PRIX QUESTARABAD (GR3) - L’Autonomie en solo, François Nicolle en trio

Courses / 09.06.2019

PRIX QUESTARABAD (GR3) - L’Autonomie en solo, François Nicolle en trio

AUTEUIL, DIMANCHE

L’Autonomie (Blue Brésil) est une excellente sauteuse… Nous le savions déjà. Mais cette pouliche électrique commence à nous montrer une autre facette de son talent : plus posée, elle a montré dans ce Prix Questarabad (Gr3) qu’elle pouvait supporter l’allongement de la distance. L’Autonomie a survolé l’épreuve, malgré quelques petites fautes ici et là et bien que s’étant montrée droitière à l’avant-dernière haie. La représentante de Mme Catherine Coiffier s’est imposée de bout en bout dans ce Gr3, laissant Polirico (Cokoriko) à quatre longueurs sans avoir à forcer son talent. Ce dernier, vu dans le sillage de L’Autonomie, n’a rien pu faire contre sa rivale – et camarade d’entraînement – lorsqu’elle a passé une vitesse en face. Porto Pollo (Manduro) est un net troisième, à trois longueurs et demie, devançant French Made (Saddler Maker) de trois longueurs.

Du calme et de la fraîcheur. Suite à un petit souci, L’Autonomie avait été forcée de faire l’impasse sur le Prix Alain du Breil (Gr1) et arrivait donc avec de la fraîcheur sur ce Prix Questarabad. Elle remporte son deuxième Gr3, elle qui avait survolé le Prix de Pépinvast (Gr3). Cette pouliche, troisième l’an dernier du Prix Cambacérès (Gr1) face aux mâles, a un Gr1 dans les jambes. Dotée d’un beau modèle, elle devrait encore faire parler d’elle.

François Nicolle nous a dit : « Il y a eu beaucoup de travail fait le matin avec elle. Avant, elle était très énervée. Aujourd’hui, elle est plus posée et elle a fait le job. Elle a aussi plus de fraîcheur et cela fait une différence au mois de juin. C’est une très bonne pouliche et elle devrait pouvoir décrocher son Gr1 si je ne m’énerve pas sur les engagements et que je lui laisse de la fraîcheur. Je ne m’énerverai pas ! Elle est aussi dressée sur le steeple et elle saute très bien. Mais je pense qu’elle devrait rester sur les haies à l’automne, d’autant plus que la hiérarchie devrait être bousculée sur les haies si Feu Follet (Kapgarde) passe sur le steeple. »

Jean-Pierre Coiffier, époux de Catherine Coiffier, nous a dit : « Elle le fait avec une grande facilité, c’est vraiment très plaisant. L’Autonomie est une belle jument. Elle a profité de la fraîcheur aujourd’hui mais elle prend aussi de la maturité. On ne peut rien lui reprocher. Elle a gagné deux Groupes et elle va désormais prendre un peu de vacances. »

Polirico et Porto Pollo pour compléter un trio Nicolle. Polirico n’a pas démérité dans ce Prix Questarabad. Mais il restait sur un combat dans le Prix Alain du Breil, dont il avait pris la deuxième place, et rendait deux kilos à L’Autonomie. Porto Pollo retrouvait quant à lui les haies, après deux sorties sur le steeple de Compiègne et notamment une deuxième place dans le Prix Hopper (Gr3). Pas évident de retrouver quelques-uns des meilleurs hurdlers de sa génération sur les haies…

François Nicolle nous a dit : « Les deux courent bien. Mais Polirico avait couru le Gr1 et cela pèse dans les jambes. Quant à Porto Pollo, il présentait un autre profil puisqu’il restait sur une deuxième place dans le Prix Hopper (Gr3), sur le steeple-chase. Les deux font de bonnes courses, il n’y a rien à dire. »

PEDIGREE WEATHERBYS http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/L-Autonomie-1.pdf

Une petite-fille de L’Authie. Élevée par sa propriétaire, L’Autonomie est une fille de Blue Brésil (Smadoun), étalon à Yorton Farm, et de L’Automne (Kahyasi), gagnante sur l’hippodrome de Maisons-Laffitte, dont elle est le seul produit vainqueur. La deuxième mère, L’Authie (Linamix), s’est imposée à six reprises en plat et en haies et a conclu troisième du Prix Renaud du Vivier (Gr1). Elle a donné six vainqueurs, dont La Canche (Le Havre), troisième du Prix de Bagatelle (L), et L’Auvergnat (Sadler’s Hall), lauréat de quatre courses dont deux gros handicaps à Saint-Cloud et titulaire de près de 140.000 € de gains. L’Authie est aussi l’aïeule de L’Aubade (Enrique), gagnante à cinq reprises en haies et en steeple, deuxième du Prix Bernard Secly (L) et quatrième du Prix Christian de Tredern (Gr3).

La troisième mère, La Bucaille (Labus), s’est imposée sur les hippodromes de Longchamp et d’Auteuil. Outre L’Authie, elle a donné l’étalon Clety (Sillery), gagnant du Prix Right Royal (L), deuxième du Prix Kergorlay (Gr2) et troisième du Royal-Oak (Gr1), et Hurtevent (Highest Honor), lauréat des Prix Juigné (devenu Gr3) et Dominique Sartini (devenu Listed) et troisième des Prix Michel Houyvet et Scaramouche (Ls). C’est la famille de Tingry (Amen), gagnant de la Grande Course de Haies de Printemps (Listed, à l’époque), d’Anaking (Astarabad), lauréat de la Gran Corsa di Siepi di Milano (Gr1), ou encore de Saint Palois (Saint des Saints), gagnant des Prix Jean Stern (Gr2), Héros XII, Fleuret, Duc d’Anjou et Troytown (Grs3) et deuxième des Prix La Haye Jousselin et Ferdinand Dufaure (Grs1), entre autres.

 

 

 

Kaldoun

 

 

Smadoun

 

 

 

 

Mossma

 

Blue Brésil

 

 

 

 

 

Exit to Nowhere

 

 

Miss Récif

 

 

 

 

Miss Brésil

L’AUTONOMIE (F4)

 

 

 

 

 

 

Île de Bourbon

 

 

Kahyasi

 

 

 

 

Kadissya

 

L’Automne

 

 

 

 

 

Linamix

 

 

L’Authie

 

 

 

 

La Bucaille

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.