Prix Gontaut-Biron Hong Kong Jockey Club (Gr3) : Skalleti n’a pas encore tout montré

Courses / 15.08.2020

Prix Gontaut-Biron Hong Kong Jockey Club (Gr3) : Skalleti n’a pas encore tout montré

Deauville, samedi

Ce samedi, Skalleti (Kendargent) a décroché la onzième victoire de sa carrière – en 14 sorties – dont quatre au niveau Groupe, après le Qatar Prix Dollar (Gr2), le Premio Roma (Gr2) et le Prix Quincey Barrière (Gr3)… Quel cheval de plat à l’entraînement en France en 2020 peut se prévaloir d’une telle musique ? Certainement aucun en dehors du représentant de Jean-Claude Seroul qui, en sportsman, a refusé toutes les offres pour le vendre.

Aujourd’hui, il était intouchable. En terrain lourd (4,8), Mr Satchmo (Mr Sidney) a animé l’épreuve dès le départ – imposant un train assez sélectif – alors que le futur lauréat galopait en dernière position, calquant sa course sur celle de Sottsass (Siyouni). Ce dernier a signé un beau passage à l’entrée de la ligne droite, avec Skalleti et Motamarris (Le Havre) à ses trousses. À 200m du but, Skalleti et Sottsass ont lutté pour la victoire. Skalleti a pris une courte avance sur Sottsass et, sous les sollicitations de Pierre-Charles Boudot, il a conservé l’avantage jusqu’au bout, repartant sous les attaques. Il y a eu un contact entre les deux chevaux, mais l’enquête menée d’office n’a pas modifié l’arrivée : Skalleti s’impose d’une encolure devant Sottsass, de qui il recevait trois kilos. Motamarris est troisième à quatre longueurs.

Ne pas lui coller l’étiquette de "spécialiste du lourd". Jérome Reynier, qui fait désormais partie du top 10 des professionnels français, nous a confié : « Il est certain que les trois kilos ont plaidé en notre faveur. Mais il faut bien comprendre que Skalleti n’est pas du tout un spécialiste du terrain lourd. Certes, nous nous évertuons à lui trouver du terrain souple pour préserver son intégrité physique. Mais, dans le Prix Jacques de Brémond (L) ou dans le Prix Quincey (Gr3), il a prouvé qu’il était capable de gagner en bon terrain. C’est un sujet massif, avec quelques problèmes physiques et nous faisons en sorte de le préserver car c’est une pépite. Il vaut certainement mieux que ce qu’il court actuellement, car nous ne l’amenons jamais à 200 %. Surtout qu’il a énormément d’influx : il n’est pas simple à gérer et c’est la raison pour laquelle il n’est pas allé à Hongkong l’an dernier. Par exemple, il n’est arrivé que vendredi soir pour courir ce samedi. Petit à petit, nous avons trouvé les bons réglages. Pour gagner un Gr1, il faudra que toutes les conditions soient réunies en sa faveur. »

Il n’était pas à 100 %. Jérôme Reynier poursuit : « Nous étions très confiants avant ce Gontaut-Biron car la préparation s’est déroulée à merveille. Il a besoin de courir presque tous les mois et ce samedi il n’avait pas été revu depuis le 28 juin : Skalleti était loin d’être à 100 % et il va beaucoup monter sur cette course. Nous visons l’automne en essayant de l’amener prudemment à son maximum dans les Champion Stakes (Gr1) ou le Prix Dollar (Gr2). Il n’est pas facile de faire son programme dans le contexte actuel, avec les conséquences du Covid. Comme pour Sottsass, les Juddmonte International (Gr1) ont été évoquées pour Skalleti mais nous avons bien fait de ne pas y aller. Il faut voir comment les choses évoluent à l’international. L’alternative, c’est de repartir comme l’an dernier vers le Dollar puis le Premio Roma. »

Sottsass battu, mais pas abattu. Deuxième, le représentant de Peter Brant n’a pas encore totalement retrouvé le niveau qui était le sien à 3ans. Il est appelé à devenir étalon et, pour cette deuxième carrière, ses performances de l’automne vont être déterminantes. Jean-Claude Rouget nous a dit : « Sottsass fait une très belle course. Il est battu par un bon cheval, à qui il rendait trois kilos, et qui aime le terrain. C'est logique et, avant le coup, nous savions que ce serait difficile. À poids égal, il l’aurait battu. Je suis très satisfait de son comportement, je l’ai trouvé mieux que dans le Ganay. Il va être bien pour l’automne. Nous allons le diriger vers les Irish Champion Stakes puis l’Arc. »

Motamarris se retrouve. Revenu de blessure, Motamarris restait sur une quatrième place dans le Prix d’Ispahan (Gr1). Il progresse de course en course depuis son retour à la compétition. Freddy Head nous a confié à son sujet : « Je suis très content de sa performance. Je pense que Motamarris est battu par meilleur, tout simplement. Je ne suis pas encore fixé concernant la suite de son programme.

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2020/Skaletti.pdf

La belle année de Guy Pariente. Élevé par Guy Pariente, et présenté par le haras de Colleville en août 2016 chez Arqana, Skalleti avait été vendu 85.000 € à Alain Decrion. Le courtier nous a confié : « Monsieur Seroul et moi-même aimons beaucoup Kendargent (Kendor), que ce soit pour faire saillir ou pour acheter des yearlings. Son prix de saillie est raisonnable. Il transmet de la vitesse et ses produits sont de véritables chevaux de course. Skalleti ne doit pas être loin du niveau Gr1. »

L’étalon du haras de Colleville a déjà donné six black types cette année. Il bataille avec Siyouni (Pivotal) pour la tête de liste des étalons en France selon le nombre de victoires (tout en ayant moins de partants que son rival).

La mère, Skallet (Muhaymin), s’était classée troisième du Prix Pénélope (Gr3) avant de courir à réclamer en juin 2011. Guy Pariente, actuellement tête de liste des éleveurs en France, a alors été très inspiré en mettant un bulletin à 42.100 €. La pouliche a ensuite gagné sa Listed – le Prix Occitanie – sous sa casaque et elle est montée sur le podium des Prix Fille de l’Air et André Baboin (Grs3).

Plus important encore, Skallet se révèle être une poulinière au palmarès impeccable : trois produits vus en piste – tous par Kendargent – et trois black types ! Outre Skalleti, elle a en effet donné Skazino (Kendargent), troisième de la Coupe de Marseille (L), et Skalleto (Kendargent), troisième du Prix du Ranelagh (L).

La deuxième mère, Siran (R B Chesne), a gagné 16 courses et a conclu deuxième du Vase d’Argent (L) et troisième du Grand Prix Gaston Defferre (Listed, à l’époque). Outre Skallet, elle a donné Faylan (Indian Rocket), troisième du Critérium du Fonds Européen de l’Élevage et du Prix de Pontarmé (Ls). Siran est la sœur de Percent Premium (Johann Quatz), gagnant du Derby du Languedoc (L) mais aussi deuxième du Prix du Cher (L).

 

 

 

Kenmare

 

 

Kendor

 

 

 

 

Belle Mécène

 

Kendargent

 

 

 

 

 

Linamix

 

 

Pax Bella

 

 

 

 

Palavera

SKALLETI (H6)

 

 

 

 

 

 

A P Indy

 

 

Muhaymin

 

 

 

 

Shadayid

 

Skallet

 

 

 

 

 

R B Chesne

 

 

Siran

 

 

 

 

Surubinha

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’09”65

De 1000m à 600m : 25”76

De 600m à 400m : 12”71

De 400 à 200m : 11”87

De 200m à l’arrivée : 12”54

Temps total : 2’12”53