Prix du Haras de Fresnay-Le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1) : Tout d’un très grand

Courses / 17.08.2020

Prix du Haras de Fresnay-Le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1) : Tout d’un très grand

Prix du Haras de Fresnay-Le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1)

Tout d’un très grand

Ce qu’a fait Palace Pier (Kingman) dans ce Prix du Haras de Fresnay-Le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1), sur une piste très pénible, est un tour de force. Les spectateurs présents à Deauville ce dimanche ont certainement vu un grand miler. Un poulain qui rentre dans l’histoire du Jacques Le Marois, le plus beau mile français, peut-être le plus beau mile pour 3ans et plus du monde : sur les quarante dernières années (au moins), aucun cheval n’a remporté ce Gr1 en étant invaincu. Année de Covid-19 ou non, ce n’est pas un mince exploit.

En champion. Palace Pier n’a pas été le plus véloce au départ. Dans une course animée à un bon rythme par Prêtreville (Acclamation), le représentant du cheikh Hamdan bin Mohamed Al Maktoum s’est retrouvé derrière, parfois décollé, prenant quelque peu les projections. Frankie Dettori a dû changer les lunettes pendant la course ! Frankie Dettori a expliqué : « Nous sommes allés à un bon rythme, étant donné le terrain. À 600m, je commençais un peu à m’inquiéter car il est difficile de refaire du terrain avec un terrain aussi pénible. J’avais Circus Maximus et Persian King encore bien devant moi, donc je lui ai demandé de se rapprocher. Et, avant même de m’en rendre compte, je me suis retrouvé en tête : de trois longueurs derrière, j’étais devant ! Cela montre ce qu’il peut faire. »

Palace Pier est venu en trois moments : il a tout d’abord recollé au peloton à 600m. Dettori lui a ensuite donné une claque et le poulain est venu se porter sur la ligne de tête, épaulé par la petite Alpine Star (Sea the Moon), vue derrière Prêtreville. Puis, après les 150m, une seconde claque et Palace Pier s’est alors détaché d’Alpine Star, lui prenant probablement une longueur et demie. Il s’impose de trois quarts de longueur, mais en étant relâché dans les derniers mètres de course, ce qui a permis à Alpine Star de venir prendre la deuxième place à trois quarts de longueur. Les deux 3ans ont creusé l’écart avec les autres : le vaillant Circus Maximus (Galileo), qui a escorté Prêtreville, est troisième à cinq longueurs. Persian King (Kingman) est quatrième à trois longueurs après avoir évolué dans le sillage de Circus Maximus. Romanised (Holy Roman Emperor), le tenant du titre, a fait illusion pour mieux à 400m mais le terrain n’est clairement pas sa tasse de thé et il est cinquième à deux longueurs et demie.

Kingman… Palace Pier ! John Gosden avait remporté son premier Jacques Le Marois avec Kingman (Invincible Spirit), le père de Palace Pier, en 2014. Kingman s’était imposé en terrain assoupli et sa participation avait été mise en doute jusqu’au jour de la course en raison du terrain, John Gosden se gardant le droit de marcher la piste – les journalistes qui l’ont escorté sur 1.600m aller et 1.600m retour s’en souviennent encore !

L’entraîneur n’était pas présent ce dimanche mais nul doute qu’il aurait passé un drôle de moment s’il avait "tâté" le terrain : « La piste est bien plus profonde que l’année de Kingman : je ne l’ai jamais vue ainsi. Palace Pier n’a jamais galopé en terrain bien souple, pas même à l’entraînement. Ce fut un choc pour lui. Il m’a impressionné par son courage. Je sais qu’il est pétri de talent mais, à 600m, j’ai vu que Frankie devait l’accompagner et je me suis dit : "Oh oh". J’ai dit à Rachel : "Il déteste le terrain" et je pense sincèrement que c’est le cas. Mais il a montré beaucoup de classe et de volonté pour aller s’imposer. La petite pouliche [Alpine Star, ndlr] est très courageuse et je sais que Jessie [Jessica Harrington, ndlr] avait confiance en son aptitude au terrain. Elle a été très brave et ce bon vieux Circus Maximus ne sait tout simplement pas comment réaliser une mauvaise performance. Nous ne pouvons qu’être heureux de sa performance et j’aimerais juste le revoir en terrain bon, bon souple. »

Le leader des milers. Palace Pier, en gagnant avec autorité les St James’s Palace Stakes (Gr1) devant le champion des 2ans et métronome Pinatubo (Shamardal), a décroché le titre de champion des 3ans sur le mile en Europe. En remportant ce Jacques Le Marois, il prend peut-être le leadership chez les milers européens. Et il faut se dire qu’il n’en était qu’à sa cinquième sortie, après une carrière perturbée par une blessure à 2ans, puis par la Covid-19 à 3ans, qui l’a forcé à faire l’impasse sur les classiques sur le mile.

John Gosden a dit : « À 2ans, il aurait dû courir les Dewhurst ou le Jean-Luc Lagardère, mais il s’est blessé après son deuxième succès, à Sandown, et il a manqué les Grs1 de l’automne. J’aurais dû le courir dans les Greenham puis les Guinées, mais il n’y a pas eu de Greenham et dès que j’ai su qu’il n’y aurait pas de préparatoire, il était clair de faire l’impasse sur les Guinées. Il n’était pas assez prêt pour aller directement sur les Guinées. J’ai donc trouvé cette course à Newcastle [un handicap, le 6 juin, ndlr], sur 1.600m ligne droite, et j’ai décidé d’y aller dans le but de viser ensuite les St James’s Palace. Nous avons fait ce qui était le mieux pour le cheval. »

Peut-être le Moulin, sûrement les Queen Elizabeth II, certainement l’an prochain. Concernant la suite du programme de Palace Pier, John Gosden a précisé : « Son objectif principal, désormais, c’est les Queen Elizabeth II Stakes. Je ne pense pas qu’il soit un cheval de Breeders’ Cup Mile. Je le vois comme un poulain de 1.600m à 2.000m. J’ai des gros doutes sur les tournants serrés des États-Unis. Je n’ai pas eu de bonnes expériences avec la piste en gazon de Keeneland, sur laquelle Golden Horn a été battu [par Found, dans la Breeders’ Cup Turf, ndlr]. Dans mon idée, il pourrait aller sur le Moulin, ou non, et définitivement vers les Queen Elizabeth. Très honnêtement, après cela, j’aimerais même le mettre de côté en vue de l’année prochaine. »

Dettori impressionné. Frankie Dettori aura passé un bon week-end, qui justifiera déjà sa quarantaine de huit jours une fois de retour en Angleterre après le Darley Prix Morny (Gr1). Un Morny où il aura une première chance, puisqu’il sera associé à Campanelle (Kodiac), une pensionnaire de Wesley Ward gagnante des Queen Mary Stakes (Gr2) à Royal Ascot. Le jockey pourrait décrocher le titre de MVP (Most Valuable Player) du week-end, lui qui a été à l’honneur avec Mishriff (Make Believe) dans le Prix Guillaume d’Ornano - Haras du Logis Saint-Germain (Gr2) ce samedi. Et c’est avec des étoiles plein les yeux qu’il a parlé de Palace Pier : « Je suis vraiment impressionné par sa performance aujourd’hui, sur une piste aussi pénible. Il y avait une opposition splendide et il a survolé la course. Je l’aime beaucoup : il est très froid, il a beaucoup de vitesse de base et une splendide accélération. Il n’a couru que cinq fois : je suis certain qu’il peut encore progresser. Ceci dit, il est tellement bon qu’il n’a pas besoin de progresser. C’est un cheval que l’on aime avoir : croyez-moi ou pas, il a tout ce qui fait un grand cheval. Il fait le minimum le matin, il est à moitié endormi, mais une fois aux courses, c’est un très bon cheval. »

Une belle performance des "Niarchos". Alpine Star n’a pas pu succéder à sa sœur Alpha Centauri (Mastercraftsman) dans ce Jacques Le Marois. Ni à ses aïeules East of the Moon (Private Account) et Miesque (Nureyev). Mais la petite alezane de la famille Niarchos n’a pas à rougir de cette deuxième place : elle est battue par un drôle de poulain et devance des chevaux d’âge confirmés au niveau Gr1, dont Circus Maximus, qui répond encore et toujours présent ! Les représentants irlandais de la famille Niarchos ont fait honneur à leurs couleurs.

Alan Cooper, qui manage les intérêts des propriétaires, nous a dit : « Avoir deux chevaux sur le podium d’une telle course, c’est une belle performance. Nous sommes battus par meilleur. Le gagnant semble être exceptionnel. Alpine Star et Circus Maximus se sont très bien défendus. Les intempéries ont rendu la piste lourde – malheureusement – mais ce fut difficile pour tout le monde. Nous aurions préféré un meilleur terrain, comme tout le monde, mais tous les chevaux ont galopé sur la même piste. Circus Maximus est très dur : son palmarès parle de lui-même. Alpine Star confirme la valeur de la ligne du "Diane", elle a été courageuse. Nous avons de bons 3ans cette année. Nous allons voir comment ils rentrent avant de décider de la suite de leur programme. Alpine Star pourrait aller vers le Prix de l’Opéra (Gr1), mais cela mérite réflexion. »

Persian King à revoir en meilleur terrain. Persian King avait déjà gagné en terrain souple, mais le grand poulain de Ballymore et de Godolphin n’avait jamais évolué sur une piste aussi profonde. Il n’a jamais vraiment fait illusion et n’a pas pu placer son accélération. Lisa-Jane Graffard, représentante en France de Godolphin, nous a dit : « Pierre-Charles Boudot a dit qu’il n’était pas très à l’aise dans ce terrain mais qu’il a été très courageux à la fin pour prendre la quatrième place. Il faudra le revoir dans un autre terrain. »

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2020/Palace-Pier.pdf

On retrouve le Marois dans son pedigree. Élevé par Highclere Stud et Floors Farming, Palace Pier a été acheté 600.000 Gns lors du book 1 de Tattersalls par son entraîneur John Gosden. On retrouve le Jacques Le Marois à deux reprises dans son pedigree : via son père Kingman, gagnant de la course en 2014. Mais aussi du côté de sa famille maternelle. Sa quatrième mère, Miss Satin (Satingo), est la génitrice de Miss Satamixa (Linamix), lauréate de l’épreuve en 1995.

Palace Pier est le meilleur produit de sa mère, Beach Frolic (Nayef), qui n’a pas couru. Il est le troisième produit de la jument, laquelle a donné un autre gagnant, Tatweej (Invincible Spirit), gagnante d’une course à 3ans sur 2.000m. Elle a un yearling par Highland Reel, un foal par Almanzor, le sire du haras d’Étreham, et a été présentée au champion sprinter Blue Point en 2020.

La deuxième mère, Night Frolic (Night Shift), a donné Bonfire (Manduro), gagnant des Dante Stakes (Gr2) et troisième du Critérium International (Gr1) avant d’être exporté en Australie où cela ne s’est pas très bien passé – il a fini sur les obstacles ! Night Frolic a aussi donné Joviality (Cape Cross), lauréate des Windsor Forest Stakes (Gr2) et des Musidora Stakes (Gr3). La troisième mère est la française Miss d’Ouilly (Bikala), gagnante à Évry du Prix Mélisande (L) et mère de Miss Caerleona (Caerleon), qui fut une bonne jument aux États-Unis.

Green Desert

Invincible Spirit

Rafha

Kingman

Zamindar

Zenda

Hope

PALACE PIER (M3)

Gulch

Nayef

Height of Fashion

Beach Frolic

Night Shift

Night Frolic

Miss d’Ouilly

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 38’’08

De 1.000m à 600m : 23’’43

De 600m à 400m : 11’’68

De 400m à 200m : 11’’90

De 200m à l’arrivée : 13’’00

Temps total : 1’38’’09