Palace Pier dans le top cinq des gagnants du Jacques Le Marois

Courses / 17.08.2020

Palace Pier dans le top cinq des gagnants du Jacques Le Marois

Palace Pier dans le top cinq des gagnants du Jacques Le Marois

Pour Palace Pier (Kingman), Bruno Barbereau n’y va pas par quatre chemins : vous avez vu dimanche l’un des cinq meilleurs gagnants du Jacques Le Marois de tous les temps !

« La donnée dont il faut tenir compte pour analyser correctement les courses de dimanche, c’est évidemment l’état du terrain. Il était collant, voire lourd, avec un indice pénétrométrique annoncé à 4,3. Mes calculs indiquent que dans de telles conditions, les temps partiels par section de 200m sont majorés de 0,45 seconde par rapport à ce qu’ils auraient été en bon terrain.

Pour étalonner la performance de Palace Pier dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois, il est pertinent de se baser dans le Grand Handicap de Deauville, disputé sur le même parcours des 1.600m ligne droite. Sans que l’on sache vraiment pourquoi, les gros handicaps sont en France les seules courses qui se disputent toujours à une allure très sélective. Mon Ami l’Écossais, âgé de 4ans, vaut une valeur de 45. Il a gagné en 1’39’’43. Palace Pier, à 3ans, a bouclé son parcours en 1’38’’06, soit 1’’37 seconde de moins que son aîné. À poids égal, Palace Pier aurait laissé Mon Ami l’Écossais à 5 longueurs trois quarts. Le Jacques Le Marois confirme ainsi sa place parmi les tout meilleurs miles d’Europe.

Ne nous y trompons pas : c’est une performance de très haut niveau, réalisée par un cheval que l’on peut qualifier de hors norme. Si l’on corrige le temps global de Palace Pier par le facteur lenteur de la piste, on arrive à un temps de 1’34’’46, ce qui le place dans le top cinq des vainqueurs du Le Marois… Palace Pier a devancé Alpine Star (Sea the Moon) de trois quarts de longueur. À Royal Ascot, ils s’étaient affrontés virtuellement dans les St James’s Palace Stakes et les Coronation Stakes. La supériorité du poulain, mesurée par les chronos, était déjà de cet ordre-là.

Un mot sur Tiger Tanaka (Clodovil), la belle histoire qui fait vibrer le monde des courses actuellement. La pouliche a remporté le Prix François Boutin (Gr3) en 88’’19. C’est un temps correct compte tenu des conditions de terrain, mais on peut estimer qu’elle aurait passé le poteau dans les 85’’ en bon terrain. Pour moi, elle a fourni de meilleures valeurs sur des pistes moins pénibles, comme c’était le cas par exemple lors de sa troisième place dans le Darley Prix Robert Papin (Gr2). »