Loïc Malivet président de la Gouvernance Filière Cheval

Institution / Ventes / 21.02.2020

Loïc Malivet président de la Gouvernance Filière Cheval

Loïc Malivet président de la Gouvernance Filière Cheval

Le 6 février dernier, Loïc Malivet a été élu à l’unanimité président de la Gouvernance Filière Cheval. En quoi consiste cette association regroupant France Galop, LeTrot, la Fédération française d’équitation (FFE), la Société hippique française (SHF) et la Société française des équidés de travail (SFET) ? Il faut revenir deux ans en arrière quand, à la demande de l’État, et sous l’impulsion d’Anne-Catherine Loisier, présidente du groupe Cheval au Sénat à l’époque, la filière s’est fédérée autour d’une charte, dans l’idée de désigner un interlocuteur unique envers le gouvernement. Cette charte visait à unifier les projets communs de la filière, qu’ils soient d’ordre économique, sanitaire, fiscal.

Afin de gagner en efficacité, il a été décidé, en janvier 2019, d’apporter une entité juridique à ce regroupement. La Gouvernance Filière Cheval était née, et a été présidée pour une année par Dominique de Bellaigue. Y siégeaient également Édouard de Rothschild, Serge Lecomte (président de la FFE), Yves Chauvin (président de la SHF) et Éric Rousseau (président de la SFET). Thierry Sodoir en assurait l’animation. Loïc Malivet explique : « Pour sa première année d’existence, la Gouvernance Filière Cheval a repris les dossiers de l’UNIC, qui a disparu, notamment ceux concernant les échanges avec la Chine et la Corée, et a également travaillé sur le Fonds Éperon, des dossiers techniques tels que le suivi MSA des entreprises avec une activité équestre, le bien-être animal, le dossier TVA… » Le conseil d’administration est désormais composé de Serge Lecomte, d’Yves Chauvin, d’Éric Rousseau, de Jean-Pierre Barjon et d’Édouard de Rothschild et Loïc Malivet.

La prochaine assemblée générale de la Gouvernance Filière Cheval aura lieu le 27 février prochain, à 14 h 30, au siège de France Galop. L’occasion de définir les sujets sur lesquels l’association va travailler. Loïc Malivet détaille : « Nous plancherons sur le volet sanitaire, la TVA, le sujet de la fin de vie des chevaux, de leur reconversion, de l’équarrissage… Nous souhaitons aussi nous rapprocher du comité filière de l’IFCE, afin de mutualiser nos forces. » Pour Loïc Malivet, cette élection en tant que président a une signification particulière : « Je pense que cette élection est une reconnaissance du travail de France Galop et de la Fédération des éleveurs, toujours dans l’intérêt général, et par voie de conséquence, de mon implication en leur sein. Depuis huit ans, je travaille main dans la main avec les présidents des quatre sociétés au sein du comité filière de l’IFCE et du GESCA. Je tiens aussi à remercier Dominique de Bellaigue qui a assuré la présidence de la Gouvernance durant sa première année. »