Pascal Véron : "Nous faisons un métier de passion, mais il est important d’être reconnu dans notre activité."

Autres informations / 05.06.2019

Pascal Véron : "Nous faisons un métier de passion, mais il est important d’être reconnu dans notre activité."

TROPHÉES DU PERSONNEL DES COURSES ET DE L’ÉLEVAGE GODOLPHIN

Trois questions à Pascal Véron

Responsable élevage au haras de Meautry, Pascal Véron a décroché le trophée du personnel de haras, mais aussi celui de l’employé de l’année lors de la cérémonie 2018. Celui qui a travaillé au haras du Petit Tellier, à La Louvière, mais aussi aux Capucines avant de rejoindre Meautry a répondu à nos questions.

Jour de Galop. Qu’est-ce que ces récompenses représentent pour vous ?

Pascal Véron. - C’est une très belle reconnaissance avant tout, après trente ans de métier. Je baigne dans les chevaux depuis mon plus jeune âge. Avoir deux trophées à la maison, c’est agréable. On sait que l’on se lève le matin pour quelque chose. Cela fait vraiment chaud au cœur. Lorsque mon directeur m’a inscrit, j’étais extrêmement surpris, mais aussi ravi. Je n’avais pas forcément pour objectif de l’emporter, on pense toujours que les autres sont meilleurs que nous. Mais quand j’ai été retenu parmi les dix finalistes puis les trois et que le Jour J on a annoncé mon nom, je n’y croyais pas. Pour le trophée du personnel de haras, il est vrai que tout le monde attend son nom… mais alors pour celui de l’employé de l’année, pas du tout ! C’était une surprise totale. C’était encore plus beau. J’ai ressenti une immense fierté à ce moment-là.

Que pensez-vous de cette initiative ?

Je trouve cette initiative formidable. Mettre à la lumière les travailleurs de l’ombre comme nous, c’est quelque chose de très important. Cela nous donne une motivation supplémentaire. Cela peut arriver à n’importe qui. Il faut y croire et travailler pour.

Que diriez-vous aux employeurs pour les inciter à inscrire leur personnel ?

Je pense qu’il est nécessaire que les employeurs inscrivent leur personnel de haras, d’écuries, administratif, etc., car ces trophées du personnel nous font avancer, ils nous procurent de l’ambition, ils donnent l’envie de s’investir encore plus au travail… Je répète beaucoup ce terme, mais c’est une source de motivation supplémentaire. Nous faisons un métier de passion, mais il est important d’être reconnu dans notre activité. Il faut inscrire son personnel. Tout le monde a besoin de rêver. Mine de rien, ce qui fait avancer c’est la carotte.