La résilience du marché de l'obstacle

Le Mot de la Fin / 28.06.2019

La résilience du marché de l'obstacle

Comme le disait Aristote, « la nature a horreur du vide ». Cela s’est confirmé cette semaine à l’occasion de la Derby Sale, la grande vente de stores de Tattersalls. Beaucoup d’observateurs craignaient les conséquences du désengagement progressif de Michael O’Leary de ce marché et, à plus long terme, des courses d’obstacle. Mais le marché s’est très bien tenu avec 338 chevaux vendus pour 409 proposés à la vente, un chiffre d’affaires de plus de 17 millions d’euros, qui fait de la Derby Sale 2019 l’une des bonnes éditions de l’histoire de la vente. La moyenne est à plus de 50.000 € et baisse de 1.000 € seulement. Anthony Bromley (Highflyer Bloodstock) a acquis 26 chevaux pour 1.473.000 € et il a déclaré à la presse britannique : « Il est intéressant de noter que l’absence de Gigginstown n’a pas eu d’effets réels sur le marché. Nos clients n’ont pas changé leurs habitudes. Mais j’ai remarqué que de plus en plus de propriétaires bien connus sont revenus aux ventes de stores alors qu’ils n’en étaient pas des acteurs majeurs par le passé. » De nombreuses personnes ont souligné que l’enthousiasme pour l’obstacle était intact et toujours aussi fort en Angleterre et en Irlande, des propriétaires sont revenus autour du ring en se disant qu’ils auraient plus de chances de le faire sans Gigginstown. Une bonne nouvelle pour la santé des courses d’obstacle, des points-to-points britanniques et celle des éleveurs français !