Étreham : le frère d’Uni et les premiers Almanzor en attraction

Élevage / 04.09.2020

Étreham : le frère d’Uni et les premiers Almanzor en attraction

LE TOUR DES HARAS – SEPTEMBRE 2020

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en septembre chez Arqana. Nicolas de Chambure nous a ouvert les portes du haras d’Etreham.

Par Adrien Cugnasse

Au haras d’Étreham, on n’a jamais eu peur du sang américain. D’ailleurs, les sept meilleurs chevaux de l’histoire du haras (Maximova, Septième Ciel, Urban Sea, Anabaa Blue, King’s Best, Almanzor et Uni) ont tous un lien généalogique avec l’Amérique. Maximova (Green Dancer), lauréate du Prix de la Salamandre (Gr1), était née de deux géniteurs américains. Avec Seattle Slew (Bold Reasoning), lauréat de la triple couronne américaine, elle a donné naissance à Septième Ciel (Seattle Slew), gagnant de la Prix de la Forêt (Gr1). Le chef de race au féminin Urban Sea (Miswaki) était une fille de l’américain de naissance Miswaki (Mr. Prospector). Anabaa Blue (Anabaa), lauréat du Prix du Jockey Club (Gr1), avait deux grands-pères américains (Danzig et Riverman). Gagnant des 2.000 Guinées (Gr1), King’s Best (Kingmambo) était le fils d’un (célèbre) étalon de Lane’s End. Le champion Almanzor (Wotto) a une mère par Maria’s Mon (Wavering Monarch), lui-même lauréat des Champagne Stakes (Gr1) sur le dirt. Enfin, la championne Uni (More than Ready) est la fille d’un lauréat des King’s Bishop Stakes (Gr1, 1.400m, dirt).

Le seul American Pharoah. Aussi, même s’il n’est pas né à Étreham, ce n’est pas exactement une surprise que de constater que le seul produit d’American Pharoah (Pioneerof the Nile) est présenté par Nicolas de Chambure. En Europe, le jeune sire compte 21 partants avec deux générations, dont six black types (soit 28,6 %). C’est un taux de réussite supérieur à celui de n’importe quel étalon de deuxième production (le deuxième Night of Thunder est à 18,6 %). Nicolas de Chambure explique : « Lorsque le cheval est entré au haras, Bob Baffert avait expliqué qu’il aurait été capable d’être performant sur le gazon. Il pensait également qu’il allait être capable de produire pour le turf. Lorsque je l’ai vu aux États-Unis, j’ai eu la même impression. C’est un cheval qui marche comme un européen, avec légèreté. Il fait des chevaux très intéressants pour l’Europe, qui progressent avec le temps. »

Le frère d’Uni. On a tout dit et tout écrit sur Uni, quintuple lauréate de Groupe, dont la Breeders’ Cup Mile (Gr1). Mais il faut tout de même se rappeler qu’elle avait atteint 40.000 € lors de la vente d’août 2015… avant d’être exportée aux États-Unis, en tant que cheval à l’entraînement, par l’intermédiaire de Nicolas de Watrigant. Beaucoup de gens auraient donc pu s’offrir la lauréate de l’Eclipse Champion Turf Female en 2019, lorsqu’elle était yearling ! Son frère par Almanzor portera le numéro 274. C’est LA souche du moment, celle d’Invincible Spirit (Green Desert), de Kodiac (Danehill), de Ketil (Karakontie)… et de Mishriff (Make Believe). Nicolas de Chambure nous a dit : « Sa mère fait de jolis chevaux, mais qui ne sont pas physiquement spectaculaires. C’est un beau poulain, bon marcheur, de taille moyenne. Il est bien fait, en bon sujet, athlétique et bien dans sa tête. » Étreham a fortement soutenu Almanzor en lui envoyant certaines des meilleures juments du haras. Nicolas de Chambure poursuit : « C’est un champion avec un physique de premier plan. Pour moi, il a vraiment tout pour réussir. Nous avons souhaité le soutenir au mieux. On voit bien que c’est de cette manière que l’on parvient à sortir des étalons. Almanzor nous récompense déjà avec de beaux yearlings, comme la fille de Penny Lane (Lord of England) ou la sœur d’Eliade (Teofilo). À présent, nous espérons qu’ils vont aller dans de bonnes maisons pour pouvoir exprimer au mieux leur potentiel. »

Almanzor, très soutenu par les porteurs de part. Le Gestüt zur Küste fait partie des clients historiques du haras d’Étreham, où sont stationnés certaines de ses juments comme Schlague (Pulpit), déjà mère de Dice Roll (Showcasing), Prix Djebel (Gr3) et troisième de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1). Son frère par Almanzor va porter le numéro 458. Nicolas de Chambure détaille : « C’est vraiment un très joli mâle, le plus signé par son père dans le lot. Pas trop grand, pas trop petit. Un vrai bon poulain. C’est agréable de voir dans le catalogue les élèves de porteurs de part issus de bonnes juments. » Le Gestüt zur Küste est aussi l’éleveur de San Huberto (Speightstown), en route vers la Melbourne Cup (Gr1) pour une association comprenant Nicolas de Chambure. Sa sœur par Almanzor sera le lot 460. L’homme du haras d’Étreham nous a expliqué : « San Huberto, c’est une belle aventure. Sa victoire dans le Prix Vicomtesse Vigier (Gr2) montre toute sa qualité d’accélération en bon terrain. Mais il n’a pas forcément trouvé des pistes à sa convenance cette année ni en 2019. Il peut très bien courir en Australie. Nous espérons que les protocoles liés au Covid ne vont pas l’empêcher de voyager dans de bonnes conditions. »

Les élèves de Runnymede Farm et de S.F. Bloodstock. S.F. Bloodstock est porteur de part dans de nombreux étalons de premier plan (Lope de Vega, Almanzor, Justify, Catholic Boy, Exaggerator, Yoshida, Flintshire, Dream Ahead…). C’est ainsi que le seul produit de Flintshire (Dansili) au catalogue d’Arqana est présenté par Étreham, sa mère étant venue à la saillie d’Almanzor. Ce fils de Pursuit of Glory (Fusaichi Pegasus), troisième des Cheveley Park Stakes (Gr1), est donc un descendant de Sophisticat (Storm Cat), gagnante des Coronation Stakes (Gr1), et de la championne américaine Serena’s Song (Rahy). Cette grande souche est aussi représentée dans le lot d’Étreham par la fille d’Almanzor et de Sefroua (Kingmambo). Nicolas de Chambure explique : « Les souches basées sur de très grandes juments de course finissent toujours par ressortir… » Parmi les bons chevaux élevés et vendus par Étreham récemment, il y a bien sûr Duke of Hazzard (Lope de Vega), lauréat du Celebration Mile (Gr2) 2019, sur le podium des Lennox Stakes et des Summer Mile Stakes (Grs2) cette année. Sa sœur par Siyouni (Pivotal) porte le numéro 289 de la vente de septembre. C’est la famille de Palace Episode (Machiavellian), lauréat du Racing Post Trophy (Gr1), de Spring in the Air (Spring at Last), championne à 2ans au Canada, et de Sweet Loretta (Tapit), lauréate des Spinaway Stakes (Gr1). Nicolas de Chambure explique : « Nous avons élevé Duke of Hazzard, un cheval dur qui fait toutes ses courses, pour le compte de Runnymede Farm, à partir d’une souche qu’ils ont depuis la fin des années 1970. La pouliche est très signée par Siyouni. Elle n’est pas grande, mais par contre très athlétique, chic et précoce… dans le moule de la famille. »

Un pedigree original. Le lot 252 devrait attirer les amateurs de grands pedigrees sortant des chemins battus. Cette fille de Dubawi (Dubai Millennium) est issue de Steip Amach (Vocalised), lauréate des Killavullan Stakes et des Amethyst Stakes (Grs3), mais également troisième des Prix Rothschild et Jean Romanet (Grs1). La pouliche est indemne du sang de Sadler’s Wells (et donc de Galileo), mais aussi de celui de Danzig (et donc de Danehill), d’Acclamation (et donc de Dark Angel), de Storm Cat (et donc de Giant’s Causeway)… Nicolas de Chambure détaille : « Son frère par Galileo était beau et il a été acheté par Phoenix Thoroughbred l’année dernière. La Dubawi est une belle pouliche, avec de la taille et de l’envergure. Elle a plus de modèle que ce que l’on voit souvent dans la production de son père. L’originalité de son pedigree la rend particulièrement intéressante pour des personnes qui recherchent une bonne jument de course et qui voient à long terme en pensant à l’élevage… D’une manière générale, j’essaye de limiter les inbreedings. Aller chercher du sang neuf à l’étranger est très bénéfique pour un élevage. »

Le haras Voltaire fait son entrée sur le marché. L’entité d’élevage de Thierry Gillier est entrée par la grande porte dans le monde de l’élevage, avec des investissements d’une ampleur rarement vue chez un éleveur français. Le haras Voltaire a pris la décision de confier la vente et la préparation de ses yearlings au haras d’Étreham lors de la vacation de septembre. Il s’agit du lot 323, un petit-fils de la super-poulinière Mahalia (Danehill) par Caravaggio (Scat Dady), du lot 281, un Invincible Spirit (Green Desert) issu d’une bonne souche Wertheimer, et aussi du lot 160, un Lope de Vega (Shamardal) issu d’une sœur de The Wow Signal (Starspangledbanner), gagnant du Prix Morny (Gr1). Nicolas de Chambure nous a dit : « Ces dernières années, on remarque l’arrivée de nouveaux acteurs dans les courses en France. C’est vraiment très positif pour l’ensemble de la filière, car ces gens ont l’ambition de bien faire, en se donnant les moyens de réussir. Ce sont aussi des ambassadeurs pour notre filière, capables de faire venir des investisseurs extérieurs. Pour faire vivre un élevage, quel que soit son âge, il faut sans cesse investir dans les juments… »

Élevage et étalonnage, main dans la main. Avec la vente de Wootton Bassett, Étreham a occupé les unes de la presse hippique internationale. À présent, Nicolas de Chambure pense à l’avenir et en particulier aux jeunes étalons du haras. Outre Almanzor, dont les premiers 2ans vont courir en 2021, Étreham mise sur d’autres jeunes sires. Notamment Scissor Kick (Redoute’s Choice) : « Il a déjà donné un black type dans l’hémisphère Sud et on voit depuis quelques semaines des 2ans qui gagnent bien en France, comme Not So Silly ou encore Kick Boxing. Frédéric Rossi aime beaucoup Not So Silly, lauréat de six longueurs, un poulain qui va progresser de 2 à 3ans. Conformément à son pedigree, Scissor Kick avait lui-même beaucoup progressé entre sa première et sa deuxième saison de compétition. Je pense que ses produits vont faire parler d’eux cet automne, avec la distance. Ils ont le profil de chevaux avec de la marge, ce qui correspond à ce que demande le programme français. L’année prochaine, nous allons intégrer Hello Youmzain (Kodiac) dans notre offre, au moment même où l’on voit que tous les fils de Kodiac (Danehill) donnent des gagnants black types avec leurs premières productions. C’est très impressionnant en tant que père de pères. Hello Youmzain est le meilleur fils de Kodiac en piste et celui qui a le plus progressé avec le temps. Il a un physique et un pedigree remarquables. Nous sommes vraiment très heureux d’avoir un tel cheval pour l’avenir. C’est une belle opportunité pour l’élevage français… Samedi, il est co-favori de la Sprint Cup (Gr1) à Haydock ! »

LES YEARLINGS DE LA VENTE DE SÉLECTION

Lot

Sexe

Père

Mère

14

M.

Lope de Vega

Alta Lilea

51

F.

Wootton Bassett

Clara Luna

79

F.

Almanzor

Elodie

83

M.

Wootton Bassett

Engage

160

M.

Lope de Vega

Miss Infinity

173

F.

Churchill

New Orchid

179

M.

No Nay Never

Pale Pearl

185

F.

Almanzor

Penny Lane

195

F.

Churchill

Portrayal

196

F.

Siyouni

Power of the Moon

228

M.

American Pharoah

Sea of Snow

231

F.

Almanzor

Sefroua

252

F.

Dubawi

Steip Amach

255

M.

Almanzor

Suissesse

274

M.

Almanzor

Unaided

281

M.

Invincible Spirit

Vicugna

289

F.

Siyouni

With your Spirit

297

F.

Le Havre

Alceste

323

M.

Caravaggio

Calasetta

339

M.

Almanzor

Desire to Win

351

F.

Wootton Bassett

Eldacar

363

M.

Wootton Bassett

Garance

388

M.

Lope de Vega

Lady Katanga

414

M.

Wootton Bassett

Mezzo Mezzo

444

M.

Flintshire

Pursuit of Glory

454

F.

Wootton Bassett

Saas Fee

458

M.

Almanzor

Schlague

460

F.

Almanzor

Sediciosa