Le tour des haras - septembre 2020 : le Logis Saint-Germain passe un cap

International / 01.09.2020

Le tour des haras - septembre 2020 : le Logis Saint-Germain passe un cap

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en septembre chez Arqana. Jérôme Glandais et Olivier Carli nous ont ouvert les portes du haras du Logis Saint-Germain !

Par Adrien Cugnasse

Le cru 2017 du haras du Logis Saint-Germain connaît une réussite remarquable, avec notamment Dream and Do ** (Siyouni), lauréate de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) et du Prix Miesque (Gr3). Pour un élevage, sortir un classique, c’est franchir un cap, entrer dans une autre dimension. C’est tout aussi important pour une entité commerciale : en 2018, le Logis Saint-Germain présentait deux yearlings dans la vente de sélection et les deux sont des chevaux de Gr1, Dream and Do et Royal Lytham (Gleneagles), lauréat des July Stakes (Gr2) et troisième des Keeneland Phoenix Stakes (Gr1) ! Il faut aussi souligner les performances d’Again Music (Palace Épisode), présentée à la V.2, qui a été battue du minimum dans le Derby du Midi (L). Mais cette fameuse génération 2017 comptait aussi Brentford Hope (Camelot), lequel avait fait sensation à Newmarket l’an dernier en remportant son maiden de cinq longueurs, ou encore Episodia (Palace Épisode), lauréate de Quinté et qui devrait tenter sa chance au niveau black type à l’automne.

Jérôme Glandais, le directeur du haras, détaille : « D’une manière générale, nous avons eu un très fort taux de gagnants dans cette génération, à tous les niveaux… » Précédemment, le Logis Saint-Germain avait présenté chez Arqana French King (French Fifteen), dont le père officie sur place. Ce dernier a remporté le Longines Grosser Preis von Berlin (Gr1), le Carl Jaspers Preis (Gr2), le Grosser Hansa Preis, Hamburg (Gr2) et à deux reprises le Longines H.H.The Amir’s Trophy (Gr1 local).

Un grand moment pour toute l’équipe. Avec Jérôme Glandais, Olivier Carli est revenu sur la victoire de Dream and Do dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) : « C’est une grande satisfaction pour toute l’équipe. À présent, le plus difficile est de pouvoir reproduire le succès : c’est le grand challenge à l’élevage… comme dans les affaires. Nous voulons améliorer notre élevage, aller encore plus loin. Ce classique est une belle étape. La pouliche aurait pu être vendue à plusieurs reprises, en tant que yearling, puis en tant que cheval à l’entraînement, mais elle n’a pas passé la visite. Sa victoire de Gr1 sous les couleurs du haras, c’est aussi une certaine chance car il faut que toutes les planètes s’alignent : l’achat de la mère par Jérôme Glandais à Newmarket, la rencontre avec Frédéric Rossi, le bon travail au haras, une course préparatoire où elle n’a pas pris dur… Tout en sachant que Dream and Do a été présentée en vente  mais n’a pas trouvé preneur pour 80.000 €, à cause de la visite vétérinaire. Je suis Marseillais et pour moi, cela faisait sens d’avoir des chevaux à Calas. Un jour, elle a montré quelque chose à l’entraînement et Frédéric Rossi m’a alors appelé pour me dire qu’il voulait la débuter… dans les Marettes. La suite de l’histoire, vous la connaissez ! Et c’est formidable de voir qu’elle intègre le haras de monsieur Yoshida, aux côtés de juments de légende. La sœur de Dream and Do, par The Gurkha (Galileo) est à l’entraînement chez Frédéric Rossi. Son frère par Gleneagles (Galileo) va passer en vente lors des prochaines vacations Arqana. Nous avons reconduit le croisement de Siyouni avec la mère de Dream and Do pour laquelle nous avons refusé d’importantes offres. » En 2019, dans les classements internationaux, pas moins de dix-huit élèves de Katsumi Yoshida (Northern Farm) ont atteint ou dépassé un rating de 115. C’est plus que n’importe quel éleveur dans le monde la saison passée – que ce soit les Maktoum, Juddmonte ou la galaxie Coolmore.

Jérôme Glandais vous parle du lot 2020 du Logis Saint-Germain ! Pour retrouver l’interview vidéo de Jérôme Glandais, cliquez ici.

Leur lot pour la vente de sélection. Jérôme Glandais explique : « Élever un classique, cela permet de mettre en lumière le haras. C’est le poteau d’arrivée qui compte et cela prouve que nous sommes capables d’élever de très bons chevaux. L’envie de continuer, d’améliorer les choses, est encore plus forte. Nous allons travailler dur pour renouer avec ces grands moments. Je pense que nous avons un ratio de vainqueurs très élevé, ce qui est un gage de qualité. L’évolution des courses nous a poussés à investir de manière importante, comme par exemple dans les sœurs de Polydream (Oasis Dream) et de Solow (Singspiel). Nous avons aussi acheté la bonne Goodnight (Camelot), pleine de No Nay Never (Scat Daddy) à Tattersalls. Le yearling passe en vente au mois de septembre. Issue d’une grande famille, Goodnight est notamment une sœur de Leading Light (Montjeu), gagnant de la Gold Cup d’Ascot et du St Leger (Grs1). Nous présentons aussi, en septembre, le frère de Dream and Do par Gleneagles. Nous avons par ailleurs une fille de Dabirsim (Hat Trick), sœur de deux bons chevaux : Music Lover (Prix Rose de Mai, L) et Again Music (deuxième du Derby du Midi, L). Le produit est une très belle pouliche, avec beaucoup de qualité. Enfin, nous présentons une fille de Camelot (Montjeu) dont la mère n’a fait que des gagnants. C’est la propre sœur d’Héroïne (Camelot), laquelle a gagné cinq courses. »

LES YEARLINGS DE LA VENTE DE SÉLECTION

Lot Sexe Père Mère
80 F. Camelot Elusive Galaxy
104 M. No Nay Never Goodnight
277 M. Gleneagles Venetias Dream
401 F. Dabirsim Lucky Game