PRIX DUC D’ANJOU (GR3) - King Edward renverse la hiérarchie

Courses / 07.03.2020

PRIX DUC D’ANJOU (GR3) - King Edward renverse la hiérarchie

AUTEUIL, SAMEDI

On attendait avec beaucoup d’impatience la rentrée de Dream Wish (Martaline), leader de sa génération sur le steeple en 2019, et celle d’Al Cuarto (Nicaron), son dauphin dans le Prix Congress (Gr2). Mais, ce samedi, les deux favoris ont dû s’incliner face à l’entier King Edward (Martaline). Proposé à 19/1, le représentant de Louis Baudron et de Nicolas Bertran de Balanda a créé la surprise en ouvrant son palmarès directement dans ce Gr3.

Une course d’attente. Bien parti en deuxième position, dans le sillage de Dream Wish, King Edward a été placé à l’arrière-garde entre les deux premiers obstacles par son jockey, Pierre Dubourg. Le cheval a très bien sauté la rivière des tribunes, ainsi que le gros open-ditch, qu’il a franchi en dernière position. Se rapprochant à l’intérieur dans le tournant final, le futur lauréat a retapé une foulée à l’abord de la double barrière, ce qui lui a fait perdre un peu de terrain. Sollicité par son partenaire, King Edward a franchi la dernière difficulté dans la bonne foulée et s’est montré très courageux pour aller chercher le favori, Al Cuarto, qui avait pris l’avantage entre les deux ultimes obstacles en plongeant à l’intérieur. Ce dernier a dû s’avouer vaincu par trois quarts de longueur à poids égal, tandis que Dream Wish a complété le podium à une longueur et demie, lui qui rendait 4 kilos à tous ses rivaux. Road Senam (Saint des Saints) a correctement conclu pour venir s’emparer de la quatrième place devant Groom Boy (Tiger Groom), un peu décevant pour un premier essai à ce niveau.

Taillé pour les gros parcours. King Edward signe donc un premier succès en sept sorties, lui qui a fait l’arrivée de toutes ses courses. Il avait très bien débuté dans le Prix d’Essai des Poulains (Haies) à Compiègne, en terrain très lourd, concluant à la deuxième place entre Falstaff (Never on Sunday) et For Fun (Motivator), qui sont deux chevaux de Groupe. Le cheval avait ensuite conclu troisième du Prix Go Ahead (L), avant de terminer cinquième du Prix Stanley (L). Lors de sa rentrée, au début du mois de septembre, King Edward s’était classé cinquième du Prix des Platanes (L), avant d’être dirigé vers le steeple. Troisième pour ses débuts sur les gros obstacles d’Auteuil, il avait terminé l’année par une cinquième place dans le Prix Congress. Nicolas Bertran de Balanda, copropriétaire de King Edward, nous a confié : « L’année dernière, ça ne s’est pas très bien passé, mais on l’a toujours bien aimé. C’est un cheval qui manque de vitesse ; à l’automne, il courait sur le tracé du huit en bon terrain, et il était pris de vitesse. De plus, nous nous sommes rendu compte qu’il était malade. Le cheval a passé l’hiver chez Louis Baudron, et il est revenu en bonne forme. Aujourd’hui, le terrain et le parcours lui ont beaucoup mieux convenu. À l’avenir, il sera mieux sur plus long. D’ailleurs, il est issu d’une famille de steeple-chasers de longue distance. Nous avons toujours pensé qu’il était assez bon. J’ai acheté une part de King Edward lorsqu’il avait 2ans à Louis Baudron, qui l’a élevé. Il avait entraîné sa mère, Kotkari (Ballingarry). King Edward a un bon tempérament, même si c’est un "faux calme", comme certains fils de Martaline (Linamix). Il est froid en course, mais il peut être un peu anxieux. Il est entier et la route est longue jusqu’au haras, mais cette victoire de Gr3 est un bon début. Je ne pense pas qu’il va courir toutes les préparatoires jusqu’au Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) ; nous allons en discuter avec Arnaud Chaillé-Chaillé, qui a fait un travail formidable avec le cheval. Nous sommes hyper contents ! » Rappelons qu’Arnaud Chaillé-Chaillé a sorti deux étalons de son écurie lors des deux années précédentes, tous deux issus de Martaline, comme King Edward ! Il s’agit de Beaumec de Houelle et de Nirvana du Berlais, tous deux lauréats du Prix Cambacérès (Gr1).

Un cheval très estimé à 3ans. Pierre Dubourg, jockey du lauréat, a déclaré au micro d’Equidia : « Je ne suis pas si surpris que cela, car nous avions placé beaucoup d’espoirs en lui à 3ans. L’an dernier, il a été assez décevant, on peut le dire. Cet hiver, nous avons constaté une très belle évolution de sa part ; il est revenu avec de la volonté, et un physique plus imposant. À partir de là, le cheval a pu faire parler la classe que nous avions détectée dans ses débuts. Aujourd’hui, nous sommes très bien partis ; sachant que King Edward n’aime pas être sous pression, je l’ai laissé reculer. Il a très bien sauté. Pour finir, je savais qu’il allait être capable de placer une accélération dans ce terrain-là, et c’est quelque chose que peu de chevaux peuvent faire en steeple. Il l’a fait, et il a gagné ! »

Al Cuarto sera mieux sur plus long. Placé à plusieurs reprises au niveau black type à 3ans, Al Cuarto n’est pas passé loin d’un premier succès de prestige. Il semblait parti pour la gloire dans la dernière ligne droite, mais il s’est heurté à la résistance de King Edward. Son entraîneur, Guillaume Macaire, nous a dit : « Le terrain l’aide mais, comme il vient en dessous et qu’il va par à-coups, il est toujours un peu débordé. L’allongement de la distance devrait l’aider à l’avenir. »

Trop de poids pour Dream Wish. Deuxième favori de l’épreuve, Dream Wish n’a pas démérité pour autant en terminant à la troisième place, d’autant qu’il a des circonstances atténuantes. Son entraîneur, Dominique Bressou, nous a expliqué : « Le cheval fait une bonne rentrée sous 69 kilos. Il rendait du poids à des chevaux qui sont aussi performants que lui, simplement parce qu’il a gagné un Groupe à 3ans. Je trouve qu’à cette époque-là, dans des courses de Groupe, on ne devrait pas rendre autant de poids à la même génération. Malgré cela, Dream Wish court bien. Il a fait une faute au gros open-ditch, ce qui l’a un peu stoppé. Il est reparti derrière, mais cela lui a coûté un effort supplémentaire. »

Lien weatherbys http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2020/King-Edward.pdf

La fameuse souche des "K". Élevé par Louis Baudron, King Edward est un fils de Martaline (Linamix) et de Kotkari (Ballingarry), gagnante sur les haies d’Enghien et sur le steeple du Pin-au-Haras, dont il est le seul produit référencé. La deuxième mère, Kotkita (Subotica), a remporté le Prix Cambacérès et s’est classée troisième du Prix Renaud du Vivier (Grs1). Elle a notamment donné Kotkikova (Martaline), lauréate des Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), Jean Stern (Gr2), La Périchole et Fleuret (Grs3) et troisième du Prix Cambacérès (Gr1), mais aussi Kotkidy (Anabaa Blue), vainqueur du Prix Wild Monarch (L) et deuxième du Prix Aguado (L, à l’époque), et Karlak (Westerner), troisième du Prix Finot (L).

Kotkita est la sœur de six autres black types : la multiple lauréate de Listed Katkovana (Westerner), qui se classa aussi deuxième du Prix Alain du Breil (Gr1), Kalifko (Montmartre), vainqueur des Prix Aguado (Gr3) et Robert Lejeune (L, à l’époque) et quatrième du Prix Cambacérès (Gr1), Kalkir (Montmartre), lauréat du Juvenile Three-Year-Old Hurdle (Gr3) et deuxième du Spring Juvenile Hurdle (Gr1), Kitka (Épervier Bleu), deuxième du Prix Bournosienne (L, à l’époque), Kotkido (Subotica), troisième du Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2), et Kotky Bleu (Pistolet Bleu), deuxième du Prix Finot (L). La troisième mère, Kakira (Cadoudal), est la sœur des cracks Katko (Carmarthen) et Kotkijet (Cadoudal), qui ont remporté cinq Grands Steeple-Chases de Paris (Gr1) à eux deux !

 

 

 

Mendez

 

 

Linamix

 

 

 

 

Lunadix

 

Martaline

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Coraline

 

 

 

 

Bahamian

KING EDWARD (M4)

 

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Ballingarry

 

 

 

 

Flamenco Wave

 

Kotkari

 

 

 

 

 

Subotica

 

 

Kotkita

 

 

 

 

Kakira