Prix Jury du Festival Cinéma Américain de Deauville (Prix Tolleville) (Classe 2) : Le rêve est permis avec La Jonction

Courses / 21.08.2020

Prix Jury du Festival Cinéma Américain de Deauville (Prix Tolleville) (Classe 2) : Le rêve est permis avec La Jonction

Clairefontaine-Deauville, vendredi

La Jonction (Kingman) a de nouveau laissé une très belle impression vendredi à Clairefontaine-Deauville, malgré un scénario différent de celui de ses débuts victorieux. Le 26 juillet, à La Teste, elle avait gagné de bout en bout, sans jamais avoir été inquiétée. Vendredi, la pouliche de Pierre Pilarski, du haras d’Étreham et d’Éric de Chambure a été un peu allante dans le sillage de l’animatrice, Vie Privée (Mayson). Accélérant tout en dehors dans la phase finale, La Jonction a penché à droite sous l’effet d’un coup de cravache. Son jockey, Alexandre Gavilan, a alors changé la cravache de main, et la future lauréate s’est bien allongée pour venir s’imposer d’une longueur et quart. Issue des réclamers, Miss Louna (Goken) a très bien couru pour s’emparer de la deuxième place, une longueur et demie devant Noble Heidi (Intello), qui avait gagné lors de son unique sortie à Compiègne. Déception en revanche avec la favorite, Mona Lisa Klaxon (Toronado), qui n’a pas confirmé – en terrain très souple – ses débuts victorieux à Chantilly et qui termine quatrième.

Une pouliche perfectible. Didier Guillemin, entraîneur de La Jonction, nous a confié : « Elle s’est bien sortie du terrain. Aujourd’hui, nous l’avons montée un peu derrière, un peu cachée. C’est pour cela qu’elle s’est montrée plus allante. Elle a été un peu prise de vitesse au départ, puis à mi-ligne droite, mais elle a bien accéléré pour finir. Elle manque peut-être encore de métier. La pouliche a penché sous l’effet de la cravache, mais les autres sont venues en pleine piste : elle a pu aussi chercher un appui. C'est une belle pouliche, très bien née, et je pense qu’elle peut monter de catégorie. » La Jonction a été engagée dans le Qatar Prix Marcel Boussac (Gr1).

Issue d’une famille tardive. Élevée par le haras d’Étreham et Éric de Chambure, La Jonction a été cédée 150.000 € à Didier Guillemin lors des ventes de yearlings d’août Arqana. Nicolas de Chambure nous a expliqué : « Sa mère, Harem Lady (Teofilo), a été élevée au haras d’Étreham. Nous l’avions vendue yearling à David Smaga, qui l’avait achetée pour un de ses clients. Harem Lady a mis beaucoup de temps à venir, mais c’était une bonne jument de course. C’est une famille qui ne fait pas forcément des chevaux précoces. Par la suite, nous l’avions rachetée pour l’élevage. Nous avons essayé de la croiser avec des étalons de vitesse ou des milers. C’est pour cela que nous avons choisi Kingman : en tant que fils d’Invincible Spirit (Green Desert), il était susceptible de ramener de la vitesse. Nous aimions beaucoup La Jonction à l’élevage. Elle était assez développée, mais un peu étroite et immature : la vente d’août arrivait un peu tôt pour elle. Didier Guillemin était à la recherche d’une femelle avec du pedigree, et nous lui avons recommandé La Jonction. La pouliche a été débourrée chez Philip Prévost-Baratte, qui l’aimait beaucoup. Elle a toujours été très sérieuse dans ses travaux, et Didier l’a fait venir en progression. Elle a bien débuté et a confirmé aujourd’hui, malgré un scénario sûrement pas idéal pour elle. Compte tenu de cela, et du fait qu’elle est issue d’une famille qui s’épanouit avec le temps, nous pouvons nous permettre de rêver un peu. »

Sa mère est placée de Gr3 sur 2.000m. La Jonction est une fille de Kingman, étalon à Banstead Manor Stud, et d’Harem Lady, gagnante de quatre courses à 3ans et à 4ans sur des distances allant de 1.800m à 2.100m, dont le Prix Banassa (course B) à Saint-Cloud. Après cette victoire, Harem Lady a tenté sa chance dans les Groupes avec une certaine réussite, terminant notamment deuxième du Prix Allez France, troisième de La Coupe (Grs3), mais aussi quatrième du Prix Jean Romanet (Gr1). La Jonction est son deuxième produit gagnant après Chance (Lope de Vega), vainqueur de trois handicaps consécutifs à 3ans en Angleterre sur 1.400m, 1.700m et 1.800m. Harem Lady a un yearling par Siyouni (Pivotal), est suitée de Wootton Bassett (Iffraaj) et a été saillie en 2020 par Almanzor (Wootton Bassett).

La deuxième mère, Luminosity (Sillery), a gagné une course B en fin d’année de 2ans, sur les 1.200m de Deauville, avant de tenter sa chance sans succès au niveau black type. Outre Harem Lady, elle a produit trois autres black types, dont Little Treasure (Night Shift), lauréate du San Clemente Handicap (Gr2) sur 1.600m. Cette dernière a donné à son tour More Chocolate (Malibu Moon), gagnante elle aussi de Gr2 aux États-Unis sur 1.700m et deuxième du Clement L Hirsch Handicap et des Santa Margarita Stakes (Grs1). La troisième mère, Bague Bleue (Last Tycoon), a gagné d’entrée de jeu le Prix Yacowlef (L) à 2ans. C’est une propre sœur de l’étalon Bigstone, gagnant des Queen Elizabeth II Stakes, des Sussex Stakes, ainsi que des Prix de la Forêt et d’Ispahan (Grs1).

 

 

 

Green Desert

 

 

Invincible Spirit

 

 

 

 

Rafha

 

Kingman

 

 

 

 

 

Zamindar

 

 

Zenda

 

 

 

 

Hope

LA JONCTION (F2)

 

 

 

 

 

 

Galileo

 

 

Teofilo

 

 

 

 

Speirbhean

 

Harem Lady

 

 

 

 

 

Sillery

 

 

Luminosity

 

 

 

 

Bague Bleue

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.