le doubler. Le fait d’être tout seul, avec du vide, fait qu’il cherche l’appui. C’est une manie plus qu’autre chose. Dans le Prix Ingré, il est venu tout seul, les autres sont venus en dehors et se sont aidés les uns et les autres. Lui était isolé depuis un moment : dans ce cas de figure, c’est dur. Il est certain qu’il finit moins vite ainsi que s’il venait avec un leader ou de derrière. J’espère que cela va se dérouler différemment ce dimanche. J’aimerais qu'à la double barrière, il ait encore des chevaux devant lui. Dans le Prix Hypothèse, lorsqu’il était derrière et qu’il est venu finir, il a terminé à une tout autre vitesse que les dernières fois. »