GRAND PRIX DE CHANTILLY (GR2) - Aspetar valide sa thèse

Courses / 02.06.2019

GRAND PRIX DE CHANTILLY (GR2) - Aspetar valide sa thèse

GRAND PRIX DE CHANTILLY (GR2)

Aspetar valide sa thèse

Sept ans après Aiken (Selkirk), le "FR" Aspetar (Al Kazeem), qui doit son nom à une clinique dernier cri dédiée aux sportifs au Qatar, a de nouveau fait briller l’entraînement britannique dans ce Grand Prix de Chantilly (Gr2), offrant une première victoire à tout son entourage dans l’épreuve par la même occasion. Gagnant de Listed et placé de Groupe dans son pays d’adoption, l’élève et représentant de Son Excellence le cheikh Mohammed bin Khalifa Al Thani avait couru à deux reprises en France sans succès, et restait sur une cinquième place dans le Prix d’Hédouville (Gr3). Ce dimanche, il s’est pourtant bel et bien montré le plus fort et a laissé une belle impression.

Une course sans concession. L’épreuve est partie très vite sous l’impulsion de Silverwave (Silver Frost), lauréat de cette course en 2017. S’élançant à l’extérieur, le pensionnaire de Fabrice Vermeulen a galopé en dehors avant de se rapprocher progressivement vers la corde, Ziyad (Rock of Gibraltar) s’installant dans son sillage. Aspetar, quant à lui, a adopté sa tactique habituelle. Il a patienté à l’arrière-garde dans le sillage de Petit Fils (Makfi), lequel a d’abord galopé au troisième rang nez au vent. L’allure étant sélective, ce dernier a eu la place pour se ranger au bout de la ligne opposée et en a profité, laissant le futur lauréat seul en dehors. Progressant librement dans la phase finale, Aspetar a pris le meilleur à 100m du but et s’est imposé de trois quarts de longueur devant Ziyad. Silverwave a conclu troisième une demi-longueur plus loin devant Folamour (Intello), qui a pris la roue du gagnant à l’entrée de la ligne droite et qui a bien fini à l’issue d’un parcours en avant-dernière position. La déception vient de Listen In (Sea the Stars), qui était très plébiscitée par les parieurs et qui n’a pu faire mieux que sixième. Suite à son succès en fin d’année dans le Prix du Conseil de Paris (Gr2), la jument de George Strawbridge devait rendre une livre à tous ses rivaux.

Il ne sort pas de nulle part. Sur ce qu’il avait fait de mieux, Aspetar avait tout à fait le droit de s’imposer. Lauréat de ses deux premières courses à 3ans, dont une Listed sur 2.200m à Goodwood, il avait ensuite terminé huitième et dernier du Prix Hocquart (Gr2). Troisième d’une Listed à Ayr au mois de septembre, Aspetar avait pris la troisième place d’une course à conditions lors de sa sortie suivante sur 2.600m. Castré au mois de novembre, il a effectué une excellente rentrée dans les John Porter Stakes (Gr3) en avril, n’étant battu que par l’excellent Marmelo (Duke of Marmalade). Bertrand Le Métayer, racing manager du cheikh Mohammed bin Khalifa Al Thani, nous a confié : « Aspetar est issu de la première génération élevée par Son Excellence le cheikh Mohammed bin Khalifa Al Thani dans son haras français. Sur le papier, il n’avait pas son terrain, mais il le fait remarquablement bien. Il a eu des shins à 3ans et jusqu’à présent, il était mieux en terrain souple. Nous avons une part de son père Al Kazeem (Dubawi), dont il fait partie de la première production. Par bonheur, sa mère est encore jeune. Nous attendons de discuter avec son entraîneur pour la suite de son programme. » James Doyle, jockey d’Aspetar, a quant à lui déclaré : « La dernière fois, nous l’avons respecté, car nous pensions déjà au Grand Prix de Chantilly et la piste était un peu trop collante pour ses aptitudes. Le train a été élevé aujourd’hui et cela a avantagé mon cheval. » À la suite de cette victoire, Aspetar a été crédité d’un rating de 114 par le Racing Post, qui avait annoncé que le cheval pourrait revenir en France pour courir le Grand Prix de Deauville (Gr2). S’il décidait de tenter sa chance dans le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1), sa tâche ne serait pas aisée, car seulement trois chevaux ont réussi le doublé au cours des vingt dernières années : Ange Gabriel (Kaldounévées) en 2003, Spiritjim (Galileo) en 2014 (même s’il a été distancé par la suite après détection d’une substance prohibée), et Waldgeist (Galileo) en 2018. Il faut par ailleurs noter que quinze lauréats du Grand Prix de Chantilly ont tenté le doublé dans le Grand Prix de Saint-Cloud, ces vingt dernières années. Les cinq autres ont choisi d’attendre le Grand Prix de Deauville, ou bien d’aller courir en Angleterre et en Allemagne.

Il a établi le temps record de la course. En parcourant les 2.400m en 2’24’’60, Aspetar a établi le meilleur temps de l’épreuve. Le record était détenu jusque-là par le double gagnant du Grand Prix de Chantilly Policy Maker (Sadler’s Wells), qui s’était imposé dans l’édition 2006 en 2’24’’80 sur le même type de terrain. Le pensionnaire de Roger Charlton n’est pas passé loin non plus du temps record du parcours, qui est de 2’23’’61.

Ziyad vers le Prix Maurice de Nieuil. Vainqueur du Prix Michel Houyvet (L) et deuxième du Prix de Lutèce (Gr3) l’an passé, Ziyad a été raccourci par son entourage dès le début de l’année. S’il n’avait jusqu’ici pas encore réussi à convaincre en trois sorties, ce n’était pas à cause de la distance : il avait déjà gagné à plusieurs reprises sur 2.400m avant de suivre la voie des stayers. En dernier lieu, il terminait à plus de huit longueurs de Silverwave dans le Prix Bédel (L). Son entraîneur, Carlos Laffon-Parias, nous a expliqué : « Il n’a que 4ans et il court contre de vieux chevaux depuis le début de l’année. C’est très dur pour les 4ans d’affronter des concurrents très expérimentés en rendant du poids. Aujourd’hui, ils étaient quasiment tous à poids égal et Ziyad a refait sa valeur. Il a eu une bonne course. Nous sommes battus par un cheval qui avait montré sur ses performances en Angleterre qu’il était bon. Ziyad va désormais retourner sur plus long et courir le Prix Maurice de Nieuil (Gr2), le 14 juillet à ParisLongchamp. »

Un petit-fils d’Alexandrova. Élevé par son propriétaire au haras des Cruchettes, Aspetar est un fils d’Al Kazeem (Dubawi), étalon à Oakgrove Stud, à qui il offre une première victoire de Groupe. L’étalon a eu un parcours un peu particulier puisqu’il a repris la compétition en juillet 2014, alors qu’il était entré au haras quelques mois plus tôt, à cause d’un problème d’infertilité. La mère d’Aspetar, Bella Qatara (Dansili), s’est imposée à 3ans sur 2.100m à Pornichet sous l’entraînement d’Alain de Royer Dupré. Aspetar est son premier produit. La poulinière a également un 3ans nommé Qarasu (Le Havre), lequel s’est placé à deux reprises en autant de sorties outre-Manche et qui est lui aussi entraîné par Roger Charlton, ainsi qu’une 2ans inédite par Footstepsinthesand (Giant’s Causeway).

La deuxième mère, Alexandrova (Sadler’s Wells), fut une véritable championne en piste. Elle a remporté les Oaks d’Epsom, les Irish Oaks et les Yorkshire Oaks et compte également une deuxième place dans les Meon Valley Stud Fillies' Mile Stakes, ainsi qu’une troisième place dans le Prix de l’Opéra (Grs1). Elle a donné trois gagnants de Groupe : Somehow (Fastnet Rock), lauréate des Dahlia Stakes (Gr2) et deuxième de la Tattersalls Gold Cup (Gr1), Alex my Boy (Dalakhani), vainqueur des Prix Kergorlay (Gr2) et de Barbeville (Gr3), et Happen (War Front), gagnant des Athasi Stakes (Gr3). Alexandrova est une propre sœur de l’étalon du haras du Mazet Masterofthehorse, troisième du Derby d’Epsom (Gr1), mais elle est aussi la sœur de la lauréate des Cheveley Park Stakes (Gr1) Magical Romance (Barathea).

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Aspetar.pdf

Dubaï Millenium

Dubawi

Zomaradah

Al Kazeem

Darshaan

Kazeem

Kanz

ASPETAR (H4)

Danehill

Dansili

Hasili

Bella Qatara

Sadler’s Wells

Alexandrova

Shouk

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’25’’20

De 1.000m à 600m : 22’’90

De 600m à 400m : 12’’00

De 400m à 200m : 12’’00

De 200m à l’arrivée : 12’’50

Temps total : 2’24’’60