La période Rock de Micheline Leurson

Courses / 23.06.2020

La période Rock de Micheline Leurson

La casaque de Micheline Leurson reste sur trois victoires consécutives, grâce aux frères Rock Blanc (Youmzain) et Coachello (Dunkerque), et la pouliche Ceinture Noire (Wootton Bassett). Une sacrée performance pour cette passionnée, ex-grande cavalière, et désormais propriétaire éleveur.

Quelle est la probabilité de gagner trois courses en l’espace de deux jours, quand on a quatre chevaux à l’entraînement ? Mince, très mince… C’est pourtant ce qui est arrivé à Micheline Leurson. Rock Blanc a donné le ton en se classant deuxième le 26 mai, à Dieppe, alors qu’il n’avait pas couru depuis septembre dernier, étant castré à l’automne. Micheline Leurson, très proche de la famille Head, a choisi de faire confiance à Romain Le Dren Doleuze quand Criquette Head a pris sa retraite. Elle nous confie : « Un matin, nous étions au milieu des pistes de Deauville avec Criquette, et nous avions en face de nous le lot de Romain Le Dren Doleuze, dont j’ai bien connu le père, qui est de ma génération. Criquette a souligné que ses chevaux étaient toujours en magnifique état, et très sereins. Aussi, quand il a fallu choisir chez qui placer les chevaux que nous avions en association, Criquette m’a glissé son nom, arguant qu’en plus, j’aurai la possibilité d’aller voir les chevaux le matin, étant souvent à Deauville. Ce fut le bon choix, car Romain est un vrai homme de cheval, qui s’occupe de ses chevaux comme si c’était ses enfants ! Nous fondions de gros espoirs sur Rock Blanc, au point de le débuter à Deauville au mois d’août. Le cheval avait très mal couru, et idem pour sa sortie suivante… C’était pourtant un magnifique cheval, et Romain l’aimait beaucoup. Nous avons décidé de le castrer et cela a tout changé. Le cheval souffrait beaucoup lors de l’effort en raison d’un testicule mal positionné. Pour sa rentrée, il s’est remarquablement défendu, avant de gagner dès sa sortie suivante, le 10 juin. Romain a été récompensé de sa patience. Il est engagé dimanche dans le Quinté, et on rêve au Grand Handicap de Deauville avec lui ! »

Rock Harmonie, la poulinière miracle. Rock Blanc est le fils de la seule poulinière propriété de Micheline Leurson, Rock Harmonie (Rock of Gibraltar). Cette dernière, sous l’entraînement de Criquette Head, fut une toute bonne sprinteuse, deuxième du Qatar Prix du Petit Couvert (Gr3), puis sixième de la fameuse Abbaye de Longchamp qui fut recourue en fin de réunion, suite au faux départ occasionné par Overdose. « C’est un grand regret ! La jument tirait beaucoup et je pense que sans cet incident, elle aurait fini plus près… Je l’ai gardée comme poulinière, et placée au haras de Maulepaire. J’aime beaucoup la façon de travailler de Pierric Rouxel et de son équipe. C’est un travail à l’ancienne, comme je l’ai appris ! La réussite des produits de la jument, c’est d’abord la sienne… Moi je me contente de signer les chèques ! » Rock Harmonie est devenue une excellente poulinière. Son deuxième produit, Chater Rock (Elusive City), a gagné deux courses à Hongkong. En 2016, Rock Harmonie a donné Richemont (Anodin), qui vient de remporter le Grand Prix de Marseille-Vivaux (Classe 1). Le dernier à avoir vu un hippodrome se nomme Coachello, et il a gagné avec style pour ses débuts à Chantilly le 10 juin, le même jour que Rock Blanc ! « Coachello est très prometteur. Alexis Badel était emballé par le poulain. Nous allons prendre notre temps avec lui, car il est encore en croissance. Il est possible qu’il recoure cet été à Deauville, mais j’ai appris qu’avec les chevaux, il fallait monter marche après marche… » Le lendemain de ce coup de deux en tant qu’éleveur et propriétaire, Ceinture Noire a offert une nouvelle victoire à Micheline Leurson, en tant que propriétaire cette fois. « La pouliche nous a fait plaisir, et il est possible qu’elle coure vendredi à Clairefontaine, s’il pleut un peu ! Je connais bien les chevaux et je sais qu’une telle période de forme, c’est rare ! J’ai reçu beaucoup de messages de félicitations et j’en ai été très touchée. Mais je voulais surtout souligner le travail des gens qui s’occupent des chevaux, du personnel de Maulepaire aux cavaliers du matin de Romain. Tout le mérite leur en revient ! »