May Hill Stakes (Gr2) : Indigo Girl, très verte et très bonne

International / 10.09.2020

May Hill Stakes (Gr2) : Indigo Girl, très verte et très bonne

May Hill Stakes (Gr2)

Indigo Girl, très verte et très bonne

John Gosden nous a présenté une pouliche d’avenir. Onze jours après ses débuts gagnants, et encore très immature, Indigo Girl (Dubawi) a dominé ses rivales dans les May Hill Stakes (Gr2). Si elle n’a pas encore tout à fait bien compris ce qu’on lui demande, elle est pétrie de talent. Un peu endormie au départ, l’élève de George Strawbridge a vite comblé son retard dans une course qui s’est jouée sur un long démarrage. Dubai Fountain (Teofilo) a imposé un train régulier sans plus, suivie par Zabeel Queen (Frankel), Lilac Road (Mastercraftsman) et Star of Emaraaty (Pride of Dubai). Lanfranco Dettori a attendu les derniers 400m pour demander à Indigo Girl d’accélérer et, en quatre foulées, la pouliche a pris l’avantage le long du rail des tribunes avant de se relâcher un peu quand elle s’est retrouvée toute seule devant. On lui pardonnera…

Dubai Fountain a conservé la deuxième place, à trois quarts de longueur. Zabeel Queen se classe troisième devant Lilac Road et Star of Emaraaty. Les bookmakers proposent d’ores et déjà Indigo Girl à 16/1 dans les 1.000 Guinées.

John Gosden a déclaré : « J’ai préféré aller directement sur cette course car, dans une novice, elle pouvait très bien tomber sur une future pouliche de Groupe en lui rendant sept livres. Elle s’est un peu perdue quand elle a pris la tête. C’est de ma faute, je ne veux pas que les chevaux gagnent trop facilement les galops du matin et éprouvent leurs compagnons de boxes. Elle a deux options cette année, le Qatar Prix Marcel Boussac et le Fillies’ Mile (Grs1). Nous pouvons aussi attendre la saison prochaine. Sa mère, Montare, a gagné le Royal Oak et sa sœur Journey les Fillies & Mares Stakes (Gs1) sur plus long. Je pense qu’elle sera davantage performante sur des distances allant du mile à 2.000m. » Indigo Girl doit être supplémentée dans le Marcel Boussac. Le jour de la clôture des engagements, elle était encore inédite !

Montare & Dubawi, quel croisement ! George Strawbridge travaille sur la souche d’Indigo Girl depuis trente-cinq ans. Il a couru la mère, Montare (Montjeu) qui, malgré un caractère difficile, a remporté le Prix Royal Oak et s’est classée deuxième dans le Prix Vermeille (Grs1). La deuxième mère, Contare (Shirley Heights), a gagné le Prix Casimir Delamarre et le Prix Solitude (Ls), alors que la troisième mère, Balenare (Pharly), a été une simple placée black type. Montare a donné cinq autres gagnants. Le croisement qui a le mieux marché est celui avec Dubawi (Dubawi), qu’elle a rencontré trois fois. Avant Indigo Girl, elle a produit Journey, tardive et compliquée, mais capable de remporter à 4ans les British Champions Fillies & Mares Stakes (Gr1). Le croisement avec Oasis Dream (Green Desert) a notamment donné Travelling Man, troisième du Grand Prix de Deauville (Gr2). En revanche, cela s’est moins bien passé avec Dansili (Danehill). Avec Makfi (Dubawi), elle a donné la 3ans Mostly, gagnante, et avec Mastercraftsman (Danehill Dancer), la 5ans Stream Song, passée proche de décrocher son black type.

Le troisième produit de Dubawi et Montare est une yearling. Le foal, lui, est un poulain par Kingman (Invincible Spirit).

Park Hill Stakes (Gr2)

Pista, à grandes foulées vers le Royallieu

En trente-neuf jours, Pista (American Pharoah) est passée du statut de maiden à celui de gagnante de Gr2. Les Park Hill Stakes, le St Leger des femelles, ne sont pas une course facile pour les 3ans, mais la pensionnaire de Joseph O’Brien a une nouvelle fois affiché de sérieux progrès, elle qui avait déjà surpris les observateurs lors de son succès dans les Vinnie Roe Stakes (L) à Leopardstown. Snow (Galileo) a imprimé le train, mais les attentistes ont eu le dernier mot. La représentante japonaise Believe in Love (Make Believe), favorite après le forfait d’Alpinista (Frankel), a attaqué en pleine piste, à 400m du poteau, accompagnée de Vivionn (Dubawi). Mais lorsque William Buick l’a sollicitée, Pista n’a fait qu’une bouchée de ses rivales pour l’emporter d’une longueur et demie. Son entraîneur, Joseph O’Brien, resté en Irlande, a déclaré : « William a monté une belle course. J’étais un peu inquiet car elle s’est retrouvée un peu plus loin de la tête que prévu. C’est une grande pouliche et je pense qu’elle sera encore meilleure à 4ans. Si elle rentre bien de la course, elle peut aller sur le Qatar Prix de Royallieu (Gr1). » Il est certain qu’elle devra encore progresser si elle veut s’attaquer à Enbihaar (Redoute’s Choice), mais, sur ce qu’elle a déjà montré, elle paraît capable de le faire.

D’où vient sa tenue ? Pista a été achetée 675.000 $ (574.000 €) par Scott Heider à Keeneland en septembre. Elle est la septième gagnante de Groupe issue de la première génération d’American Pharoah (Pioneerof the Nile) et la sixième sur le gazon. Il s’agit du premier Groupe pour le croisement entre le héros de la Triple Couronne et une fille de Galileo (Sadler’s Wells). La mère, Mohini, est une fille de la lauréate du Prix Marcel Boussac (Gr1) Denebola (Storm Cat), laquelle avait décroché deux places en Irlande sur 1.800m pour la casaque Niarchos. Elle a été vendue 270.000 € à Goffs en novembre 2015 et est partie pour les États-Unis chez Lynch Bages. 

Alors qu’elle portait Pista, elle est passée deux fois sur le ring de Keeneland, mais n’a pas atteint son prix de réserve de 525.000 $ (446.000 €) en novembre et de 475.000 $ (404.000 €) en janvier, c’est-à-dire deux mois avant la naissance de la pouliche. La page du catalogue a pris encore plus de black type avec le succès dans le Prix de Diane (Gr1) de Senga (Blame), issue de Beta Leo (A.P. Indy), une demi-sœur de Mohini. Elle a été vendue ensuite à Northern Farm et a produit au Japon une 2ans par American Pharoah, une yearling par Kitasan Black (Black Tide) et un foal par Duramente (King Kamehameha).