THE EMIRATES POULE D’ESSAI DES POULICHES (GR1) - Castle Lady : un nez pour entrer dans l’histoire

Courses / 12.05.2019

THE EMIRATES POULE D’ESSAI DES POULICHES (GR1) - Castle Lady : un nez pour entrer dans l’histoire

PARISLONGCHAMP, DIMANCHE

Installée favorite des Emirates Poule d’Essai des Pouliches, Castle Lady (Shamardal) était l’objet de toutes les attentions dans le rond de présentation. Peu impressionnante dans son physique, la pouliche de Godolphin avait pourtant fait des merveilles en dernier lieu en s’imposant dans le Prix de la Grotte (Gr3), dès sa deuxième sortie, en devançant des concurrentes chevronnées. Supplémentée ce dimanche par son entourage, elle a une nouvelle fois été incroyable pour venir à bout d’une excellente Commes ** (Le Havre), laquelle a tout donné pour tenter d’offrir une neuvième victoire de Stakes à son père cette année. Seule Torrestrella (Orpen) avait gagné cette course en étant supplémentée. C’était en 2004…

Un remake du parcours de la Grotte. S’élançant de la stalle numéro 6, Castle Lady a eu exactement le même parcours que lors de sa dernière sortie. Elle a été placée par son jockey en quatrième position, à l’extérieur, dans le sillage de Suphala (Frankel) tandis qu’Imperial Charm (Dubawi) emmenait le peloton, comme l’anglaise l’avait fait dans le Prix de la Grotte. Décalée en dehors à 400m du but, la future lauréate a fondu sur les pouliches de tête comme pour les manger toutes crues, mais Commes a alors surgi à l’intérieur à 200m de l’arrivée. Les supporters de Castle Lady ont dû retenir leur souffle dans les dernières foulées car la lutte a été âpre, mais c’est bien la pouliche parée de bleu qui a franchi le poteau en tête, s’imposant d’un nez. East (Frankel) a tracé une belle ligne droite à l’extérieur pour venir s’emparer de la troisième place, à une longueur et demie des deux premières, précédant sa compatriote Imperial Charm et Matematica (Rock of Gibraltar). La pouliche des frères Wertheimer a fait illusion pour la victoire après avoir galopé dans le sillage de l’animatrice, mais elle a finalement craqué dans les 200 derniers mètres et a dû se contenter de la cinquième place. Les commissaires ont ouvert une enquête suite à la réclamation d’Olivier Peslier, qui a conclu sixième alors qu’il était en selle sur Watch Me (Olympic Glory). Le jockey s’est plaint d'avoir été gêné dans la descente par James Peter Spencer, qui était associé à East. Le résultat a été maintenu, mais l’Irlandais a tout de même écopé d’une interdiction de monter pour une durée de deux jours pour avoir eu un comportement fautif en se rapprochant de la lice intérieure, mettant ainsi Watch Me en difficulté.

Les Coronation Stakes ? Why Not! Ce dimanche, Castle Lady a fait quelque chose qui sort de l’ordinaire. Aucune pouliche n’avait réussi à s’imposer dans la Poule sans avoir couru à 2ans depuis la victoire de Madelia (Caro) en 1977. Comme cette dernière, la gagnante se présentait invaincue au départ du classique. La comparaison s’arrête là car Madelia, qui appartenait à Daniel Wildenstein, avait ensuite remporté coup sur coup le Prix Saint-Alary et le Prix de Diane sous l’entraînement d’Angel Penna. Castle Lady, quant à elle, devrait rester sur le mile. Henri-Alex Pantall, entraîneur de la pouliche, a expliqué : « Amener un cheval à ce niveau, c’est une consécration et on vit pour cela ! Castle Lady va sûrement progresser encore. Elle s’est bien sortie du terrain, ce qui ne m’étonne pas car elle s’adapte à tout. Les 1.600m sont vraiment sa distance idéale. C’est une pouliche très facile qui m’avait montré en début d’année qu’elle avait quelque chose, mais c’était encore un peu tôt pour savoir si elle avait la pointure d’une Poule d’Essai. Elle a besoin de fleurir encore un peu dans son physique. Je l’ai engagée dans les Coronation Stakes (Gr1) à Royal Ascot ; elle pourrait courir là-bas avant d’être dirigée vers le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1). » Avant Castle Lady, seulement cinq pouliches avaient réussi à faire le doublé Grotte & Poule d’Essai au cours de ces vingt dernières années : Beauty Parlour **  (Deep Impact) en 2012, Golden Lilac (Galileo) en 2011, Zarkava ** (Zamindar) en 2008, Darjina (Zamindar) en 2007, et enfin Divine Proportions (Kingmambo) en 2005. La dernière pouliche à avoir réalisé le doublé Poule & Coronation Stakes n’est autre que la championne Ervedya (Siyouni) en 2015.

Le 300e Gr1 de Godolphin. Lisa-Jane Graffard, représentante de Godolphin en France, était émue après la victoire de Castle Lady. Elle a commenté : « Elle a eu des petits soucis à 2ans et c’est pour cela qu’elle n’a pas débuté plus tôt. En début d’année, il était trop tôt pour savoir si la pouliche était de ce calibre et c’est pour cela que nous ne l’avions pas engagée dans la Poule. Son entraîneur a vu assez rapidement au travail qu’il avait une bonne pouliche entre les mains. Elle a de la marge dans son physique. Elle est sûrement perfectible, et son jockey nous a d’ailleurs dit qu’elle a failli être battue aujourd’hui par manque de maturité. » Ce dimanche, Castle Lady a offert un 300e Gr1 international à Godolphin. Mickaël Barzalona, jockey de Castle Lady, a quant à lui déclaré : « Je pensais avoir gagné, mais j'ai préféré attendre le verdict ! C'est une pouliche de classe. En dernier lieu, elle avait tout de même montré qu’elle avait passé un vrai cap. Aujourd’hui, elle a prouvé qu’elle avait encore progressé. Quand nous avons pris l’avantage, j’allais vraiment facile. Une fois devant, elle ne s’est pas reprise mais j'aurais aimé avoir un cheval qui m'emmène encore plus loin. Elle gravit les échelons petit à petit et elle est déjà en haut de l’affiche. » 

Commes ** sera probablement mieux sur plus long. Impressionnante lors de ses débuts victorieux au mois d’août, à Deauville, Commes avait ensuite conclu deuxième d’une Classe 1 cantilienne en étant devancée par Suphala. La pouliche de Gérard Augustin-Normand avait effectué sa rentrée le mois dernier sur le parcours de la Poule, se classant deuxième du Prix du Louvre (Classe 1) derrière la grande absente du jour, Siyarafina ** (Pivotal). Jean-Claude Rouget n’était pas surpris par la performance de sa protégée : « Nous nous attendions à ce qu’elle courre de cette manière. Elle a un peu moins de vitesse que la gagnante, mais je pense qu’elle sera mieux avec l'allongement de la distance. Et pour cause, sa mère a gagné le Prix de Psyché (Gr3) et les produits de Le Havre sont mieux sur 2.000m que sur 1.600m. Cette course porte bien son nom : la Poule d'Essai. Nous avons donc essayé aujourd'hui et cela a porté ses fruits. »

L’entourage d’East envisage les 1.000 Guinées irlandaises. Lauréate du Prix Thomas Bryon Jockey Club de Turquie (Gr3), East s’était ensuite classée deuxième du Breeders’ Cup Juvenile Fillies’ Turf (Gr1) derrière la jeune star américaine Newspaperofrecord (Lope de Vega). East effectuait donc sa réapparition sur notre sol avec de légitimes ambitions. Contrainte de voyager nez au vent à l’arrière-garde, elle a pourtant déployé de belles foulées pour venir compléter le podium. Son entraîneur, Kevin Ryan, nous a confié : « Nous sommes ravis ! Elle est peut-être trop bien sortie de sa stalle et cela nous a obligés à voyager en épaisseur. Nous n'avions pas vraiment de tactique : l'idée était d'aviser une fois la course partie, en fonction de la tournure des événements. C'est sa première sortie de l'année et elle est troisième des Guinées françaises ! Dans la fausse ligne droite, elle allait très bien. Elle a un tempérament exceptionnel et nous attendons avec impatience la suite de la saison. Elle a beaucoup de vitesse de base et j'aimerais la voir sur un meilleur terrain. Je ne cherche cependant pas d'excuse du côté de la piste. Les 1.000 Guinées d'Irlande vont probablement arriver un peu vite, mais nous ne fermons pas cette porte. Nous allons voir comment elle récupère. »

Imperial Charm déferrée pendant l’épreuve. Deuxième à presque deux longueurs de Castle Lady dans le Prix de la Grotte, Imperial Charm était avantagée par l’état du terrain ce dimanche. Elle a pourtant conclu à la même distance de la gagnante qu’en dernier lieu, mais avec des excuses. Son entraîneur, Simon Crisford, nous a dit : « Elle a perdu un fer à l'antérieur droit pendant la course, donc cela ne l'a vraiment pas aidée. Cependant, elle a couru une super course et nous sommes ravis d'elle. Je ne sais pas encore sur quoi nous allons l’emmener par la suite. »

Le deuxième classique français de Shamardal. Élevée par Godolphin, Castle Lady est une fille de Shamardal (Giant’s Causeway). Depuis Lope de Vega, auteur du doublé Poule d'Essai des Poulains & Prix du Jockey Club en 2010, l’étalon basé à Kildangan Stud n’avait pas donné de lauréat classique en France. On lui doit également Akua'da (1.000 Guinées allemandes, Gr2), Crackerjack King (Derby italien, Gr2)… Castle Lady lui offre un 67e Groupe.

PEDIGREE WEATHERBYS :

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/CastleLady.pdf

Issue d’une propre sœur de Raven’s Pass. La mère de Castle Lady, Windsor County (Elusive Quality), n’a jamais couru. C’est la sœur de Top Score (Hard Spun), lauréat de l’Al  Naboodah Goodyear Meydan Classic (L), à Meydan, et deuxième des Hopeful Stakes et de l’International Trakya Trophy (Ls). Windsor County a aussi un 2ans par Invincible Spirit (Green Desert), un yearling par Dark Angel (Acclamation) et elle a été saillie au mois de juin par Exceed and Excel (Danehill).

La deuxième mère, Ascutney (Lord at War), s’est imposée dans les Miesque Stakes et s’est classée deuxième des Senorita Stakes et troisième des Miss Grillo Stakes (Grs3). Elle a notamment donné Raven’s Pass (Elusive Quality), lauréat des Queen Elizabeth II Stakes, de la Breeders’ Cup Classic (Grs1), du Celebration Mile (Gr2) et des Solario Stakes (Gr3). Il a aussi pris la deuxième place des St James’s Palace Stakes, des Sussex Stakes et du Prix Jean Prat, ainsi que la troisième place des Dewhurst Stakes (Grs1). Raven’s Pass est depuis devenu un bon étalon (près de 50 black types).

Ascutney a aussi donné l’étalon Gigawatt (Wild Again), vainqueur du Miami Mile Breeders' Cup Handicap (Gr3) et des Display Stakes (L) et deuxième des Grey Breeders' Cup Stakes (Gr2). C’est la famille de Rainbow View (Dynaformer), gagnante du Fillies’ Mile et des Matron Stakes, deuxième des Nassau Stakes, des E.P. Taylor Stakes et troisième des Coronation Stakes (Grs1).

 

 

 

 

 

Storm Cat

 

 

Giant’s Causeway

 

 

 

 

Mariah’s Storm

 

Shamardal

 

 

 

 

 

Machiavellian

 

 

Helsinki

 

 

 

 

Helen Street

CASTLE LADY (F3)

 

 

 

 

 

 

Gone West

 

 

Elusive Quality

 

 

 

 

Touch of Greatness

 

Windsor County

 

 

 

 

 

Lord at War

 

 

Ascutney

 

 

 

 

Right Word


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 40’’10

De 1.000m à 600m : 24’’82

De 600m à 400m : 12’’42

De 400m à 200m : 11’’50

De 200m à l’arrivée : 12’’07

Temps total : 1’40’’91