Le tour des haras - septembre 2020 : après un sans-faute en 2019, la Haie Neuve remet le couvert

Élevage / 02.09.2020

Le tour des haras - septembre 2020 : après un sans-faute en 2019, la Haie Neuve remet le couvert

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en septembre chez Arqana. Tangi Saliou nous a ouvert les portes du haras de la Haie Neuve.

Par Adrien Cugnasse

L’année dernière, le haras de la Haie Neuve présentait des chevaux pour la première fois à la vente d’août. Parmi les deux yearlings de la partie 1, on trouvait Shut the Box (Pedro the Great), troisième du Critérium du Fonds Européen de l'Élevage (L). Son entraîneur, Frédéric Rossi, nous a confié suite à cette performance : « Nous allons essayer de lui donner une fin d'année assez sage pour en faire un très bon 3ans… Au regard de son modèle, s'il passe un bon hiver, nous pouvons imaginer qu'il sera très bien l'année prochaine. »  Parmi les quatre yearlings de la v.2 présenté par la Haie Neuve, deux ont couru, dont Rapido Preto (Pedro the Great), sur le podium pour ses trois premières sorties dans des maidens parisiens, mais aussi et surtout Mon Bel Canto (The Wow Signal). Au sujet de ce dernier, Tangi Saliou avait déclaré dans nos colonnes en 2019 : « Il sort de l'ordinaire. C'est le frère d'Hurricane (Hurricane Cat), lauréat du Prix de la Californie (L), et de Francesco Béré (Peer Gynt), gagnant du Critérium du Fonds Européen de l'Élevage et de l'Omnium (L). Ce poulain, c'est une force de la nature, tout en ayant beaucoup d'équilibre. Comme le dit Alain Régnier, le fondateur du haras de la Haie Neuve : "Nous n'avons pas de chevaux pour l'Arc, mais nous en avons pour gagner des courses et de bonne heure…" »

Ils avaient raison ! Une fois en piste, Mon Bel Canto a confirmé la prédiction de Tangi Saliou et la maxime d’Alain Régnier. Invaincu en deux sorties, il vient de faire une démonstration à Clairefontaine dans une Classe 2. Jean-Claude Rouget a alors déclaré : « Je crois qu'il va dans tous les terrains, il est juste bon ! Il m'avait surpris en débutant, je ne pensais pas qu'il allait gagner d'entrée de jeu. Aujourd'hui, j'avais peur du terrain, mais il m'avait montré sur ses travaux du matin qu'il était bien monté sur sa course de début. J'avais dit à son jockey de lui donner une bonne leçon. Il a un super modèle. Le poulain ira peut-être sur le Prix Thomas Bryon (Gr3) ; je pense qu'il peut courir les courses de Groupe. »

Son frère par Whitecliffsofdover (War Front) porte le numéro 417 et Tangi Saliou explique : « Ce poulain sort vraiment de l’ordinaire. Son frère est engagé dans le Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1). La mère est une jument qui ne sort que des beaux et bons chevaux, avec tous types d’étalons. La deuxième mère a donné Sir Prancealot (Tamayuz), un étalon qui produit et qui a refait parler de lui encore cette année, après avoir été tête des sires de première production en Europe en 2016… »

L’éleveur poursuit : « Nous avons toujours voulu produire des chevaux sains, élevés en extérieur, dont le bon rapport qualité/prix fidélise la clientèle. Et nous ne changeons pas d’objectif. Produire sain, c’est vraiment notre objectif. La marque de fabrique de la maison, notamment de l’affixe Béré, c’est de produire un fort taux de gagnants. Et d’ailleurs, les juments d’obstacle stationnées au haras produisent elles aussi avec succès dans leur discipline. Comme récemment l’invaincue Illicite (Martaline) ou encore Irrésistibles (Nom de d’La), troisième du Prix Aguado (Gr3). La mère de ce dernier est pleine de Taj Mahal (Galileo). Cette année, les étalons de la Haie Neuve ont sailli un peu plus de 400 juments : cela représente un gros 5 % de la jumenterie française ! Et nous allons doubler la surface du haras en fin d’année. »

L’avant-dernière génération de Pedro the Great. Depuis le début de l’année, les chevaux vendus par la Haie Neuve se distinguent en France et à l’international. Ainsi Pedro Cara (Pedro the Great) s’est classé troisième de H.H. The Emir’s Trophy (Gr1 local), derrière deux chevaux de Gr1, avant de s’envoler aux États-Unis. Toujours dans la production du regretté Pedro the Great (Henrythenavigator), le 2ans Pedro the Best (Pedro the Great) vient de remporter sa Classe 2 à Vichy. L’ex-étalon du haras de la Haie Neuve est représenté cette année par son avant-dernière génération. Lors de la vente de sélection, on trouve notamment un produit de cet étalon sur la sœur de Dariyma (City Zip), lauréate du Prix de la Pépinière (L) et bonne quatrième du Darley Prix Jean Romanet (Gr1).

« Pedro the Great est le frère de Footstepsinthesand (Giant’s Causeway), lauréat des 2.000 Guinées (Gr1), puis bon étalon à Coolmore. Alain Régnier en croisant avec Pedro the Great la sœur de Dariyma par Giant’s Causeway reproduit le croisement – à l’envers – de Footstepsinthesand. C’est une famille en pleine floraison. Le poulain est vraiment magnifique. »

Parmi les bons produits de la Haie Neuve de ces dernières années, on trouve notamment Feralia (Pedro the Great), gagnant du Critérium du Béquet (L) et deuxième du Prix La Rochette (Gr3). Sa sœur par Zarak** (Dubawi) sera le numéro 326 de la vente : « Elle a du sang et c’est une belle pouliche. »

La famille favorite d’Alain Regnier n’est autre que celle de Party Doll (Be my Guest) et c’est la raison pour laquelle il a acheté Triple Witching (Pulpit) aux États-Unis : « Elle a déjà donné quatre gagnants et nous présentons sa fille par Pedro the Great. Très belle, elle est large et très signée par son père… »

La forme de Sophie Boulin Redouly. Vétérinaire et écrivain, Sophie Boulin Redouly connaît une belle année 2020. Sans avoir beaucoup de juments, elle a sorti Miss Extra (Masterstroke), lauréate Prix des Lilas (L) et du Prix de Sandringham (Gr2). Sa mère avait déjà donné Lucky Team (Namid), troisième du Prix Lyphard (L) et lauréat de 10 courses. La Haie Neuve présente le frère de ces deux bons chevaux par Zelzal** (Sea the Stars). Tangi Saliou explique : « C’est un beau poulain, épais, issu de la première production d’un père qui avait de la vitesse. Il marche très bien. Il y a de la vitesse par la mère aussi. »

L’autre bon cheval de Sophie Boulin Redouly, c’est Dandy d’Arcis (Silver Frost), deuxième du Derby de l’Ouest (L) de Doha Dream (Shamardal). Il s’agit d’une belle souche Lagardère, celle de Capri (Galileo) et de Diamond Green (Green Desert). La sœur de Dandy d’Arcis, par Highland Reel (Galileo) portera le numéro 341 de la vente.

On notera que Bolivar (Anodin), présenté pour ses éleveurs à la vente d’octobre par le haras de la Haie Neuve, reste sur deux victoires en Irlande sous les couleurs du Team Valor. Il est attendu au niveau Groupe cet automne.

LES YEARLINGS DE LA VENTE DE SÉLECTION

Lot Sexe Père Mère
127 M. Zelzal Kestria
326 F. Zarak Centralienne
341 F. Highland Reel Diamond Fever
344 M. Pedro the Great Douriya
417 M. Whitecliffsofdover Monatora
480 F. Pedro the Great Triple Witching