Le mot de la fin - Animalistes

Le Mot de la Fin / 03.04.2020

Le mot de la fin - Animalistes

Le mot de la fin : Animalistes

En Australie, la déclaration de la sénatrice de New South Wales, Mehreen Faruqi, a déclenché une stupeur chez les amoureux des courses, que ce soit de chevaux ou de lévriers. Les courses continuent en Australie, à huis clos et avec des protocoles sanitaires exigeants. Mais Mehreen Faruqi, affiliée au parti écologiste, a appelé à un arrêt total des courses : « Il est absolument fou que les courses hippiques et les courses de lévriers continuent au beau milieu d’une pandémie. Il est clair que la seule raison pour qu’elles se poursuivent est parce que l’industrie des courses et du jeu possède un pouvoir et une influence remarquables. La santé et le bien-être animal et humain sont tous les deux mis en danger en continuant à courir au milieu de cette crise de santé publique qu’est le Covid-19. Tout le pays doit suivre l’exemple de la Tasmanie immédiatement, et arrêter les courses. »

Si on peut argumenter sur les risques pour les êtres humains de continuer à se déplacer sur les hippodromes en rapport à l’épidémie de Covid-19, on doit cependant avouer que les bras nous tombent d’entendre parler de risques pour des animaux qui ne sont pas touchés par ce type de coronavirus (selon les études notamment de l’OMS)… Pour les animaux, le plus grand risque lié à cette pandémie est que personne ne soit là pour prendre soin d’eux. La démagogie a certainement de beaux jours devant elle… C’est moins certain pour la décence.