SAUDI DERBY - Full Flat, du Japon au Kentucky en passant par Riyad…

International / 29.02.2020

SAUDI DERBY - Full Flat, du Japon au Kentucky en passant par Riyad…

SAUDI DERBY

Full Flat, du Japon au Kentucky en passant par Riyad…

Le propriétaire de Full Flat (Speightstown), Tsuyoshi Ono, ne manque pas de courage. L’année dernière, il avait fait participer son poulain, lauréat d’un maiden sur le gazon à Kokura, à la Breeders’ Cup Juvenile (Gr1), où, pour ses débuts sur le dirt, il avait décroché une cinquième place. Il pouvait entamer la Japanese Road to the Kentucky Derby, plus favorable pour lui, mais il a choisi de se rendre dans le désert. Full Flat, qui est engagé dans le Kentucky Derby, sera obligé à d’aller chercher les derniers points nécessaires dans l’UAE Derby (Gr2), suite à son succès dans le Saudi Derby, sur 1.600m.

Les favorites ont déçu. Cela reste tout à fait envisageable vu à la fois la facilité avec laquelle il a décroché sa victoire et le niveau assez faible des 3ans à Dubaï. On attendait beaucoup des deux pouliches qui ont brillé à Meydan, mais l’uruguayenne Bella Fever (Texas Fever) n’a pas été des plus sereines dans les boîtes et Down On Da Bayou (Super Saver) a couru mollement. Yutaka Take a bien compris que pour gagner, il fallait aller devant. Full Flat a galopé aux avant-postes dès le départ, avant de partir en solitaire à la fin du tournant. En poulain encore perfectible, il n’a pas changé de jambe quand il le fallait, mais il est arrivé au poteau avec deux longueurs d’avance sur l’anglais Mishriff (Make Believe), qui a refait beaucoup de terrain dans la ligne droite. La pouliche Final Song (Dark Angel), toujours derrière les animateurs, termine troisième. Même s’il doit encore progresser énormément, Full Flat a fait un pas vers son rêve américain.

Un neveu de Stravinsky. L’entraîneur Hideyuki Mori a déniché Full Flat pour 250.000 $ (227.000 €) chez Keeneland en septembre. Si sa mère, Golden Flair (Medaglia d’Oro), inédite, a donné un gagnant de deux petites courses en Floride, son pedigree est, malgré tout, très intéressant. La deuxième mère, Fire the Groom (Blushing Groom), qui avait fait ses débuts en Europe en remportant une Listed pour l’entraînement de Luca Cumani et la monte de Lanfranco Dettori, a remporté les Beverly D. Stakes (Gr1). Elle s’est révélée être une poulinière de haut niveau en produisant le champion des sprinters Stravinsky (Nureyev), gagnant de la July Cup (Gr1), et le lauréat de Listed et placé de Gr1 Moscow Ballet (Sadler’s Wells).

Golden Flair a un 2ans par Ghostzapper (Awesome Again) et un yearling par Distorted Humor (Forty Niner).