La Teste : un record pour la première journée japonaise

Courses / 29.07.2020

La Teste : un record pour la première journée japonaise

Ce dimanche l’hippodrome du Béquet accueillait – pour la première fois en France – un Prix J.R.A. (Japan Racing Association). Cette journée aux couleurs du Japon fut un véritable succès et il s’agit certainement d’une première étape vers de plus grands projets, à cheval entre la France et le Japon.

L’idée de départ est simple et forte à la fois. Aurélie Le Meur, chargée de missions, a porté ce projet et elle nous a expliqué : « L’idée était de faire connaître un aspect du Japon qui échappe totalement au grand public : il s’agit d’une grande nation hippique. J'ai beaucoup d'affinités avec ce pays et ses courses. Je suis convaincue que nous avons beaucoup de choses à apprendre des Japonais sur le plan hippique. » Mais la crise du Covid-19 a bien failli avoir raison de cette journée dédiée au Japon. D’abord programmée le 20 juin, elle avait été annulée en raison du huis-clos. Finalement, la J.R.A a accepté la date du 26 juillet. Aurélie Le Meur poursuit : « Rien n’a franchement été simple car, d’une part, il s’agissait d’une première et, d’autre part, nous n’avons pu communiquer que très tardivement sur l’événement, alors même que c’est un projet de longue date. En tout cas, même s’il y a des choses encore à améliorer, les retours sont très positifs et le public a répondu présent. Les animations ont rencontré un franc succès, le stand de la J.R.A s’est même rapidement trouvé en rupture de stock de petits cadeaux siglés et destinés aux enfants. »

Un record. Jean-Marie Plassan, président de la Société de courses, a déclaré : « Cela fait d’autant plus plaisir qu’avec la crise du Covid-19, nous avons dû annuler quatre réunions, et qu’on ne s’est guère amusés avec le huis-clos... Cette journée est une très belle réussite dans tous les sens du terme. Dans l’histoire de l’hippodrome de La Teste, nous n’avions jamais réalisé de tels chiffres : 42.000 € d’enjeux P.M.H., un très bon Quinté, de nombreux partants, et une journée à plus de 15 millions d’euros PMU au total. C’est vraiment exceptionnel. Nous avons fait un peu plus de 3.000 d’entrées, professionnels compris : même si elle était gratuite et que la réunion avait lieu un dimanche, c’est très bien. Nous avons tout un champ libre devant nous pour nous rapprocher d’un pays qui est passionné de courses. Quand je dis "nous", cela englobe la France des courses. Quelques solutions aux problèmes que nous rencontrons passent peut-être par le Japon. Les Japonais sont de gros joueurs et n’oublions pas que les sommes qu’ils engagent sur l’Arc chaque année dépassent les 20 M€. L’idée d’organiser cette journée est excellente et nous allons la développer car il faut s’intéresser à eux. »

Se rapprocher d’un hippodrome japonais. L’avenir pourrait passer par un partenariat avec un hippodrome japonais. Jean-Marie Plassan poursuit : « C'est une piste sérieuse car les deux partis sont intéressés. Cela aurait du sens, d’autant plus que nous disposons, n’oublions pas, d’un centre d’entraînement de premier plan. » Aurélie Le Meur, par ailleurs cavalière d’entraînement et qui devrait poursuivre sa carrière au Japon, ajoute : « Pour ce type de partenariat, bien évidemment, Tokyo serait l’idéal, car c’est le must en matière de courses, un hippodrome avec une ferveur incroyable. Mais cela pourrait très bien être un hippodrome sur Hokkaido, comme Sapporo par exemple, puisque toutes les fermes de yearlings sont sur cette île. Dimanche, des éleveurs étaient vraiment contents de cette initiative car ils ont pu parler des grandes origines japonaises aux propriétaires avec lesquels ils travaillent. Ce type de partenariat pourrait également pousser d’autres socioprofessionnels à voir comment les Japonais travaillent – de l’élevage à l’entraînement – tout en sachant en plus que ce pays offre pas mal d’opportunités en matière d’emploi. »

Un succès aussi pour la J.R.A. Une petite centaine de Japonais installés en France étaient présents ce dimanche à La Teste, dont certains sont même venus d’Île-de-France. C’est le cas de Tsukasa Hiro, représentant de la J.R.A. et Soichiro Mastumae, directeur de la J.R.A. en France. Ce dernier a récemment succédé madame Ayako Noda et il a déclaré : « Je suis très satisfait. J’ai vraiment apprécié ce que l’hippodrome de La Teste a fait pour nous. Surtout, je suis vraiment reconnaissant envers madame Aurélie Le Meur. Je remercie aussi Olivier Peslier, l’ambassadeur de cette journée. Il a pris beaucoup de plaisir à travailler au Japon, et je pense qu’il a beaucoup contribué à faire connaître nos courses. Nous aimerions développer cette manifestation "Horse Racing of Japan" dans différents endroits. Notre but, à travers ce sponsoring, est de faire connaître nos courses dans un pays de très haut niveau, la France, avec des chevaux de grande qualité. Il faut savoir que de nombreux propriétaires et entraîneurs japonais sont venus en France pour acheter. C’est presque une tradition. Les chevaux japonais sont améliorés, et désormais nous voulons que le monde des courses français se tourne aussi vers nous. Car n’oubliez pas que le grand objectif des professionnels japonais est de réussir à gagner l’Arc ! C’est un jour que nous attendons tous. »