Le mot de la fin : communiqué

Le Mot de la Fin / 31.08.2020

Le mot de la fin : communiqué

Depuis la création de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) il y a dix ans, jamais – jamais ! – elle n’avait communiqué pour dire autre chose que : les paris sportifs sont en forte progression ; les paris hippiques stagnent ou baissent.

Ne cachons donc pas l’émotion (non dissimulée – pléonasme) qui fut la nôtre en recevant dans notre boîte email, lundi, vers 14 h, un courriel intitulé : LA.N.J.* publie le bilan du marché des jeux en ligne du 2e trimestre 2020 : des secteurs très différemment impactés par la crise Covid. Nous savions que les nouvelles allaient être inédites et savoureuses. Alors nous sommes passés outre l’interminable objet de mail (la première chose que l’on apprend aux étudiants en journalisme et aux étudiants en communication, c’est qu’un bon titre doit être court ; mais cette règle ne s’applique pas dans la Fonction publique… où presque aucune règle commune aux autres citoyens/entreprises ne s’applique, d’ailleurs). Et une fois celui-ci digéré, nous avons trouvé l’information que nous attendions : « Cest le secteur des paris sportifs qui a été le plus impacté par les effets de la crise sanitaire avec une baisse de 56 % de son chiffre daffaires. Les segments du poker et, dans une moindre mesure, des paris hippiques enregistrent à linverse une forte hausse de leur chiffre daffaires. » La formule est injuste. Car la « moindre mesure » dont parle l’A.N.J., c’est que le PMU est à + 33 % alors que le poker est à + 126 %.

En réalisant un produit brut des jeux (la marge du PMU) de 88 M€ au deuxième trimestre 2020, le PMU a tout simplement atteint son niveau le plus important depuis l’ouverture du marché il y a dix ans. Et ce bien que le trimestre ait été orphelin des courses françaises pendant presque la moitié du trimestre !

* L’A.N.J. a succédé à l’Arjel en 2020.

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.