Prix du Bois (Gr3) : Livachope, un temps canon et de grandes ambitions

Courses / 02.07.2020

Prix du Bois (Gr3) : Livachope, un temps canon et de grandes ambitions

ParisLongchamp, jeudi

Trois sorties, trois victoires. Deux semaines après son succès dans le Prix La Flèche (L), Livachope est restée invaincue dans ce Prix du Bois (Gr3), offrant ainsi un premier succès de Groupe à son père, Goken (Kendargent). Cet étalon de première production a même signé le jumelé gagnant avec Axdavali **. Cela n’était jamais arrivé depuis la classification de l’épreuve en Gr3, en 1982. Vite en tête, Livachope a mené à une allure sélective, suivie à son extérieur par Axdavali. Repartant de plus belle à 400m du but, l’élève et représentante d’Alain Chopard a tenu son rival en respect jusqu’au bout et l’a dominé de trois quarts de longueur, bouclant le parcours en 57’’03. C’est le meilleur temps depuis le succès de Percolator (Kheleyf) en 2008, à Maisons-Laffitte, lequel détient le record de l’épreuve. Livachope a même été plus vite que six des huit derniers gagnants du Prix de l’Abbaye de Longchamp (Gr1) ! Constamment en troisième position, Princesse de Saba ** a complété le podium à une longueur, devenant ainsi la première black type de son père, Dariyan (Shamardal).

Direction le Morny. Livachope offre donc un deuxième Groupe à Jane Soubagné, un peu moins de deux ans après la victoire de The Black Album (Wootton Bassett) dans le Prix La Rochette (Gr3). Installée à La Teste-de-Buch, l’entraîneur montre une vraie habileté avec les 2ans : « Livachope ne cesse de nous faire plaisir, elle progresse de course en course. Cela reflète ses travaux, même s’il n’y a pas la même opposition le matin ! Livachope a un mental extraordinaire. Encaisser deux courses comme ça en deux semaines avec de longs trajets, ce n’est pas rien. Je voulais courir le Prix du Bois, même si c’était rapproché, pour ne pas aller sur le Prix Robert Papin (Gr2), car je ne souhaitais pas la ramener à Chantilly, où elle a beaucoup penché deux fois. Lors de ses débuts, nous avions voulu la cacher, mais finalement il faut la laisser faire ; elle se canalise d’elle-même. Aujourd’hui, elle a prouvé qu’elle avait mûri et qu’elle était un peu plus gérable. Elle a aussi montré qu’elle pouvait tenir sur un peu plus long. Nous allons lui laisser le temps de récupérer, et envisager le Prix Morny (Gr1). Je pense que la piste de Deauville va bien lui convenir. »

Le retour en force d’Anthony Crastus. Anthony Crastus n’avait plus gagné de Groupe français depuis sa victoire avec Pinturicchio (Holy Roman Emperor) dans le Prix Bertrand du Breuil (Gr3), en 2014. Il a dit au micro d’Equidia : « C’est une victoire qui fait très plaisir, surtout pour Florent [Guy, le compagnon de Jane Soubagné, ndlr] et Jane, qui sont de vrais amis et qui font un excellent travail. C’est amplement mérité. La pouliche monte les échelons à chaque fois. Quand j’ai vu qu’Axdavali ne voulait pas trop venir avec moi, je me suis dit que ça allait le faire. Livachope contrôlait, et moi aussi. J’ai fait attention à ne pas trop pencher, car je sais qu’elle a tendance à verser un peu à droite au moment de l’effort. Mais aujourd’hui, ç'a été. Elle a gagné avec beaucoup d’assurance. J’étais un peu sceptique pour la suite de son programme par rapport à l’allongement de la distance, mais aujourd’hui, j’ai eu l’impression qu’elle aurait pu faire 200m de plus sans que l’arrivée ne change. Elle est vraiment faite pour ce sport, ça laisse de bons espoirs pour la suite. »

Première défaite pour Princesse de Saba **. Invaincue à Lyon-Parilly en deux sorties, Princesse de Saba a connu sa première défaite ce jeudi. Son entraîneur, Andrea Marcialis, nous a dit : « Je trouve qu’elle a eu un parcours un peu malheureux. J’avais dit à son jockey de prendre la tête, mais elle s’est retrouvée derrière la gagnante et a un peu tiré. Peut-être qu’elle a manqué d’expérience ; lors de ses deux victoires, elle n’avait pas eu à lutter. Mais je suis content, elle n’a pas fini loin des deux premiers. »

PEDIGREE WEATHERBYS :

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/LIVACHOPE.pdf

La grande forme de Goken. Livachope a été élevée au haras des Faunes, tout comme sa mère et ses deux deuxièmes mères. Goken, son père, était un vrai précoce – trois victoires et quatre places à 2ans –, mais il s’était aussi classé troisième des King's Stand Stakes (Gr1) à 4ans. L’étalon du haras de Colleville domine nettement le classement des étalons de première génération en France… et même en Europe. Mais il est aussi tête de liste des pères de 2ans en France… devant Siyouni (Pivotal) ! Livachope est le premier produit de Laia Chope (Soave), laquelle avait couru huit fois à 2ans pour une victoire et sept places, se classant notamment troisième du Critérium de Vitesse (L). La poulinière a ensuite donné une yearling par Captain Chop (Indian Rocket), puis un foal par Kheleyf (Green Desert). En 2020, Laia Chope a été saillie par Born to Sea (Invincible Spirit). Chopinette (Sin Kiang), la deuxième mère, a donné quatre gagnants, dont le précoce T'Choupi Chop (Indian Rocket).

 

 

 

Kendor

 

 

Kendargent

 

 

 

 

Pax Bella

 

Goken

 

 

 

 

 

Indian Rocket

 

 

Gooseley Chope

 

 

 

 

Gooseley Lane

LIVACHOPE (F2)

 

 

 

 

 

 

Dashing Blade

 

 

Soave

 

 

 

 

She’s his Guest

 

Laia Chope

 

 

 

 

 

Sin Kiang

 

 

Chopinette

 

 

 

 

Ducie


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 600m : 24’’13

De 600m à 400m : 11’’06

De 400m à 200m : 11’’05

De 200m à l’arrivée : 10’’79

Temps total : 57’’03