Trois français dans la liste de la Melbourne Cup

International / 27.08.2020

Trois français dans la liste de la Melbourne Cup

Les premiers engagements de la Melbourne Cup  et de la Caulfied Cup (Grs1) ont été validés jeudi, mais nous sommes encore bien loin de pouvoir dégager un scénario précis des deux courses. Il y aura tout d’abord un second tour d’engagements le jeudi 3 septembre. Et, surtout, le grand moment est attendu le mardi 8 septembre avec la publication des poids. En attendant, l’étude des listes de partants est riche d’enseignements…

Engagements étrangers record dans la Caulfield Cup. La Melbourne Cup a enregistré 174 engagements, soit 22 de plus qu’en 2019… Mais les étrangers sont passés de 39 à 30. Ils sont 177 dans la Caulfield Cup, dont 34 étrangers : il s’agit d’un record mais on ne trouve pas tous les jours une course avec 3,14 M€… Surtout en 2020. Un record à souligner, d’autant plus en l’absence des concurrents japonais, qui font l’impasse sur l’Australie cet automne, mais aussi des Godolphin européens.

Les chevaux engagés dans les deux épreuves sont 154, dont 30 entraînés en Europe. Parmi eux, les deux pensionnaires de Fabrice Chappet, San Huberto (Speightstown) et Skyward (Camelot), et le "Rouget" Port Guillaume ** (Le Havre). Aidan O’Brien, quant à lui, est l’entraîneur étranger avec le plus de candidats : neuf ont le double ticket, alors qu'Armory (Galileo), Magic Wand (Galileo) et Mogul (Galileo) sont dans la Caulfied Cup mais pas dans la Melbourne Cup. Le maître de Ballydoyle a inscrit trois gagnants de Derby : Anthony van Dyck (Galileo), Sovereign (Galileo) et Santiago (Authorized).

Voyage compliqué en vue. Le voyage en Australie s’annonce très compliqué cette année. Un seul avion assurera le transport, avec trente-deux places à bord : seize sont réservées aux chevaux avec un ticket aller simple – ils resteront chez un entraîneur local ensuite – et seize pour ceux qui possèdent l’aller-retour. Le départ est prévu le 2 octobre. Les chevaux seront logés à Werribee, à une trentaine de kilomètres de Melbourne, et Racing Victoria prendra en charge les coûts de quarantaine (15.250 €) pour ceux qui rentreront ensuite en Europe, mais pas du prix du voyage. L’aller simple va quant à lui coûter autour de 22.000 €. Le personnel, si rien ne change d’ici la date du voyage, devra faire escale à Sydney pour quatorze jours de confinement avant de se déplacer à Melbourne. Et il n’est pas facile non plus pour les bipèdes de trouver des places dans des avions au départ d’Europe pour l’Australie…

L’élevage européen en majorité. Sans les chevaux européens, les deux grandes courses de Melbourne feraient grise mine. Un pointage rapide permet de découvrir que 104 chevaux élevés en Europe sont engagés dans la Melbourne Cup. Parmi eux, on compte dix-neuf produits de l’élevage français, plus trois autres qui ont effectué leurs débuts dans l’Hexagone avant de prendre le chemin de l’Australie. C’est pour cela que les grandes courses australiennes sont importantes, outre la gloire sportive et les allocations. Il s’agit d’un segment du marché qui a pris un poids considérable depuis une dizaine d’années. Coolmore, en conservant une forte proportion de chevaux de 2.000m et plus dans son élevage, est l’un des grands bénéficiaires de ce très fructueux marché des chevaux à l’entraînement.

Pour voir les engagés de la Caulfield Cup, cliquez ici.

Pour voir les engagés de la Melbourne Cup, cliquez ici.

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.