Dahlia et Enable, des vies (pas trop) parallèles

Courses / 21.07.2020

Dahlia et Enable, des vies (pas trop) parallèles

Par Franco Raimondi

Le rendez-vous avec l’histoire est fixé au premier dimanche d’octobre, à ParisLongchamp, mais Madame Enable (Nathaniel), en attendant, a un agenda bien rempli. Ce samedi à Ascot elle peut remporter pour la troisième fois les King George VI and Queen Elizabeth Stakes, qu’elle a déjà gagnés en 2017 et 2019. Deux autres chevaux ont réussi le doublé. Swain (Nashwan) s’est imposé en 1997 et en 1998 avant de rejoindre le haras pour une carrière d’étalon décevante. Dahlia (Vaguely Noble), lauréate en 1973 et 1974, a eu droit à un troisième essai en 1975…

Dahlia est mal tombée. L’édition 1975 est celle qui est entrée dans l’histoire du galop anglais comme LA course du siècle grâce au célèbre match entre Grundy (Great Nephew) et Bustino (Busted). Ce dernier avait deux leaders pour durcir la course et tester la tenue du double gagnant de Derby du Dottor Carlo Vittadini.

Dahlia, comme cela lui arrivait souvent, n’avançait pas en début de saison. Sixième du Prix Ganay (Gr1) et neuvième du Prix Jean de Chaudenay (Gr2), elle avait fait le déplacement à San Siro pour le Gran Premio di Milano (Gr1), associée au jeune jockey américain Nick Navarro. Le pauvre n’avait pas compris que la ligne droite de l’hippodrome milanais est longue (850m) mais que l’arrivée du Milano est jugée au premier poteau, pas au troisième, situé 400m après… Résultat : sixième à deux longueurs du futur lauréat du Prix de l’Arc de Triomphe, l’allemand Star Appeal (Appiani). Elle a couru ensuite le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1) pour se classer cinquième. Malgré cette musique, Dahlia s’est alignée en tant que troisième favorite. Lester Piggott a monté une course aux petits oignons alors que les deux mâles se sont livré une vraie bataille. Mais Dahlia, une fois déboîtée, n’avait pas la vitesse pour se mêler au combat. Et Lester, sagement, l’a portée à la troisième place.

Quarante-cinq ans après… Les adversaires qui séparent Enable de son troisième succès dans les King George ne sont pas du calibre de Grundy et Bustino. À l’époque, un gagnant de Derby était obligé de se confronter aux chevaux d’âge sur les 2.400m d’Ascot avant de prendre le chemin du haras pour saillir une quarantaine de poulinières. Le prestige et la gloire comptaient plus que le commerce. La différence des allocations n’a pas trop de sens cette année car, malgré l’aide du sponsor Qipco, la course offre au gagnant 226.840 £ (250.000 €). Grundy avait gagné 82.000 £, c’est-à-dire 660.000 £ (727.000 €) de nos jours, soit presque le prix offert en 2019. Le problème des allocations, c’est le gros point faible de l’Angleterre et on y reviendra un jour…

Le doublé Irish Oaks - King George à 3ans. Le sujet du jour est la comparaison entre Dahlia et Enable. Les points communs ne sont pas nombreux. Elles ont gagné les King George à deux reprises, sont restées à l’entraînement jusqu’à 6ans et ont remporté dix Grs1 chacune.

Dahlia avait fait ses débuts le jour de mon quinzième anniversaire en gagnant le Prix Yacowlef et avait couru quatre fois à 2ans, en se classant deuxième du Prix des Réservoirs (Gr3). Enable a découvert les couleurs le 28 novembre de ses 2ans, sur la P.S.F. de Newcastle, sa seule course sur le mile.

Lors de sa rentrée à 3ans, Dahlia a gagné le Prix de la Grotte (Gr3), s’est classée troisième d’Allez France (Sea Bird) dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), a remporté son premier succès de Gr1 dans le Prix Saint-Alary et a croisé pour une deuxième fois Allez France dans le Prix de Diane (Gr1). C’était une vraie pouliche de 2.400m et Maurice Zilber l’a envoyée au Curragh pour les Irish Oaks (Gr1). Dahlia a gagné par trois longueurs et, une semaine après, elle a perdu à six longueurs Rheingold (Faberge II) dans les King George. Ce Rheingold n’était autre que le gagnant du Prix de l’Arc de Triomphe quelques mois plus tard.

Enable est devenue Enable le jours des Oaks (Gr1) et ensuite elle a fait le doublé Irish Oaks – King George mais les deux courses étaient espacées de deux semaines.

Dahlia

À 3ans :

- Saint-Alary

- Irish Oaks

- King George VI & Queen Elizabeth Stakes

- Washington, DC International

À 4ans

- Grand Prix de Saint-Cloud

- King George VI & Queen Elizabeth Stakes

- Benson & Hedges Gold Cup

- Man O’War Stakes

À 5ans

- Benson & Hedges Gold Cup

À 6ans

- Hollywood Invitational Handicap

Enable

À 3ans

- Oaks

Irish Oaks

King George VI & Queen Elizabeth Stakes

Yorkshire Oaks

Qatar Prix de l’Arc de Triomphe

À 4ans

- Qatar Prix de l’Arc de Triomphe

- Breeders’ Cup Turf

À 5ans

- Eclipse Stakes

- King George VI & Queen Elizabeth Stakes

- Yorkshire Oaks

Le défi à Secretariat, le premier Arc. La suite de leur saison à 3ans fut bien différente. Dahlia a fait une rentrée gagnante dans le Prix Niel (Gr3) avant de courir le Prix Vermeille (Gr1) en se classant cinquième et ensuite l’Arc où elle a conclu non placée. Ce n’était pas encore terminé car Maurice Zilber l’a envoyée à Laurel Park pour le Washington, DC International (Gr1), la Breeders’ Cup de l’époque. Elle s’est promenée et, juste après la course, Maurice Zilber avait lancé un défi à Secretariat (Bold Ruler). Le champion, après sa Triple Couronne, avait gagné deux fois sur le gazon. Zilber avait déclaré aux reporters américains : « Dahlia peut battre Secretariat dans n’importe quel pays, je suis prêt à parier mon argent. »

John Gosden n’aurait jamais osé ça. Il a envoyé sa pouliche à York pour les Yorkshire Oaks (Gr1) et ensuite elle a remporté le dernier Arc de Triomphe couru à Chantilly.

Les chemins se séparent. Dahlia a attaqué sa saison de 4ans en demi-teinte. Son premier succès est arrivé dans le Grand Prix de Saint-Cloud, lors de sa quatrième sortie. Elle a réussi le doublé à Ascot et s’est imposée dans la Benson & Hedges Gold Cup (Gr1), devenue ensuite les Juddmonte International. Après une troisième place dans le Prix du Prince d’Orange (Gr3), elle semblait prête pour une nouvelle bataille avec Allez France dans l’Arc de Triomphe. Mais, une semaine avant, l’entourage de Dahlia a annoncé que son automne se déroulerait aux États-Unis. Elle a gagné d’une classe les Man O’War Stakes (Gr1) associée à Ron Turcotte et ensuite elle s’est promenée dans le Canadian International (Gr1) avec Lester Piggott et sur 2.600m. La dernière étape était le Washington, DC International. Lester Piggott n’a pas monté la course de sa vie et Dahlia a terminé troisième. Le jockey, critiqué par une presse américaine très agressive, avait alors répondu : « Ils ne peuvent pas toujours gagner. Ce ne sont pas des machines, comprenez-vous ? »

Enable, quant à elle, n’a démarré sa saison qu’en septembre et a gagné son deuxième Arc au courage en repoussant Sea of Class (Sea the Stars). John Gosden a décidé de lui donner une autre course, la Breeders’ Cup Turf (Gr1), qu’elle a gagnée malgré les pièges tactiques inventés par Ballydoyle.

Une revanche à York, le doublé à Ascot. Au début de leurs campagnes de 5ans Dahlia comptait 24 sorties, Enable 11. Leur score dans les Gr1 était de 8 à 7 pour la française. Dahlia a gagné une seule course, la Benson & Hedges Gold Cup (Gr1), où Grundy a payé sa bataille d’Ascot, et a eu droit à une autre tentative dans l’Arc. Mais elle n’était plus la même jument au point que le Timeform avait baissé son rating de fin de saison de 135 à 128.

Enable, débarrassée des ennuis de santé qu’elle a eus à 4ans, a remporté coup sur coup les Eclipse (Gr1), les King George et les Yorkshire Oaks avant de s’incliner devant Waldgeist (Galileo) dans l’Arc de Triomphe. Un succès aurait tout changé et la grande jument serait sans doute pleine, dans un joli paddock.

À 6ans, sont-elles restées les mêmes ? Enable est encore là cette année, à 6ans. On s’est déjà demandé si elle est encore la grande Enable, et la première réponse, après sa rentrée, est attendue samedi. Dahlia, à 6ans, n’était plus la même. Elle fut transférée en Californie chez Charlie Whittingham pour jouer les prolongations. Elle a couru à 13 reprises, en passant aussi dans les courses à conditions, et a gagné le Hollywood Invitational Handicap (Gr1), maintenant déclassé au niveau Gr2 et nommé Charles Whittingham Handicap. Son score final est de 48 courses, 15 victoires dont 10 Grs1.

Enable n’arrivera pas à 48 courses même en restant à l’entraînement jusqu’à 12ans. Les King George VI and Queen Elizabeth Stakes, sa 17e sortie, peuvent lui permettre de dépasser le nombre de Grs1 de Dahlia… Mais surtout d’établir un record dans la grande course d’Ascot avant de se pencher sur le dossier Arc de Triomphe.