Meeting de Deauville Barrière : + 11 % sur les paris

Institution / Ventes / 30.08.2020

Meeting de Deauville Barrière : + 11 % sur les paris

L’édition 2020 du meeting se terminait dimanche à l’occasion de la journée aux couleurs de Barrière, partenaire depuis deux décennies. Nous vous proposons un extrait du communiqué diffusé par l’Institution.

« Le meeting de Deauville Barrière a tenu ses objectifs dans un contexte particulier lié à la situation sanitaire. À cette occasion, France Galop remercie les spectateurs et les professionnels des courses qui ont joué le jeu et accepté de porter leur masque durant les 19 journées du meeting. L’hippodrome de Deauville, doté de vastes espaces en plein air, avait adapté son dispositif d’accueil et ses animations afin que le public puisse venir sur l’hippodrome en toute sécurité et sérénité. Les plus jeunes spectateurs ont profité des animations gratuites proposées sur l’hippodrome chaque jour de courses. Les activités favorites étaient les balades à poneys et les courses en Pony Cycle, petits chevaux à pédales en peluche. Andros, partenaire du Village Galop Kids, a offert 8.000 goûters. »

Plus 11 % pour les paris. Le programme de Deauville est particulièrement suivi par les turfistes, français et étrangers. Les paris enregistrés sur les courses organisées en août à Deauville approchent, cet été, les 230 millions d’euros, soit une croissance de près de 11 % sur la période qui va du jeudi 30 juillet au jeudi 27 août (les courses du dernier week-end n’ont pas été prises en compte).

Moins de spectateurs, mais 98 % de taux de satisfaction.  « La fréquentation a été, comme attendu, impactée par la baisse du nombre de visiteurs internationaux, notamment anglais, principalement sur les week-ends. Le décalage des ventes Arqana (reportées en septembre) pèse aussi. Mais elle est pratiquement stable en semaine, témoin de la fidélité du public de Deauville et de ses environs. Pour l’ensemble du meeting, la fréquentation globale s’élève à 50.000 spectateurs (en retrait de 25 %).

Selon le sondage réalisé en août sur l’hippodrome de Deauville par l’Institut GoudLink, un taux record de 98 % de visiteurs qui se sont déclarés satisfaits de leur venue (le taux de satisfaction s’élevait déjà à 97 % en 2019). Beaucoup de spectateurs ont souhaité découvrir les courses et plus de 800 personnes, soit deux fois plus que l’été dernier, se sont inscrites aux visites des coulisses de l’hippodrome. Le nouveau rendez-vous des jeudis en semi-nocturne (courses dès 16 h), inauguré lors de cette édition du meeting, a trouvé son public dès la première saison. Dans le respect du quota de 5.000 personnes, vacanciers et professionnels ont profité de la plus grande terrasse en gazon de Deauville. Après les courses, la soirée s’est prolongée dans la bonne humeur jusqu’à 22 h dans une ambiance guinguette autour d’une offre de boissons et d’une restauration estivale. »

Boudot domine. « Pierre-Charles Boudot a remporté le championnat des jockeys du meeting. Chaque victoire rapporte des points et l’évolution du classement est suivi de très près par les jockeys qui apprécient cette compétition. C’est Pierre-Charles Boudot qui s’impose, devant Cristian Demuro (2e) et Christophe Soumillon (3e).

Rénovation de la P.S.F. en septembre. « La piste en sable fibré de Deauville va faire l’objet de travaux de rénovation dès le 7 septembre. Cinq semaines seront nécessaires pour mixer la P.S.F. actuelle avec un apport de nouvelles fibres pour lui redonner une texture optimale et plus régulière, avec moins de projections pour un meilleur confort des chevaux et des jockeys.

La P.S.F. de Deauville avait été rénovée en 2013 et les travaux d’entretien étaient initialement programmés en juin dernier. Ils avaient dû être décalés en raison de l’épidémie. La création de la P.S.F. remonte en 2003. Grâce à ses deux pistes de course, l’hippodrome de Deauville est l’un des plus actifs en France avec 44 réunions organisées en 2020.

Les deux pistes, P.S.F. et gazon, sont particulièrement sollicitées durant le meeting (19 journées de courses durant le mois). Cette année, les équipes de pistes ont dû fournir un travail formidable pour compenser des conditions climatiques marquées par une longue sécheresse au printemps et en été, perturbant la pousse du gazon, et des orages violents en août. »