Cyril Linette : « L’impact de la crise sera colossal mais le PMU est sur la bonne voie »

Institution / Ventes / 02.04.2020

Cyril Linette : « L’impact de la crise sera colossal mais le PMU est sur la bonne voie »

Confinement oblige, l’Assemblée générale annuelle du PMU s’est tenue en téléconférence. Cyril Linette y a notamment présenté son analyse de la crise actuelle. Il nous expose sa vision.

En s’adressant à ses actionnaires, le directeur général du PMU a eu la franchise qu’on lui connaît : « Il ne faut pas se leurrer. L’impact de cette crise sera colossal dans notre secteur d’activité. Aujourd’hui, nous n’avons plus de magasins et quasiment plus aucun produit. Nous nous battons chaque jour pour offrir le meilleur service online possible à nos clients. Dans le contexte que l’on connaît, cette notion de continuité de service est très importante vis-à-vis de notre clientèle. Et le PMU réalise une petite marge. »

Le PMU se tient prêt

Cyril Linette a aussi tenté de présenter une projection du résultat net pour 2020, tenant compte de ce que nous vivons. Ce n’est pas un exercice facile, car la situation évolue en permanence. Il est d’ores et déjà à prévoir que la crise coûte plusieurs dizaines ou centaines de millions à l’activité du PMU, même si la durée du confinement n’est pas encore connue…

Et ensuite ? Comment le directeur général voit-il la reprise ? « Celle-ci sera nécessairement progressive et non pas brutale. Nous nous sommes déterminés sur des scénarios de reprise. Le PMU se tient prêt avec deux hypothèses : une reprise uniquement appuyée sur le online ; et une reprise où nous pourrions compter à la fois sur le online et sur le réseau des tabacs qui vendent également des paris hippiques [un tiers du réseau PMU, ndlr]. Dans le premier cas de figure, le PMU sera lui-même à l’équilibre ; dans le second, il dégagera une marge. Mais je parle bien d’équilibre ou de marge par rapport aux charges du PMU. »

Une A.G. mêle toujours le passé, le présent et l’avenir…

Depuis le début de l’année, les enjeux et le produit brut des jeux (la marge) étaient bons. Cette crise arrive donc au plus mauvais moment… « Je crois qu’il faut être positif, nous a dit Cyril Linette. C’est ce que j’ai dit à l’Assemblée : la trajectoire est bonne. Les décisions marketing que nous avons prises étaient pertinentes et ont payé depuis un an, en fortifiant notre cœur de clientèle. Et outre ses vertus sur le long terme, la baisse des charges nous protège dans le contexte actuel. Nous avons fait beaucoup de chemin. Quand les choses rentreront dans l’ordre, il ne faudra pas oublier ce qui a été fait ni changer de cap. Ce sera plus que jamais nécessaire. »

Édouard de Rothschild parlera demain dans Jour de Galop

Jour de Galop publiera demain une interview d’Édouard de Rothschild dans laquelle le président de France Galop s’exprimera sur la situation actuelle et sur les perspectives de sortie de crise. Il a déjà communiqué aujourd’hui avec ces mots :

 « Soyons positifs. Les réunions de courses au galop reprendront dès que les conditions de déconfinement, même partiel, le rendront possible. Cela même si l’ensemble des réseaux du PMU ne peut être opérationnel. Il nous est impossible de finaliser un programme précis car la situation et l’équation ne sont pas les mêmes si l’Île-de-France et la région parisienne sont déconfinées en dernier (ou inversement). Nous assurons les acteurs des courses de tous nos efforts pour défendre les intérêts de l’ensemble de la filière. »