Le Grand National et ses petites histoires

International / 04.04.2020

Le Grand National et ses petites histoires

Le Grand National de Liverpool (Gr3) aurait dû se disputer pour la 175e fois ce samedi à Aintree. Et Tiger Roll était prêt à imiter le mythique Red Rum. Le coronavirus en a décidé autrement. Mais il nous reste les nombreuses anecdotes de la course pour attendre l’édition 2021.

1869-1870 - En 1870, alors que cela fait près de vingt ans qu’un cheval n’a pas signé de doublé dans la course, The Colonel s’impose pour la deuxième fois. Ce cheval entier a eu droit à sa chanson et il est parti faire la monte en Allemagne.

1895-1904 - Manifesto est honoré par un Gr1 sur le steeple lors de chaque Grand National Festival et c’est mérité. Il a couru huit fois cette épreuve entre 1895 et 1904, un record, pour deux succès.

1909 - Lutteur III a une course célèbre qui porte son nom à Auteuil en guise de préparatoire au Prix du Président de la République (Gr3). Ce sauteur élevé en France a gagné le Grand National 1909. Deux chevaux entraînés à Chantilly ont enlevé la course. Il s’agit de Huntsman et Cortolvin, qui ont gagné respectivement en 1862 et 1867. Ensuite, malgré quelques essais, parfois avec des chevaux de classe, les entraîneurs français n’ont pu briller dans cette compétition.

1912 - Jerry M devient le deuxième cheval après Troytown à avoir sur son palmarès le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), qu’il a gagné en 1910, et le Grand National, dans lequel il s’est imposé en 1912.

1928 - Cette année-là, il se passe quelque chose de rarement vu dans une course d’obstacle. Avant l’épreuve, le jockey Bill Dutton entend un ami lui dire : « Tu pourrais gagner avec Tipperary Tim seulement si tous les autres concurrents tombent ! » Cet ami ne croit pas si bien dire… Sur une piste très lourde, les 42 partants s’élancent. Au premier passage du canal turn, Easter Hero tombe et de nombreux concurrents font pile à cause de lui. Seulement sept chevaux continuent le parcours. À quelques obstacles de la fin, ils ne sont plus que trois en course. La selle de Great Span glisse et son jockey tombe. Billy Barton tombe aussi. Tipperary Tim est seul en course avec Bill Dutton et il gagne. Il est le seul des 42 partants à finir la course. Un peu plus tard, Tommy Cullinan se remet en selle sur Billy Barton et prend la deuxième place.

1953-1955 - Avant de devenir l’un des meilleurs entraîneurs de l’histoire en plat, Vincent O’Brien a montré son savoir-faire en obstacle en gagnant trois Grand National consécutifs avec trois chevaux différents (Early Mist, Royal Tan et Quare Times) entre 1953 et 1955.

1956 - En 1956, sous les couleurs de la reine, Devon Loch participe au Grand National avec en selle un certain Dick Francis, futur écrivain. Le cheval caracole en tête et va gagner mais… Mais il fait le grand écart sur la piste, pour une raison encore indéterminée. Il se rétablit et finit la course, mais Esb lui vole la victoire ! « Oh ! Ce sont les courses ! » répondra sobrement la reine aux propriétaires du gagnant, qui déclaraient être désolés pour elle.

1968 - Acteur de légende, Gregory Peck n’a pas été insensible aux charmes du Grand National. En 1968, il a d’ailleurs eu un partant dans la course avec Different Class. C’était le favori, mais il n’a pu s’imposer. Pas si facile de gagner le Grand National…

1977 - Incroyable ! En 1977, le champion Red Rum a remporté pour la troisième fois le Grand National. En 2018, son record n’est pas tombé et ne tombera certainement jamais. Sans compter qu’il a aussi conclu deuxième en 1975 et 1976. En cent courses, Red Rum n’est jamais tombé. Enterré à Aintree, là où il s’est couvert de gloire, il demeure le cheval de course le plus connu de Grande-Bretagne. En 2002, un sondage a inclus sa troisième victoire dans le Grand National parmi les 24 plus grands moments de sport de tous les temps. Respect !

1983 - Corbiere devient le premier vainqueur du Grand National entraîné par une femme, Jenny Pitman. En 1995, celle qui a hérité du surnom de Mrs Grand National enlève une deuxième fois la course avec Royal Athlete. Plus tard, elle a été imitée par Venetia Williams, vainqueur avec Mon Môme en 2009, Sue Smith, gagnante avec Auroras Encore en 2013, puis Lucinda Russell, lauréate avec One For Arthur en 2017. Côté jockeys, en revanche, aucune victoire pour une femme.

1993 - Un capharnaüm ! L’édition 1993 est la seule de l’histoire à avoir été annulée pour une raison autre que la guerre. En effet, des concurrents n’ont pas entendu qu’il y avait faux départ et se sont élancés pour faire leur course. Il y avait des chevaux sur tout le parcours et l’épreuve a finalement été annulée. Pour la petite histoire, il y a eu deux faux départs. Mais nous pouvons pardonner au starter ces faux départs car ranger 40 chevaux derrière des élastiques n’est pas une sinécure…

1995 - 1.500 £. C’est le prix qu’a déboursé Gary Johnson, un vendeur de voitures de Wokingham, pour acheter Royal Athlete, lauréat du Grand National.

1997 - L’IRA est l’auteur d’une alerte à la bombe et l’hippodrome est évacué. Finalement, le Grand National sera couru le lundi suivant sans problème.

2000 - Associé à Papillon, Ruby Walsh va remporter le premier de ses deux succès dans le Grand National. Une victoire qui a une saveur particulière puisque Papillon était entraîné par son père, Ted.

2001 - Légende de l’obstacle anglais, Martin Pipe a sellé pas moins de dix partants lors de l’édition 2001 de la grande épreuve. Soit un quart des partants. Malgré cela, il n’a pu faire mieux que troisième avec Blowing Wind. À sa décharge, cette année-là, ils n’ont été que quatre à finir le parcours sur une piste très pénible…

2009 - L’élevage français a rarement été à la fête dans le Grand National. Il a fallu un siècle pour qu’il revienne à la mode. Vainqueur en 1909, Lutteur III a dû attendre cent ans pour avoir un successeur : Mon Môme. Puis il y a eu le champion Neptune Collonges en 2012 et Pineau de Ré en 2014.

2010 - Après presque trente ans passés à courir après un succès dans le Grand National, le propriétaire John-Patrick McManus a enfin remporté la grande épreuve avec Don’t Push It. Par la même occasion, son jockey, Tony McCoy, a lui aussi, enfin, gagné son premier et unique National.

2012 - L’AQPS Neptune Collonges termine sa carrière par une victoire acquise à l’arraché dans le Grand National. Il offre à Paul Nicholls, son entraîneur, son unique victoire dans la course. Élevé en France par les frères Delorme, il est certainement l’un des meilleurs vainqueurs de la course en valeur pure. Dans sa jeunesse, sous l’entraînement Ortet, il a gagné le Prix Fleuret (Gr3). Multiple lauréat de Groupe sur les claies, il a explosé sur les fences, remportant deux Punchestown Gold Cup (Gr1), une Hennessy Gold Cup (Gr1), tout en se plaçant dans la Cheltenham Gold Cup (Gr1)… Peu de vainqueurs du Grand National ont eu un tel CV…

2019 - Tiger Roll (Authorized) enlève sa deuxième victoire consécutive dans le Grand National (Gr3), lui, le petit cheval né pour le plat (mais avec un pedigree très polyvalent). Il devient ainsi un sérieux candidat à la succession de Red Rum.