PRIX BERTRAND DU BREUIL (GR3) - Vintager prive Trais Fluors d’une revanche

Courses / 16.06.2019

PRIX BERTRAND DU BREUIL (GR3) - Vintager prive Trais Fluors d’une revanche

PRIX BERTRAND DU BREUIL (GR3)

Vintager prive Trais Fluors d’une revanche

Trais Fluors (Dansili) faisait figure d’épouvantail dans ce Prix Bertrand du Breuil (Gr3) pauvre en partants. Battu d’une courte encolure par Hunaina (Tamayuz) dans l’édition précédente, le cheval du haras de Saint Pair semblait avoir sa revanche à portée de sabot. Mais les courses ne sont jamais gagnées d’avance et Trais Fluors a dû s’incliner une fois de plus face au seul concurrent britannique de l’épreuve, Vintager (Mastercraftsman). Ce dernier possédait une chance secondaire au papier, mais il faut toujours se méfier du tandem Godolphin/Appleby !

Taareef détient toujours le record. Au rond de présentation, Vintager était un peu tendu. Lorsque le départ a été donné, le représentant de Godolphin s’est élancé à l’extérieur et s’est installé en deuxième position à l’extérieur de Géniale (Deep Impact). Progressant avec beaucoup de ressources dans la ligne droite, le gris a pris le meilleur à 300m du but et n’a jamais laissé à Trais Fluors la chance de venir à sa hauteur, le devançant de trois quarts de longueur au passage du poteau.

Seule femelle au départ, Lunch Lady (Shamardal) n’a pas démérité en s’emparant de la troisième place trois longueurs et demie plus loin, devançant très nettement les outsiders Louis d’Or (Intello) et Géniale. Le gagnant a bouclé les 1.600m en 1’36’’74 : ce n’est pas un mauvais temps, mais il n’a pas réussi à battre le record de l’épreuve qui est toujours détenu par Taareef (Kitten’s Joy). Ce dernier avait mis 1’34’’57 à couvrir la distance, lors de son succès en 2017.

Un cheval très estimé par son ancien entraîneur. Vintager a commencé sa carrière sous l’entraînement de David Menuisier. Auteur de débuts victorieux à 2ans sur 1.400m, il n’a pas réellement confirmé cette année-là. À 3ans, il s’est classé troisième des Heron Stakes (L) derrière Without Parole (Frankel), vainqueur des St James’s Palace Stakes (Gr1) dès sa sortie suivante. Vintager a ensuite pris la quatrième place des Hampton Court Stakes (Gr3) avant de déposer l’opposition dans un handicap sur le mile de Newmarket, en bon terrain. Lors d’une interview, David Menuisier nous avait parlé du cheval en très bons termes en nous disant : « Selon moi, c’est le meilleur cheval de mon écurie. » Il entraînait déjà à l’époque Danceteria (Redoute’s Choice) sur lequel il fondait de gros espoirs et qui vient de nous gratifier d’une capacité d’accélération impressionnante lors de son succès dans La Coupe (Gr3). C’est dire l’estime qu’il portait à Vintager ! À la suite de sa victoire à Newmarket, le cheval avait été vendu à Godolphin et avait rejoint les boxes de Charlie Appleby. Castré au mois d’août, il avait été inexistant pour sa rentrée au mois de février dans les Dubaï Millennium Stakes (Gr3) et n’avait guère fait mieux pour sa deuxième sortie de l’année, terminant avant-dernier des Earl of Sefton Stakes (Gr3). Les deux sorties suivantes ont montré des progrès : proche troisième d’un handicap à Newmarket, Vintager a confirmé en prenant la quatrième place des Festival Stakes (L) à Goodwood.

Fait pour le mile. Ce dimanche, Vintager a renoué avec le succès qui le fuyait depuis près d’un an pour son retour sur le mile, signant la meilleure performance de sa carrière par la même occasion. Son jockey, James Doyle, a déclaré : « Nous avons eu un peu de mal à le cerner, à trouver sa bonne distance. Le mile lui convient parfaitement. Le rythme soutenu lui a convenu : il n’a pas été obligé de faire le travail devant. Il s’est montré très courageux et il est même reparti quand Trais Fluors l’a attaqué. Ce dernier est un très bon cheval : c’est donc encourageant de l’avoir battu ! » Si Vintager revient courir en France, il pourrait être revu dans le Prix Messidor (Gr3) à Maisons-Laffitte, le 21 juillet.

Trais Fluors battu par un cheval dur. Récent troisième du Prix d’Ispahan (Gr1), Trais Fluors était l’un des deux seuls gagnants de Groupe au départ de ce Prix Bertrand du Breuil et était très attendu pour son retour sur 1.600m, ce dimanche. Parti légèrement en retrait, il a galopé en dernière position en se montrant assez brillant, avant de prononcer son effort en dehors à 400m du but et de tomber sur un os. Il n’a donc pas pu apporter un huitième succès dans l’épreuve à son entraîneur, André Fabre. Andreas Putsch, propriétaire du cheval, nous a confié : « Le cheval est mal sorti des boîtes, il avait donc beaucoup de terrain à refaire. Le poulain qui a gagné s’est montré dur et a résisté jusqu’au bout. Je pense que ce qui nous a fait perdre aujourd’hui, c’est son mauvais départ. Nous devrons voir avec l’entraîneur pour ses prochains engagements. »

Lunch Lady bien à son travail avec les œillères. Gagnante du Prix Miss Stamixa (L) l’hiver dernier avec les œillères, Lunch Lady a ensuite conclu très proche troisième du Prix Edmond Blanc (Gr3) pour sa rentrée, puis quatrième du Prix Allez France (Gr3) sans artifice. Ce dimanche, elle était de nouveau munie d’œillères et a tracé une ligne droite honorable, sans pouvoir menacer les deux premiers. Son entraîneur, Freddy Head, nous a dit : « Elle court très bien, en étant bien à son travail. Je ne lui avais pas mis les œillères la dernière fois, car elle avait couru sur 2.000m. Je pense que nous irons à Deauville avec elle. »

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/vintager.pdf

Une bonne famille allemande. Élevé par Thurso Limited, Vintager a foulé le ring de Tattersalls à deux reprises. Vendu 25.000 Gns foal en décembre 2015, il a été cédé 65.000 Gns l’année suivante à Richard Frisby. C’est un fils de Mastercraftsman (Danehill Dancer), étalon à Coolmore, et de White and Red (Orpen), lauréate de deux courses sur 1.300m, dont il est le deuxième produit vainqueur. Vintager est un frère de Fashionable Spirit (Invincible Spirit), lauréate à 2ans sur 1.000m.

La deuxième mère, White on Red (Konigsstuhl), a remporté deux courses à 2ans en Allemagne. Outre White and Red, elle a donné cinq autres vainqueurs dont Wild Passion (Acatenango), lauréat du Walther J Jacobs Rennen (Gr3) et troisième du St Leger allemand (Gr2), White on Black (Lomitas), troisième du Grosser Radeberger Pilsner Preis (L), et Wassiliki (Night Shift). Cette dernière est la mère du double placé de Listed Wassiljew (Zinaad), mais ausssi de Whiteout (Samum), gagnante du Mares Champion Hurdle (Gr1) à Punchestown.

La troisième mère, Win Hands Down (Ela-Mana-Mou), a gagné deux courses à 3ans outre-Rhin et s’est placée au niveau Listed à deux reprises. Elle a notamment donné Wins Fiction (Platini), vainqueur de douze courses en France et en Allemagne, dont le Betty Barclay Rennen (Gr3) et deuxième du E L E Pokal-Grosser Erdgas Preis (Gr1), et Wild Romance (Alkalde), championne à 2ans en Allemagne en 1993, lauréate du Preis von Koln (L) et troisième du Deutscher Buchmacher Stutenpreis – Neuss (Gr3). Au haras, cette dernière a donné trois gagnants de Groupe parmi lesquels White Rose (Platini), lauréate du Prix Miesque (Gr3) et deuxième du Prix de Diane allemand (Gr1). C’est la famille de Wild Coco (Shirocco), gagnante des Park Hill Stakes (Gr2) et deuxième du Prix Vermeille (Gr1).

Danehill

Danehill Dancer

Mira Adonde

Mastercraftsman

Black Tie Affair

Starlight Dream

Rêves Célestes

VINTAGER (H4)

Lure

Orpen

Bonita Francita

White and Red

Konigsstuhl

White on Red

Win Hands Down

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 37’’19

De 1.000m à 600m : 24’’84

De 600m à 400m : 12’’05

De 400m à 200m : 11’’33

De 200m à l’arrivée : 11’’38

Temps total : 1’36’’74