Baisse des effectifs et manque de compétitivité des 2ans en France

Courses / 22.09.2020

Baisse des effectifs et manque de compétitivité des 2ans en France

Par Cédric Boutin, vice-président de l’A.E.P., membre du Comité et du Conseil du plat de France Galop

LE CONSTAT

  1. Effectifs

Au 1er septembre 2020, on constate, par rapport à 2019, une baisse de près de 5  % (110) du nombre de 2ans entraînés en France.

Le tableau ci-dessous montre les évolutions des effectifs de 2ans au 1er septembre 2020 suivant les centres d’entraînement et les régions.

Total R.P. Régions Chantilly M-L Deauville Ouest-Anjou Maine Basse-Normandie Sud-Ouest Sud-Est Centre-Est
2018 2236 910 1326 797 113 128 290 224 515 164 83
2019 2264 907 1357 826 81 144 350 240 450 185 78
2020 (au 01/09) 2154 892 1262 822 70 166 342 252 365 194 65
2018/2020 -82 -18 -64 25 -43 38 52 28 -150 30 -18
2019/2020 -110 -15 -95 -4 -11 22 -8 12 -85 9 -13
Évol. 2019/2020 - 4,90 % - 1,70 % - 7 % - 0,50 % - 13,60 % 15,30 % - 2,30 % 5 % - 18,90 % 4,90 % - 16,70 %

On constate aisément que l’essentiel de la baisse des 2ans à l’entraînement est située dans le Sud-Ouest et n’est pas due uniquement au départ d’une partie des effectifs de Jean-Claude Rouget puisque la perte du Sud-Ouest n’est pas compensée, loin s’en faut, par le gain de Deauville.

Rappelons pour mémoire que le Sud-Ouest est la région où le programme est le plus élitiste et où le nombre de courses pour 2 ans est proportionnellement le plus important.

  1. Répartition des courses de 2ans par catégorie :
2009 Total Maiden-Inédits (proportion) Classe 2 (proportion) Réclamer (proportion) Handicap (proportion) Listed (proportion) Groupe (proportion)
Courses 493 250 (51 %) 85 (17 %) 104 (21 %) 16 (3 %) 18 (4 %) 20 (4 %)
Allocations (k€) 21.181 8.346 (39 %) 4.236 (20 %) 2.859 (13 %) 584 (3 %) 1.621 (8 %) 3.536 (17 %)
Moyenne partants 10 7 10 12 8 7

Ce tableau montre que 76 % des courses de 2ans sont réservés à une élite (maiden, inédits, Classe 2, Listeds, Groupes) qui reçoivent 84 % des allocations.

L’alternative pour tous les autres chevaux est concentrée uniquement sur les réclamers qui n’offrent que 104 courses (21 % des courses pour 2 ans).

Par ailleurs, le programme de 2ans du Sud-Ouest comporte essentiellement des maidens, des inédits et des Classes 2. Il n’y a que très peu de réclamers et pas un seul handicap de 2ans dans le Sud-Ouest.

Le constat est évident : le programme de 2ans s’adresse à une minorité de chevaux et n’offre aucune alternative aux autres chevaux qui sont pourtant la grande majorité.

Rappelons également qu’en Angleterre, plus de 60 % des courses sont des handicaps !

  1. Coût d’achat des yearlings (prix médian, source Arqana)
2000 2019 Évolution
Vente d’août 48.783 € 125.000 € + 256 %
Vente d’octobre 9.146 € 25.000 € + 273 %

Prix médian d’un 2ans à la breeze up Arqana

2005 2009 Évolution
16.000 € 83.600 € + 522 %
Notons que durant la période 2000-2019 l’inflation a été de 32,6 %.

Notons que durant la période 2000-2019 l’inflation a été de 32,6 %.

Là encore, le constat est simple : le marché des jeunes chevaux est devenu trop cher et peut donc être considéré comme une bulle. Nous savons tous qu’une bulle éclate toujours à un moment ou à un autre.

La plupart des propriétaires fiscalement français n’ont de ce fait plus accès au marché des jeunes chevaux. D’autre part le nombre très élevé de chevaux issus des ventes publiques et ne courant jamais ne peut que décourager ou lasser de nombreux éventuels acheteurs.

Comme le disait John Gosden récemment, on en est arrivé à un système où on élève des chevaux de commerce et non des chevaux de course. Tout est dit.

  1. Le manque de compétitivité des 2ans entraînés en France vient de plusieurs constats :

- traditionnellement les éleveurs français n’élèvent que peu de 2ans spécifiques ;

- on a souvent confondu vitesse et précocité, ce qui a donné de la vitesse "bas de gamme" ;

- le programme actuel n’incite pas les chevaux à se rencontrer et, à la demande des entraîneurs, un système de chemins de traverse permet d’éviter la confrontation. Si on veut qu’un cheval coure déclassé, on cherche par définition les courses creuses. Cette quête de la facilité, pour soi-disant les construire, en fait des chevaux tendres, incapables de lutter efficacement, en particulier contre les chevaux étrangers :

- les entraîneurs ont peur d’être battus et ainsi de dévaloriser leur cheval, leur mère et ascendance ;

- le commerce international a pris le pas sur la compétition.

Dans ces conditions il est compréhensible que les propriétaires n’ayant aucun débouché pour leurs chevaux préfèrent ne plus avoir de 2ans à l’entraînement.

Néanmoins le problème de la baisse des effectifs de 2ans est essentiellement cantonné dans le Sud-Ouest qui représente 77 % de la baisse.

Il ne saurait être question de faire d’un problème local une cause nationale.

LES SOLUTIONS

Face à ce constat, inutile d’augmenter les primes pour chevaux de 2ans et de 3ans, cela a déjà été tenté et a conduit à l’échec que l’on connaît.

Il est beaucoup plus important de revoir en profondeur le programme ;

- en réduisant le nombre de maidens, de courses d’inédits et de Classes 2 ;

- en créant des courses intermédiaires et alternatives "pour chevaux ayant couru et n’ayant pas été dans les 3 premiers d’un maiden ou d’un inédit" ;

- en augmentant le nombre de handicaps, et ceci dès la mi-juin comme en Angleterre, et en créant au moins 2 gros handicaps très bien dotés (30K€ au gagnant) ;

- en empêchant tout gagnant d’une Classe 2 d’en recourir une autre jusqu’à la fin de l’année pour l’obliger soit à monter de catégorie soit à descendre et courir un handicap ;

- en créant plus de courses pour nés et élevés en France avec des allocations incluant les primes ;

- en créant des courses s’adressant au plus grand nombre comme par exemple "pour chevaux ayant été vendus à un prix inférieur à 40 K€ ou étant issus d’étalons ayant fait la monte pour un prix inférieur à 20 K€".

C’est seulement dans ces conditions que les propriétaires français retrouveront le plaisir d’acheter des jeunes chevaux et permettront à tout notre système de sélection de reprendre vie.

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.