Disparition du "petit lion" Highway to Hell **

Courses / 03.09.2020

Disparition du "petit lion" Highway to Hell **

Joffret Huet, représentant des propriétaires du cheval, Lynne et Angus Maclennan, nous a appris la triste nouvelle : Highway to Hell ** (No Risk at All) nous a quittés. En le voyant se relever de sa chute, samedi dernier à Dieppe, dans le Prix Jean-Baptiste Corot, nous avions été soulagés. Mais des complications sont intervenues suite à cet accident, qui l’ont emporté ce jeudi. Highway to Hell a été un cheval de cœur pour Richard Chatel, sa femme, Rachel Schoefolt, laquelle le montait tous les matins, et toute l’écurie. L’équipe du professionnel de Dragey a fait un superbe travail sur le cheval pour qu’il accède au plus haut niveau.

Highway to Hell était comme un ami pour Richard Chatel, et l’a d’ailleurs amené à prendre sa licence d’entraîneur. Il lui a offert son premier Groupe en remportant la Grande Course de Haies de Compiègne (Gr3) à 4ans, un exploit. En début d’année, il avait gagné la Grande Course de Haies de Pau (L) devant des tribunes combles. Au total, il aura enlevé cinq courses et pris quatre places en onze sorties, pour 183.440 € de gains.

Un membre de la famille. Très ému, Richard Chatel nous a raconté l’histoire d’Highway to Hell, qui symbolise parfaitement les fabuleuses histoires humaines du monde des courses : « Nous avions eu la chance de voir Highway to Hell au préentraînement. Il appartenait à Jacques Détré et François Nicolle. Ma femme voulait vraiment l’avoir, elle a fait des pieds et des mains pour le récupérer. Il nous a tellement amené de plaisir. Comme nous disions avec ma femme, notre meilleur souvenir avec lui, ce sont les victoires bien sûr, mais c’est surtout sa gentillesse. C’était un amour de cheval, avec les enfants, avec nous. Il mettait son cœur sur la piste, il était très courageux. C’était une superbe histoire humaine, c’était un membre de la famille. Nous ne voulons pas qu’il parte sans rien, nous voulons que tout le monde se souvienne de lui. C’était un super cheval. Je tiens à remercier la clinique de Meslay pour le travail qu’ils ont fait afin d’essayer de le sauver. Ma femme a fait un excellent travail avec lui, ils étaient toujours fourrés ensemble, c’était son pote ! Elle le montait tous les jours, elle s’en occupait au box. Nous allions en balade avec lui, il allait partout et ne faisait jamais une crasse. Quand on le voyait aux courses, allant comme il était, c’était impressionnant. C’était un guerrier. Mais quand mon fils le montait le matin, il ne bougeait pas une oreille. Ses victoires dans la Grande Course de Haies de Compiègne, celle de Pau, où il y avait une grosse ambiance, c’était superbe. Nous étions en train de le retrouver comme avant. Nous avons une grosse pensée pour Lynne et Angus Maclennan, qui sont des propriétaires superbes. Ce sont des gens qui aiment les chevaux. »