Le Japon se prépare à passer en état d’urgence

International / 06.04.2020

Le Japon se prépare à passer en état d’urgence

Ce lundi, le premier ministre japonais Shinzo Abe a confirmé que l’état d’urgence devrait être déclaré dans plusieurs régions du Japon, face à une montée de cas de Covid-19. Sont concernés Tokyo, Chiba, Kanagawa, Saitama, les régions d’Osaka et de Hyogo, ainsi que la préfecture de Fukuoka. Les autorités locales pourront alors demander aux habitants de respecter un confinement et pourront aussi demander la fermeture des commerces et lieux jugés non essentiels.

Un impact possible mais encore non avéré sur les courses. Les courses hippiques pourraient donc être impactées alors que, ce dimanche, le Japon accueille le premier classique de la saison avec les 1.000 Guinées (Gr1). Pourraient, car les hippodromes ne feraient dans l’immédiat pas partie des lieux menacés de fermeture, du moins autour de Tokyo. Les autorités locales décideront. Il faut cependant noter que les courses se déroulent à huis-clos depuis plus d’un mois et que la Japan Racing Association a, au même moment, fermé tous ses points de vente en ville pour limiter les rassemblements et donc la propagation du virus. Seuls les paris par téléphone et par internet sont possibles et les enjeux se maintiennent bien, à 80 %.

Les 1.000 Guinées se déroulent à Hanshin, dans la préfecture de Hyogo qui devrait être touchée par l’état d’urgence. Une semaine plus tard, les 2.000 Guinées se disputent à Nakayama, non concerné par les annonces du Premier ministre. Les Oaks et le Derby ont lieu à Tokyo, tandis que le programme japonais va aussi proposer sur cet hippodrome des épreuves comme la NHK Mile Cup, le Victoria Mile et le Yasuda Kinen (Grs1) durant le premier semestre.

Singapour espère reprendre le 4 mai. Singapour a dû se résoudre à suspendre les courses depuis le 3 avril, bien qu’ayant déjà baissé le nombre de ses réunions. Le Singapore Turf Club espère une reprise des courses le 4 mai prochain.